Science : la menace chinoise

Après avoir déserté l’économie des biens manufacturés, nous sommes maintenant en train de céder face à la Chine sur l’économie du savoir, qui se joue d’abord sur le bassin national des talents scientifiques, croit Michel Maziade, chercheur en neuropsychiatrie au Centre de recherche Université Laval- Robert-Giffard, qui s’inquiète de l’indifférence générale face à la montée de la science chinoise.

« Il faut nous questionner sur les propos rassurants de nos scientifiques qui prétextent, en partie à raison, que la science n’a pas de frontières », m’a-t-il écrit récemment.

Dans quelques années, la Chine comptera plus de chercheurs en science, génie, santé et agriculture que l’Europe ou l’Amérique.

Le Canada délivre en moyenne 4000 doctorats chaque année, toutes disciplines confondues. La Chine, elle, est passée de 18 titulaires d’un PhD en 1978… à plus de 240 000 en 2009 !

Tout montre que la Chine a l’énorme volonté de devenir le leader de l’économie du savoir au moyen d’une stratégie minutieusement planifiée, favorisant l’attraction des cerveaux, selon le chercheur. En revanche, ces dernières années, les États-Unis et le Canada n’ont pas éduqués suffisamment leurs jeunes dans les sciences et technologies pour supporter leurs économies.

En 2007, le Canada comptait 250 000 étudiants inscrits aux études supérieures en sciences et génie, en santé et en agriculture, soit 25 % des étudiants universitaires. La même année, la moitié des étudiants chinois, soit plus de 12 millions de jeunes, poursuivaient des études graduées dans les mêmes domaines, dont 144 000 en dehors de la Chine (52 000 rien qu’aux États-Unis).

La Chine a commencé à rapatrier massivement ses jeunes PhD.

Laisser un commentaire

Doit-on blâmer la Chine pour notre manque de vision? Si nous sommes incapables de développer une infrastructure de recherche et transfert de technologies digne de ce nom, alors il faudra en subir les conséquences, c’est tout.

C est Alain Peyrefitte, je crois, qui a affirme :
` » Quand la Chine SE REVEILLERA le monde TREMBLERA ` »

Les Chinois ont le nombre; il leur reste a creer le nombre de scientifiques.

L Inde egalement regorge de potentiel.

Mais quantite et qualite ne vont pas necessairement de pair.

Pourtant, dans un billet qu’il vient de sortir, votre confrère Lisée rappelle que les Chinois nous renvoie nos emplois. Ce que je considère une bonne nouvelle.
Suffit d’avoir des représentants (le gouvernement) qui s’assure d’abord des intérêts des nations plutôt que des banques et des corporations.

Dans l’histoire de la Chine, le siècle de 1850 à 1950 représenta une succession d’humiliations innommables, un avatar épouvantable certes, mais nullement significatif.
Depuis ce temps, aux plans politique, militaire, économique, scientifique et culturel, elle reprend sa place, au premier rang, parmi les nations.
Rien de plus normal.
La Chine est quarante fois plus peuplée que le Canada et sa civilisation dix fois plus ancienne. Comment oserions-nous nous comparer?

Pourquoi une menace? L’innovation croissante dans les pays émergents va venir à notre secours en nous offrant des produits technologiques beaucoup moins coûteux. Et nous montrer la voie en misant sur l’éducation et sur la science. À nous de jouer. À ceux qui se consolent en disant que la qualité de leurs produits n’est pas encore là, ce n’est plus vrai. Lisez la dernière édition de l’Economist.

La présence des Chinois se fait définitivement sentir dans la littérature scientifique!

