Twitter et les antibiotiques

Les médias sociaux peuvent-ils améliorer la diffusion d’informations de qualité concernant la santé ? C’est ce qu’ont voulu savoir des chercheurs américains en analysant la manière dont on parle des antibiotiques sur le réseau Twitter. Leur étude a été publiée dans le American Journal of Infection Control ; elle est en version intégrale ici (en pdf).

Les chercheurs de la Columbia University ont sélectionné un millier de « twits » contenant le mot « antibiotic » qu’ils ont couplé à d’autres mots-clés pour estimer le type d’information transmise. Sur les 1 000 messages, le mot antibiotique était associé 345 fois à « flu » (grippe), et 302 fois à « cold » (rhume)… alors que les antibiotiques sont inutiles pour traiter ces deux maladies.

Selon les chercheurs, le milieu médical aurait tout intérêt à regarder de près les médias sociaux qui sont effectivement devenus un nouveau lieu d’échange d’informations en santé. Twitter et autres pourraient par exemple servir à repérer des comportements inappropriés (comme prendre des antibiotiques pour soigner un rhume) et à envoyer des messages ciblés à leurs auteurs repérés par mots-clés, et plus généralement à orienter et cibler la prévention.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.