Séisme majeur au Japon : prêts pour le tsunami?

À 8,9 sur l’échelle de Richter, le séisme qui s’est produit cette nuit au Japon est le cinquième plus important enregistré par les sismographes dans le monde depuis 1900, selon les données du US Geological Survey.

Il s’est produit sur une faille très active entre les plaques tectoniques du Pacifique et de l’Amérique du Nord, qui longe l’est de l’île de Honshu, la plus peuplée du Japon.

L’épicentre est à 400 km au nord-est de Tokyo. Voyez les cartes du USGS.

Le séisme a été précédé de plusieurs autres tremblements de terre de 7,2 et 6 sur l’échelle de Richter dans les deux jours passés. Des dizaines de répliques ont suivi et ce n’est pas fini.

La majeure partie des victimes et des dégats ont été provoqués par le puissant tsunami qui a frappé une heure plus tard les côtes japonaises.

Le Japon est bien préparé à ce genre d’événement, mais la violence du séisme et la proximité des côtes n’ont pas permis d’évacuer à temps les zones à risque.

Une alerte au tsunami couvre maintenant tous les pays bordant le Pacifique, y compris le Canada.

Pour autant, la hauteur de la vague qui va déferler sur les côtes sera très variable d’un endroit à l’autre, et pas forcément dévastatrice.

Un tsunami se déplace typiquement à environ 800 km à l’heure. Son amplitude décroit avec la distance à l’épicentre du séisme. À l’approche des côtes, la vague ralentit et prend de la hauteur, avant de déferler. 

En 1996, j’ai eu l’occasion de vivre une alerte au tsunami au Japon… pour une vague de 2 cm qui n’a fait strictement aucun dégat. L’autoroute qui passait à quelques kilomètres de la côte avait quand même été évacuée sans tambour ni trompettes, les Japonais sachant depuis fort longtemps qu’il vaut mieux ne pas jouer au plus malin en face d’une catastrophe naturelle potentielle. 

Les systèmes d’alerte au tsunami constituent le moyen le plus efficace de diminuer le nombre de victimes.

Si vous habitez dans la zone à risque et que les autorités vous ordonnent d’évacuer, suivez les instructions.

À savoir aussi : en tout temps, si vous êtes sur une plage où que ce soit dans le monde et que vous voyez le niveau de la mer baisser brusquement, laissez toutes vos affaires et courez le plus vite possible perpendiculairement à la cote ou sur une hauteur. Cela pourrait vous sauver la vie.

Même si des tsunamis surviennent en moyenne une fois tous les 15 ans au Canada, le pays s’en sort bien. Au cours du dernier siècle, les tsunamis ont fait 28 victimes au Canada, toutes décédées après qu’un tremblement de terre de magnitude 7,2 a provoqué un énorme glissement de terrain au large des côtes de Terre-Neuve.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Le séisme des cœurs

Je vous parle de fraternité
Et vous me renvoyez à la dure réalité
Aux plaques tectoniques
de notre écorce cérébrale…
Aux tremblements des peurs
Et au déferlement des pleurs
Et la terre continue de trembler et de nous faire trembler…
Et un beau jour… ou peut-être une nuit… on décide de ne plus trembler… et on se met à bouger…
à prendre le large au lieu de subir les vagues successives de cette nature imbécile…
Oui…oui on ne peut pas changer les lois de la science physique mais on peut changer de politique…
parce que là, il ne s’agit plus de science mais de conscience…
cette petite flamme qui tremble et qu’aucun vent ne peut éteindre…
ma conscience politique… qui voudrait avant de mourir assister à l’éveil d’une autre conscience…
d’autres consciences, à une sorte d’effervescence… vive la révolution des consciences.

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/seisme/