Sortir le Québec du Moyen-Âge

Le Québec doit cesser de « jeter l’énergie par les fenêtres », tonne Marie-Claude Dubois, professeure à l’École d’architecture de l’Université Laval et spécialiste en efficacité énergétique. Selon elle, il faut s’inspirer des pays scandinaves et hausser de façon marquée le prix de l’électricité.

Photo : iStockphoto

Nos maisons consomment en moyenne deux fois plus d’énergie par mètre carré que celles des villes européennes dont le climat est semblable au nôtre. Pourquoi ?

– Les Européens du Nord sont motivés par le coût très élevé de leur électricité. Les Norvégiens, qui produisent 99 % de leur électricité à partir de sources hydrauliques, la paient 12 ¢ le kilowatt­heure [kWh], contre 6,8 ¢ au Québec. Les Britanniques la paient 20 ¢ et les Danois 21 ¢. À ces prix-là, ils n’ont pas d’autre choix que de l’économiser. En Suède, les maisons neuves sont plus isolées et plus étanches qu’au Canada, si bien qu’elles consomment en moyenne 130 kWh/m2, comparativement à 250 kWh/m2 chez nous. L’électricité est si peu chère ici qu’on la gaspille !

La motivation passe donc par la facture de chauffage…

– Quand vient le temps d’investir pour améliorer l’efficacité énergétique d’une maison, tout le monde se pose la même question : combien de temps faudra-t-il pour rentrer dans mon argent ? À 7 ¢ le kWh, il faut parfois compter jusqu’à 30 ans. Pas très motivant ! En Europe, l’énergie coûte si cher que l’investissement est souvent rentabilisé en cinq ans ou moins. Les gens sont beaucoup plus faciles à convaincre. Il faudrait doubler les tarifs d’électricité au Québec. Cela nous pousserait à économiser et nous éviterait de devoir construire de nouveaux barrages ou d’importer de l’électricité des centrales thermiques polluantes des États-Unis. Mais les politiciens manquent de courage…

Le gouvernement qui appuierait cette initiative signerait son arrêt de mort, non ?

– Tout dépend comment c’est présenté. Si on dit qu’on va créer un fonds de société et réinvestir l’argent dans la santé, l’éducation et un système de transport en commun efficace, bien des gens seraient d’accord pour voir leur facture d’électricité passer du simple au double. Évidemment, il faudrait assortir cela de mesures d’aide aux familles à faible revenu. La Norvège ne donne pas son électricité ni son pétrole à ses habitants. Elle s’est enrichie et a utilisé les profits pour construire l’économie de sa nation, qui est exempte de dette nationale. Si le Québec faisait la même chose, on serait un pays riche ! 

 

 

Laisser un commentaire