Le problème avec la science, c’est qu’elle n’avance plus tellement. Les processeurs sont plus puissants, les autos sont plus puissantes, le compagnies pharmaceutiques découvrent des nouveaux médicaments qu’ils volent aux peuples qui vivent de façon plus primitives, les wagons de métro sont maintenant anti-graffitis et plus confortables, les avions, heu, sont plus silencieuses, plus écolo-dirigées. La science est en train d’atteindre son plafond, ou son mur. À moins que les chinois ne découvrent les mystères de la téléportation, les voyages dans l’au-delà…
Les chinois devraient plutôt s’intéresser aux sciences politiques, aux principes des sociétés démocratiques, apprendre à respecter les droits de l’homme. La Chine est une dictature, rien d’intéressant comme société. La Chine n’a aucune crédibilité mondiale, des bandits qui se sont emparés du pouvoir et se sont organisés pour le garder.

La Chine s’est réveillée, et elle FONCE dans tous les domaines! Moi je leur dis: »- Chapeau! »

Ils cherchent à se dépasser alors qu’ici on a tendance à s’assoir sur nos lauriers…

Peut-être que nos arrières petit-enfants devront apprendre le mandarin comme langue seconde.
=^.^=

Cher Carlo,
contrairement à cette étrange croyance que vous véhiculez, la science progresse encore très bien et on est loin de voir le « plafond ». Consultez un peu la littérature scientifique et vous le constaterez.
Cela dit, je confirme ce que dit Mathieu Gagné, la littérature scientifique est inondée d’articles provenant de chine, du moins dans mon domaine de recherche.

Cher nanojluc: La science est devenue avec le temps une religion et surtout une grosse machine à $$$. Elle a créé le mythe du nouveau, du miracle et c’est ainsi qu’elle ramasse des milliards. Je prends en exemple AMD qui vient de sortir un processeur à 6 coeurs aujourd’hui. J’ai un processeur à 4 coeurs qui n’est même pas utilisé à 10% sauf pour certains jeux. Je crois que ça coûté 65 milliards l’an passé à l’industrie pharmaceutique pour sortir 5 nouveaux médicaments, pour en retirer par la suite plusieurs du marché qui endommagent le corps. Je ne dénonce pas la science, c’est juste qu’il ne faut pas en faire une religion. Les Chinois selon l’article de Valérie Borde essaieraient de voir ce qu’il y a derrière l’acupuncture. Pour le savoir, il faudrait qu’ils plongent dans le paranormal, les méridiens appartenant à une autre dimensions de la réalité, celle justement que la science a en horreur. Les chinois vont sûrement réussir à fabriquer un cahoutchouc pour pneus plus résistant, un cosmétique qui cache mieux les rides, un vélo plus léger et moins cher, on va voir. De la grosse redondance de consommation. Du déjà-vu.

Menace des chinois, des américains, des indiens ou des martiens, on a toujours attendu après les investisseurs étrangers pour nous créer des jobs a gros salaire, sans trop se forcer, pour être capable de faire la grosse vie, et s’assoir sur nos gros derrières le soir a regarder la t.v.Pendant que ces investisseurs étrangés exploitent nos richesses dans le grand nord, on voie nos gouvernants se payer des voyages a nos frais pour aller faire des courbettes devant de nouveaux investisseurs pour leur donner nos richesses. Les chinois ne sont pas plus menaçant que les autres.

Cher Carlo,
Les processeurs d’AMD, cosmétique antiride, vélo léger et autres gogosses ne sont pas des exemples de progrès scientifiques, c’est juste du commerce. Je suis d’accord avec vous que ces exemples sont de la redondance de consommation mais ça n’a rien à voir avec les progrès scientifiques. La société de consommation c’est un autre débat. La où je suis en désaccord c’est quand vous dites que la science n’avance plus. Toutes les découvertes scientifiques ne se trouvent pas sur les tablettes des magasins et il faut lire pour en prendre connaissance. Allez à votre bibliothèque emprunter l’édition de janvier de Québec Science qui porte sur 10 grandes découvertes québécoises de 2009. Il ne s’agit que d’exemples choisis et uniquement pour le Québec.

Les plus populaires