Transformer la vie des patients grâce à la science

Lorsque nous consultons un médecin, soit il nous administre des traitements, soit il nous rédige une ordonnance pour obtenir des médicaments en pharmacie dont nous avons besoin pour guérir. Tout cela est rendu possible grâce au travail effectué en amont par les compagnies pharmaceutiques et les gouvernements. François Villeneuve, chef de direction, Accès au marché et Tarification de la société Bristol Myers Squibb (BMS) Canada, nous raconte les défis qu’il doit relever au quotidien afin que les patients aient accès à des médicaments au potentiel transformateur.

François Villeneuve, Chef de direction, Accès au marché et Tarification, Bristol Myers Squibb Canada

De notre partenaireLogo partenaire

Dès que Santé Canada approuve un médicament, qui a terminé un long processus de développement et réussi toutes les phases d’études cliniques, il faut attendre encore plusieurs mois, voire quelques années avant d’obtenir un remboursement par les différents régimes d’assurance. « Au Québec et au Canada, il faut suivre un processus bien établi, et c’est ce sur quoi mon équipe travaille afin que chaque patient qui bénéficie de nos médicaments puisse y avoir accès, indique François Villeneuve. C’est la raison d’être qui guide nos actions quotidiennes. »

Pour réaliser ce mandat, son équipe travaille en collaboration avec ses partenaires les plus importants – chercheurs, médecins, groupes de défense des patients et intervenants gouvernementaux – afin de leur permettre d’apporter de nouveaux traitements contre les maladies graves, en plus d’émettre des recommandations relatives à leur couverture par le régime public d’assurance-maladie et d’y faciliter l’accès.

De grandes avancées ont eu lieu ces dernières années. Par exemple, lorsque BMS a vu les patients atteints de cancer avoir accès à son médicament en immuno-oncologie, le premier du genre à être accessible au Canada en 2012.

« C’était une nouvelle façon de traiter différents types de cancers qui permet au patient d’utiliser le plein potentiel de son système immunitaire pour combattre les cellules cancéreuses », explique François Villeneuve. Les résultats ont été impressionnants et ont permis à plusieurs patients d’améliorer leur qualité de vie et de la prolonger de façon considérable. « Mon équipe et moi sommes très fiers de faire partie de la société qui a introduit l’immuno-oncologie au pays, alors qu’on prévoit qu’un Canadien sur deux sera atteint d’un cancer dans sa vie. »

Miser sur l’innovation

Le Québec a fait du secteur biopharmaceutique l’un des piliers de son économie en adoptant la Stratégie québécoise des sciences de la vie, en vue de faire de la province l’un des cinq pôles nord-américains les plus importants du secteur d’ici 2027. L’un des objectifs concrets à atteindre est d’intégrer davantage d’innovation dans le réseau de la santé et des services sociaux, notamment grâce à un accès plus rapide aux médicaments porteurs.

« Les objectifs sont très ambitieux et nous sommes très fiers de pouvoir travailler avec le gouvernement du Québec pour les atteindre », affirme François Villeneuve en soulignant que le siège social de BMS et la grande majorité de ses employés sont ici, au Québec. « Il est important que les patients aient accès à des options de traitement pour leur donner une meilleure qualité de vie et améliorer leur survie, en particulier dans le domaine des maladies graves. C’est notre mission. »

Par contre, il s’inquiète du projet du gouvernement fédéral sur la réforme des prix des médicaments. « Je crains que cette réforme empêche le secteur pharmaceutique de continuer sa mission. Nous voulons rendre nos médicaments accessibles et investir dans la recherche et le développement. Les lignes directrices, dès leur publication, susciteront une grande incertitude au sein de l’industrie pharmaceutique, ce qui compromettra l’avancement de la prise de décisions importantes. Tout ça aura des répercussions sur la vie des Canadiens », indique M. Villeneuve. « Nous travaillons fort pour que la solution choisie n’empêche pas l’innovation. La pandémie actuelle démontre à quel point le secteur biopharmaceutique doit amener des solutions novatrices pour s’assurer que les Canadiens aient accès aux options thérapeutiques qui leur permettront de vivre en meilleure santé et plus longtemps. »


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques en collaboration avec l’annonceur. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce conte

Laisser un commentaire