Surtout ne pas parler d’aide médicale à mourir durant la campagne !

On savait le sujet de l’aide médicale à mourir délicat en temps normal… mais c’est d’autant plus vrai en campagne électorale, explique le Dr Alain Vadeboncœur.

Photo : Fred Dufour / AFP / Getty Images
Photo: Fred Dufour/AFP/Getty Images

Le Devoir nous apprend que le comité mis en place par Ottawa pour recommander la voie à suivre à propos de l’aide médicale à mourir est «pris en otage par l’élection». On savait le sujet délicat, mais c’est d’autant plus vrai en campagne électorale.
Sante_et_science

Pour des raisons un peu obscures, l’annonce de l’élection aurait paralysé le fonctionnement du comité. C’est qu’un tel enjeu, à la fois politique, émotif et religieux, a tout pour faire déraper le vote. Et le vote, c’est important. Mieux vaut ne pas tenir de débats trop épineux. Le sujet ne sera pas sur la table durant la campagne, malgré l’urgence d’agir.

Surtout avec un comité composé de membres qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne sont pas neutres lorsque surgit la question complexe et délicate de l’aide médicale à mourir. En effet, deux d’entre eux avaient représenté le point de vue du gouvernement fédéral dans la cause perdue en Cour suprême.

Le président du comité, Benoit Pelletier, précise que la situation «ne [les] empêche quand même pas de faire des choses, mais c’est certain que l’essentiel des consultations ne pourra pas se faire avant la fin de l’élection». Apparemment, il ignore pourquoi les consultations doivent être suspendues en période électorale. Sinon parce qu’Ottawa aurait voulu éviter de l’«interférence».

Pourtant, cela coule de source : une pause est une bénédiction pour les conservateurs… mais aussi pour les autres partis ! Voici quelques pistes qui pourraient éclairer M. Pelletier.

D’un côté, le gouvernement ne peut se prononcer contre le jugement de la Cour suprême, à moins d’utiliser la «clause nonobstant» (disposition de dérogation) — une option écartée d’emblée. Il faut dire que cela serait mal reçu, puisque la majorité des Canadiens (entre 64 % et 71 %) sont favorables à l’aide médicale à mourir.

De l’autre, c’est un sujet difficile pour sa base religieuse conservatrice, fermée à l’idée de simplement débattre de la question. Le premier ministre Harper est donc un peu coincé (une position malaisée en période électorale).

Mais les autres partis, notamment le NPD et le Parti libéral du Canada — apparemment plus ouverts à l’idée de légiférer sur la question —, ne pourraient-ils pas justement profiter de l’imbroglio et demander au gouvernement actuel de rendre des comptes ? J’ai peut-être manqué quelque chose, mais je ne les ai pas beaucoup entendus protester. Ce qui n’est pas étonnant.

Le NPD et le Parti libéral du Canada visent un gain de votes dans l’Ouest pour espérer former le gouvernement. Or, les noyaux de résistance à l’aide médicale à mourir y sont plus actifs que, par exemple, au Québec, où c’est une affaire classée. D’où le dilemme.

Le NPD, qui joue sur une position d’ouverture prudente en ce qui a trait au pétrole albertain, pourrait perdre du terrain dans la même région en soulevant un débat sur la question beaucoup plus délicate de l’aide médicale à mourir. Le PLC a le même problème.

C’est donc une bénédiction (sans faire de jeu de mots) pour tous les partis que de voir ce sujet glisser discrètement sous le tapis au cours des prochaines semaines. Le seul problème, c’est que l’échéance prescrite par la Cour suprême arrive à grands pas (début 2017) et que cette réflexion demande non seulement du temps, mais de la collaboration, de l’ouverture et de l’écoute. Or, ces vertus, déjà rares en temps normal, disparaissent complètement dans un contexte électoral.

À l’Assemblée nationale, le processus qui a permis d’aboutir à la Loi concernant les soins de fin de vie s’est déroulé lentement et sans heurts, ce qui a donné un résultat aussi solide que largement consensuel. Au Canada, même après l’élection, on risque d’être coincé entre des positions plus marquées, sans pouvoir régler les différends d’ici 2017.

Mais comme trouver un vote est beaucoup plus important que de se pencher sur des questions éthiques complexes, tout le monde fermera les yeux durant les prochaines semaines. Pourtant, le réveil n’en sera que plus difficile.

Laisser un commentaire

«De l’autre, c’est un sujet difficile pour sa base religieuse conservatrice, fermée à l’idée de simplement débattre de la question. »

Qui dit cela ? Le journaliste partial?

Aujourd’hui, comme pour l’avortement c’est plutôt les « progressistes » qui refusent de débattre présentant souvent deux notions distinctes sous un même terme (« l’aide à mourir ») pour obtenir la majorité des soutiens : « les soins palliatifs » — tout le monde est pour mais ça coûte cher — et l’euthanasie à la demande sans besoin d’une maladie terminale ni même physique (psychologique) ce qui est nettement moins évident, ouvre la porte à de nombreux dérapages (voir la Belgique). Mais bon, l’« aide médicale à mourir » (la partie euthanasie) est devenu un dogme chez les gens qui savent et écrivent pour nous.

Honnêtement, je crois qu’une campagne électorale n’est pas le lieu approprié pour faire un débat publique. Et cet enjeux en est encore au stade de débat (même si, fort heureusement, ça a bien avancé ces dernières années).

Mais bonne idée d’en parler!

Je viens de perdre ma femme, une femme en pleine forme qui va consulter pour un petit mal d’ oreille et est morte quatre mois plus tard. Elle à travaillé comme directrice des soins durant trente ans donc elle savait exactement ce qui lui arrivais.Physiquement elle n’a pas souffert mais mentalement ? Le dernier mois elle ne pouvais même pas manger tout seul .Le matin qu’elle est morte à la maison dans mes bras j’était extrèmement malheureux mais très heureux pour elle qui réclamais la mort à haute voix depuis plusieurs jours. A vous les politiciens de tout les partis mettez vos culotes .
Janet est morte d’ une tumeur au cerveau le 20 juillet 2015.

Regrettable de n’avoir pas fait mention de l’avancée du débat lors du Conseil général de l’Association médicale canadienne qui s’est terminé le 26 août dernier à Halifax.

Les plus populaires