Tendances 2014 : Santé et science

Les résultats d’importantes études sont attendus en 2014 dans des champs aussi variés que les gaz de schiste, le sida et le climat. Coup d’œil.

Crédit : Lucas Taylor © CERN (Licence: CC-BY-SA-3.0)

UNE AVALANCHE DE DONNÉES
Tous les deux jours, l’humanité génère autant de données qu’elle en a engendré depuis le début de son histoire jusqu’à 2003 ! Les serveurs qui reçoivent les données scientifiques issues de la physique des particules, de la génomique ou de la climatologie s’enrichissent rapidement d’une quantité d’informations qui dépasse l’entendement. À lui seul, le Grand collisionneur de hadrons (Genève), qui a permis la découverte du boson de Higgs, produit 40 000 gigaoctets de données par jour ! Quotidiennement, les internautes, eux, échangent 400 millions de gazouillis sur Twitter et mettent en ligne 104 000 heures de vidéos sur YouTube ! Comment faire « parler » ces monceaux de données pour engendrer de nouvelles connaissances ? La science des données en est à ses balbutiements. En 2012 et 2013, les États-Unis et l’Europe ont lancé d’ambitieuses recherches sur ces big data. À suivre…

À CHACUN SON TRAITEMENT
Issue de la recherche sur le génome humain, la médecine personnalisée promet d’affiner la prévention et le traitement des maladies en intégrant de plus en plus d’informations génétiques sur les patients. Des centaines de millions de dollars ont été investis dans la recherche ces dernières années. En 2014, le consortium international de recherche OncoArray, auquel participe notamment le Dr Jacques Simard, titulaire de la chaire de recherche en oncogénétique (Université Laval, à Québec), commencera à analyser 450 000 échantillons de tumeurs des cinq cancers les plus courants. Objectif : déterminer les facteurs génétiques les plus importants dans le risque de contracter un cancer.

LA MARI PASSE AU PRIVÉ
À partir du 1er avril 2014, les Canadiens auront accès à de la marijuana thérapeutique dont la qualité sera plus strictement contrôlée. Le fédéral a entrepris de remplacer l’ancien système, où les patients s’adressaient à de petits producteurs à domicile ou au ministère de la Santé du Canada. La qualité de la drogue fournie était souvent jugée mauvaise par les utilisateurs. Dorénavant, la drogue sera offerte par des producteurs commerciaux. Les patients pourront passer leur commande directement auprès de ceux-ci, en présentant un document signé par leur médecin, sans avoir à obtenir une approbation de Santé Canada. Ils recevront la drogue par la poste. Selon Santé Canada, 37 400 Canadiens utiliseraient la marijuana à des fins thérapeutiques. Grâce au nouveau programme, 400 000 patients pourraient y avoir accès d’ici 2024.

alcool-mappemonde-jflt

 

 

 

 

 

 

 

 

UNE PILULE CONTRE L’ALCOOLISME
La société danoise Lundbeck vient de recevoir l’autorisation de proposer son médicament Selincro sur le marché européen. Attendu en France en 2014, il est censé réduire l’envie de boire des alcooliques. Selon les essais cliniques réalisés par Lundbeck, il réduirait de 60 % la consommation après six mois de traitement, pour une baisse moyenne d’une bouteille de vin par jour. Le médicament agit sur le système de récompense du cerveau. En effet, chez certaines personnes, prendre deux ou trois verres provoque un emballement dans la production d’endorphines, ce qui pousserait à boire davantage. Le Selincro peut se prendre au besoin, avant une fête par exemple. Si les résultats en Europe sont concluants, il pourrait être lancé en Amérique du Nord.

La molécule n’est pas une panacée. Elle ne serait pas efficace pour tout le monde. En outre, les psychiatres rappellent qu’une psychothérapie demeure nécessaire pour lutter contre les problèmes de dépendance.

ENFIN BRANCHÉ
Le Dossier Santé Québec — qui vise à connecter à un même réseau informatique les cliniques, les hôpitaux et les pharmacies — devait être déployé en 2011. Les ratés se sont accumulés, mais cette fois, le ministre de la Santé jure qu’il est sur la bonne voie. Toutes les pharmacies du Québec devraient être branchées d’ici juin 2014. Les pharmaciens pourront recevoir des ordonnances électroniques et obtenir des informations à propos de tous les médicaments prescrits à un patient, pour prévenir les interactions néfastes. Les dernières phases du projet devraient s’achever en 2016. Il aura fallu 1,6 milliard de dollars pour informatiser le réseau de la santé, plutôt que les 563 millions initialement prévus.

IMPRIMANTES D’ORGANES
En avril 2013, une équipe de San Diego, en Californie, annonçait qu’elle avait réussi à fabriquer un rein artificiel grâce à une imprimante 3D, en assemblant des cellules sur un échafaudage de collagène. En septembre, c’était au tour d’une équipe chinoise d’« imprimer » des reins. Ces organes sont miniatures et beaucoup moins perfectionnés que les vrais. En outre, ils ne survivent que quelques mois en laboratoire. Mais la technologie emballe les adeptes de la médecine régénérative, qui espèrent un jour arriver à imprimer des cœurs, des reins ou des vessies pouvant servir à des transplantations. La société Hewlett-Packard compte investir le marché des imprimantes 3D en 2014.

LA FIN DU SIDA ?
Un vaccin contre le VIH, mis au point par des chercheurs de l’Université de l’Oregon, aurait la capacité d’éliminer complètement le virus, selon des résultats qui ont été publiés sur le site Internet de la revue Nature en octobre 2013. Pour l’instant, il n’a été testé que sur des primates, pour neutraliser le virus d’immunodéficience simienne, une forme de VIH qui touche les singes. Les scientifiques tentent maintenant de l’adapter aux humains.

Photo : AP/M. Hutmacher/PC
Photo : AP/M. Hutmacher/PC

 

 

 

 

 

 

 

 

CLIMAT : LE GRAND DÉRANGEMENT
En octobre dernier, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a rendu public le premier chapitre de son cinquième rapport, qui fait le point sur la science du climat. Les autres chapitres, qui portent sur l’adaptation aux changements climatiques et leurs effets ainsi que sur les mesures pour limiter l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, seront publiés en 2014. Ils statueront non pas sur l’ampleur du réchauffement, mais sur ses conséquences environnementales, sociales et économiques. Mauvaises nouvelles en perspective…

L’EAU POTABLE MENACÉE ?
Fin 2014, l’Agence de protection de l’environnement américaine rendra publics les résultats fort attendus de son étude sur les effets de la fracturation hydraulique sur les ressources en eau potable. Ces résultats risquent d’influencer fortement le développement et la réglementation de cette technologie controversée, déjà largement utilisée pour l’exploitation du gaz de schiste et du pétrole.

VIVE LE CERVEAU !
Malgré la crise économique, l’Europe a annoncé en 2013 le lancement de la plus importante recherche en neurosciences jamais imaginée. Doté d’un budget d’un milliard d’euros sur 10 ans, le Human Brain Project, auquel participent 150 laboratoires, vise à modéliser l’activité des quelque 100 milliards de neurones du cerveau humain pour mieux en saisir le fonctionnement. Le président Obama a quant à lui accordé 100 millions de dollars pour la seule année 2014 à la BRAIN Initiative, une recherche américaine similaire. De quoi doper les neurosciences pour les années à venir…

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie