Un défi à 200 000 dollars pour concevoir des respirateurs artificiels abordables

La Fondation de l’Hôpital général de Montréal lance un appel aux ingénieurs et scientifiques pour pallier une éventuelle pénurie de cet équipement essentiel. 

Photo : iStockPhoto

Le défi est lancé aux ingénieurs et aux scientifiques du monde entier : concevoir un ventilateur simple, peu coûteux et facile à fabriquer. Ces respirateurs artificiels sont essentiels pour la survie des malades de la COVID-19 en détresse respiratoire. 

« Nous avons besoin d’être prêts, 70 % de la population dans le monde pourrait potentiellement être infectée par la COVID-19 », explique Sylvie Riendeau, directrice du marketing et des communications de la Fondation de l’Hôpital général de Montréal. 

Déjà, plus d’une centaine d’équipes ont répondu au défi de la Fondation de l’Hôpital général de Montréal, lancé en collaboration avec l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. L’appel a été lancé sur la plateforme Agorize, que la communauté scientifique connaît bien pour ses défis scientifiques et médicaux.   

Il n’existe que quelques fabricants de respirateurs artificiels dans le monde et ils sont actuellement incapables de répondre à la demande, comme en Europe, où le manque a des conséquences catastrophiques. Des médecins italiens doivent choisir quels patients soigner en priorité, par manque de matériel. 

Pour l’instant, le Québec n’est pas en pénurie d’équipement. « Dans deux, trois semaines, ça dépend. On veut regarder les scénarios plus pessimistes », a déclaré le premier ministre François Legault en point de presse vendredi.

Beaucoup de scientifiques, d’étudiants aussi, forcés d’arrêter leurs activités quotidiennes pourraient avoir du temps pour se pencher sur de tels projets, selon Sylvie Riendeau. « De plus, les scientifiques ont l’habitude de travailler à distance. Des équipes peuvent donc se former, comme des laboratoires, mais en télétravail. » 

Un vétérinaire pourrait se rendre compte que les respirateurs pour animaux peuvent être calibrés pour les êtres humains, par exemple. « C’est ce genre d’idées [qu’on recherche]. Il faut penser en dehors de la boîte », dit Sylvie Riendeau.

Afin d’analyser la solidité scientifique des projets soumis, des chercheurs, des ingénieurs et des membres du personnel médical de l’Hôpital général de Montréal seront mobilisés.

Les trois meilleurs designs de respirateurs seront offerts en téléchargement gratuit, pour les équipes médicales du monde entier.

Vous pouvez suivre ce lien pour vous inscrire au défi. La date limite pour soumettre votre projet est le 31 mars 2020.

Vous avez des questions sur la COVID-19 ? