Sauver des vies à l’ère des réseaux sociaux 😠😤😣

Si le métier d’urgentologue n’est pas toujours facile, les réseaux sociaux compliquent encore plus les choses, selon le Dr Alain Vadeboncœur, qui en sait quelque chose. Récit mouvementé. 😕

Crédit : L'actualité

L’homme de 67 ans souffrait du cœur depuis longtemps. Avant d’aller magasiner, il a raconté à sa femme à quel point il respirait mal depuis quelques jours. Dans le centre d’achat, il s’est pris la poitrine à deux mains, a titubé, est tombé comme une masse. À cause du risque de COVID, personne n’a pratiqué le massage cardiaque. Une caissière a appelé les secours, arrivés rapidement. 

Les paramédics ont donné trois chocs, l’homme n’a pas repris connaissance. Vêtus de leur matériel de protection, ils l’ont intubé, ventilé, puis transporté en ambulance jusqu’ici, nous avertissant quelques minutes à l’avance. Nous avons pris le temps de nous habiller en protection maximale, incluant nos masques N95. L’ambulance s’est annoncée avec sirène et gyrophares.

Maintenant, l’homme est devant moi, au milieu de la salle de choc, inerte, le teint grisâtre, pendant que Mireille, la préposée, effectue le massage cardiaque. L’équipe s’affaire autour de lui comme des abeilles dans une ruche. Le moniteur cardiaque montre une claire fibrillation ventriculaire, arythmie mortelle. Je demande de charger le défibrillateur et… 

Une voix surgit du fond de la salle de réanimation.

« Hey Doc, pourquoi tu portes un masque ? 🤨*
— Pour me protéger, la COVID peut…
— T’es sûr que ça marche ton masque ? 😏
— En tout cas…
— Mouton de l’OMS ! 😤 »

Je me retourne vers le personnel, aussi étonné que moi, sans trop comprendre, puis tout le monde reprend son travail intense. L’infirmière Camille s’approche.

« C’était quoi ça ?
— Ah, désolé, c’est Warrior III, il me suit sur Twitter et…
— Charmantes fréquentations. »

Elle lève les yeux au ciel et retourne préparer ses médicaments. Ventilé par un tube enfoncé dans sa gorge, l’homme ne bronche toujours pas. Le défibrillateur chargé, je crie « CLEAR ! », tout le monde s’écarte, je choque ! Pas de retour du pouls. Mireille reprend le massage cardiaque. La voix stridente de Luciole-la-Louve nous fait tous sursauter. 

« Y as-TU demandé s’il voulait VIVRE comme ça, BRANCHÉ à ta MACHINE, Doc ? 😱😱
— Vous savez, c’est temporaire, et en général…
— … le POUVOIR médical ! T’as PEUR que le Collège t’enlève ta licence ! 👏👏👏
— Mais si on fait un arrêt cardiaque…
— Tabarnak, qui te paye pour lui donner de ta shit ? Bill Gates ? 😖😖😖
— C’est quoi le rapport avec Bi…
— VENDU AUX PHARMAS ! 😫😤😤 »

Luciole-la-louve disparaît, Camille me relance. 

« Je veux pas te déranger, mais on donne l’épinéphrine ou pas ? Ça fait deux fois que je te le demande.
— Ah oui, excuse, j’avais pas…
— Alors ?
— Un milligramme. Et on masse plus vite SVP ! »

Mireille me regarde de travers. Je respire profondément. J’ai quand même une vie à sauver. Garder le contrôle, surtout garder le…

« OK, on lui injecte…
— … UNE PUCE 5G, JE SAVAIS ! 🤬🤬🤬
— Bon, c’est qui lui, maintenant ?
— C’est John-the-John, Camille, il…
— LÂCHE TA SERINGUE ! 🤢🤢
— Peux-tu lui dire de crier moins fort au moins ?
— Oui, bien sûr. Écoute, John, on est en train d’essayer de sauver le patient et…
— SAUVER ! HA HA ! WELCOME BACK JESUS ! 👾👿 »

D’autres pas de face pas de nom apparaissent. 

« DONNE-Z-Y DE LA VITAMINE C, DOC ! ☠️☠️
— LE REIKI ! IL A BESOIN DE REIKI ! 🎃
— REIKI, MON KIKI ! 😂😂😂 »

Le « Q » évident autour du visage de John-the-John n’aurait pas dû m’inspirer confiance. Je ferme discrètement les notifications sur deux écrans, mais une douzaine d’autres s’allument aussitôt, et ça repart. 

« Dans les CHSLD, les docs reçoivent 3 000 $ s’ils mettent COVID sur les certificats ! 😖😖😖
— Ah non, c’est une fausse rumeur, de toute manière…
— Vas-tu mettre “COVID” sur son certificat, celui-là ? 👻👻👻
— Écoutez, c’est possible, on a fait le test, mais il n’est pas m…
— C’est un cardiaque ! Il MEURT de son CŒUR ! 👽👽
— Mais il n’est pas mort… C’est sûr que, chez les personnes fragiles, la COVID…
— TES CHIFFRES SONT FAUX ! 😝😝
— 94 % DES DÉCÈS COVID SONT MORTS AVEC LA COVID, COMME LUI ! 💩💩 »

Camille est exaspérée. 

« Alain, lâche tes réseaux sociaux, on le choque encore ou pas ?
— Ah… euh… Oui ! OK, 300 joules, on charge ! Désolé, c’est… »

Je regarde les écrans, une centaine en tout, les faces et les pas de face couvrent les murs de la salle, chacune en permanence sur Twitter, Facebook, Instagram, WhatsApp, etc.. Mes followers sont tous là, les yeux rivés sur l’action. Ils commentent, raillent, s’engueulent même entre eux ! C’est cacophonique, mais obligatoire dorénavant dans toutes les urgences, depuis le fameux décret, pour assurer plus de transparence, un meilleur contact avec la population. Comme dans tous les services publics en fait. 

Je m’approche d’un écran : « Écoutez, ça vous dérange pas de nous laisser travailler un peu ? On a une vie à sauver et… » Les followers râlent, les majuscules sortent, les notifications clignotent de partout !

« Monsieur Net qui se prend pour DIEU maintenant ! SAUVER, CHOSE ! 🙄🙄🙄
— LÈVE-TOI ET MARCHE AH AH AH ! 🤣🤣🤣
— VA DONC FAIRE TON SMATT À TVA, T’ES MÊME PAS UN VRAI DOC ! 🤮 »

Le physicien Denys Rangetacour, qui apparaît soudain au centre du moniteur cardiaque (je ne vois plus le tracé), me dévisage d’un air méprisant.

« Un peu de frustration, docteur ? 😒
— Écoutez, vous cachez le tracé cardiaque et…
— Alors, respirez calmement. 😏 »

Il disparaît sans ciller, son commentaire est tout de suite « liké » par des dizaines de personnes, Camille me demande si elle met un autre soluté, Alex Marchette-Cruelle appelle tous ses abonnés à dénoncer l’utilisation abusive des solutés, Maxime Cerné dénonce l’emprise de l’État sur nos vies, Stéfan Flair annonce qu’il va poursuivre tous les hôpitaux et…

« PAS DE SOLUTÉS !!!  NO WAY BUDDY ! 😡😡😡🤬🤬
— ON N’EST PAS DES COBAYES ! 🤬🤬🤯🤯
— LÂCHEZ-LE, IL VOUS A RIEN FAIT ! 🥵🥵🥵🥵🥶🥶 »

YouTube s’active, toutes ses chaînes se déchaînent, on doit maintenant crier pour s’entendre.

« LÂCHEZ-Y LE THORAX ! 😱😱😱😱
— ONK ONK ! VALETS D’ARRUDA ! 😖😖😖😖
— POURRITURES-TURES-TURES ! 🤥🤥🤥🤥 »

Je ne sais plus trop où j’en suis, Mireille masse en pleurant, une douzaine de gars sur Facebook se moquent d’elle, la voisine du patient filme tout ça et partage les images sur Instagram, je leur tape un statut : « Est-ce qu’on peut juste nous laisser travailler en paix, les infirmières sont fatiguées ! » Je me retourne justement vers Camille. 

« Ça… ça devrait se calmer, maintenant.
— J’espère, tabouère…
— OK, on va tenter encore un choc et…
— On n’a pas encore donné l’autre.
— Ah non ? Je… Désolé. OK, on charge. CLEAR ! »

Je regarde, personne ne touche. J’appuie sur le bouton, 300 donné ! Ça ne marche pas. Toujours cette maudite arythmie. 

« Je charge à 360 ?
— Oui, 360, on va… essayer et… »

Les cris viennent de partout, même de l’appareil à pression !

« POURQUOI PAS 500 ? ☠️☠️
— OUAIS, 1 000 ! 1 000 ! 🤖🤖
— Y RESTE PLUS D’ARGENT DANS L’SYSTÈME POUR DONNER 1 000 PARCE QUE LES DOCS SONT PAYÉS TROP CHERS ? 🎃🎃
— Y VEUT GARDER LE JUS POUR SON CHAR ÉLECTRIQUE ! 😂😂😂 »

Je sens mes jambes se dérober, je me ressaisis.

« 1 000 joules, ça n’existe pas, en fait c’est trop pour… »

L’infirmière appuie sur le bouton de charge…

« TU NOUS CACHES KEK CHOSE ! 🤮🤮
— OUAIS, MONSIEUR PAS NET ! 😂
— Y VEUT L’EUTHANASIER ! 🥵🥵🥵 »

Mon cœur tape dans ma tête, j’ai la nausée.

« 1 000 !🙀🙀
— OUAIS 1 000 ! 100 000 MÊME !
— 👌🏿🤲✌️✌️👍🧓 !
— 1 000 000 JOULES !! 🤥🤥🤥🤥
— 😖🎃😏☠️😏😝😏 !
— SOROS SORS DE CE CORPS ! 👀
— FAITES VOS RECHERCHES ESTIQUE ! 😱😱😱
— 😈😈👿👿☠️👿☠️👽👽 ! »

Je m’approche de l’appareil, je tremble, j’ai chaud, la pièce tourne, je crie « CLEAR ! » à nouveau, personne n’entend, j’appuie sur le bouton et…

« Aaaah ! »

Non ! Joanne, l’infirmière, a reçu le choc, elle essayait de mettre un soluté, je ne l’avais pas vue… Elle me fixe une demi-seconde, puis s’effondre.

