Trois arguments erronés contre les smart drugs

Dans la revue Nature, des chercheurs démolissent les trois principaux arguments utilisés pour condamner le recours aux smart drugs.

Photo : Marie-Claude Hamel

• C’est de la tricherie.
Vrai dans le domaine sportif, où les règlements les interdisent. Mais au bureau ou dans une université, nul n’a encore tracé la frontière entre le double espresso et le Ritalin…

• Ce n’est pas naturel. L’écriture et l’informatique, qui favorisent aussi l’apprentissage, ne sont pas plus naturelles. De toute façon, de nos maisons à nos vêtements, il n’y a plus grand-chose de naturel dans nos vies…

• C’est de la drogue.
La toxicomanie est une maladie sociale. La société réglemente les substances en tenant compte de leur toxicité. L’héroïne n’a pas le même statut légal que la nicotine. Le fait qu’une substance soit une drogue ne suffit pas à en interdire l’utilisation.

Laisser un commentaire