« Joanne ! »

Tout le monde filme et partage la scène. Je contourne la civière.

« Joanne ? »

Elle ne bouge pas, les followers ne disent rien, me dévisagent, grimacent, rient. Ça trend déjà sur Twitter.

« Est-ce qu’elle a un pouls ? »

Camille palpe le cou, me fait signe que non, abasourdie. 

« Vite, il faut la masser. »

Personne n’approche. 

« Elle a pas de pouls ! »

Mais tout le monde a sorti son cellulaire pendant que Joanne râlait au sol. Je commence le massage cardiaque. 

« Il faut la sauver, elle a reçu un choc ! Vous faites quoi ? »

Camille me regarde comme si j’étais un extraterrestre.

« Ben, on fait nos recherches, pourquoi ? »

Elle hausse les épaules et retourne à son écran. Mon propre cellulaire se met à vibrer furieusement. Un texto de ma blonde.

« Oublie pas d’aller chercher du lait ! »

Les tempes me brûlent, je suis trempé, je me retourne vers… Autre texto. 

« Alain ? »

Pas le temps de répondre, je…

« Camille, il faut… »

Autre vibration encore plus forte. 

« Chéri ? »

Encore une autre !

« Tu te lèves pas ? »

Je finis par répondre, excédé. 

« ÉCOUTE, JE FAIS UN MASSAGE CARDIAQUE ET… »

Pas le temps de finir, tout devient noir. Qu’est-ce qui m’arrive ? Silence.

Après un moment, j’ouvre lentement les yeux. Ma femme est dans le cadre de la porte. 

« Qu’est-ce tu fais là ?
— Ben, je suis là, c’est tout.
— Je suis pas à l’urgence ?
— Non, mais tu travailles pas à quatre heures, toi ? »

Je suis en retard ! J’ai dû oublier de mettre mon alarme sur mon cell. J’étais crevé, je ne sais pas trop pourquoi. Ah oui, la maudite pandémie… 

« Ça va pas ?
— Pas vraiment, rêve bizarre. OK, faut que j’y aille ! Bye !
— Bonne soirée ! »

Je descends l’escalier et sors en trombe. Mais j’entends encore ma femme qui m’appelle derrière.

« Oublie pas ton cell ! »

Je reviens, elle descend l’escalier, j’hésite un peu, je saisis mon cell. Mais je ferme les notifications.

Je retourne à la voiture. Espérons que ça va être tranquille à l’urgence ce soir, je suis un peu fatigué. Je jette un coup d’œil dans mon rétroviseur et… 

« Hello Doc 🤡 ! »

* Si les fautes d’orthographe ont été corrigées pour améliorer la lisibilité, les émoticônes sont authentiques.

Laisser un commentaire

Sauver des vies à l’ère des réseaux sociaux 😠😤😣
Votre texte est très éclairant.
Plus que les réseaux sociaux, en tout cas.
Merci d’avoir pris le temps de l’écrire!

Répondre

Merci, mais je n’ai pas grand mérite, écrire ce genre de texte est thérapeutique. 😣😤😂. Bonne journée!

Petite surchauffe doc!😱🥵😰😳🎃🤙et en effet tellement vrai! J’ai eu ce genre de rêve au début de la pandémie, alors que je bouillonnais dans les préparatifs de la Covid. Mon entourage m’a dit de me calmer un peu le doc, tu surchauffes…

Répondre

En effet, je dirais moi aussi que les premières semaines ont été les plus difficiles. Je me suis adapté ensuite. Et il y a moins de changements à faire. Mais bon, le picossage des réseaux sociaux, auquel je me suis habitué, n’a pas diminué… jusqu’à ce que je décide que l’insulte devait se retrouver dans les limbes (qui ont été abolies, dois-je le préciser). Merci!

De grace, Dr Vadeboncoeur, rassurez-moi, cette histoire est un mauvais rêve? La transparence, d’accord, mais j’espère que les internautes n’ont pas réellement la possibilité de vous distraire ainsi en pleine intervention à l’urgence!

Répondre

Évidemment pas. 😂 Mais si on le prend dans un sens plus général, vous avez peut-être raison. Bonne soirée.

Ma prescription pour vous docteur serait de lâché les réseaux sociaux. On peut vivre sans vous savez, en tout cas moi je me porte très bien sans.

Répondre

Merci, je me porte fort bien avec. Mais je n’y vais pas tant que ça. Ce texte est une allégorie. Bonne soirée à vous.

Super. J’ai littéralement avalé `Sauver des vies à l’ère des réseaux sociaux`. `Ca vous ressemble et comme je vous suis sur twitter et dans votre vision de l’actualité, je suis resté »blowé » à la lecture de ce récit, conte ou peu importe. `Ca vous fait une belle plume. Merci doc de nous divertir différemment. En période de break ça pourrait être une belle activité.

Répondre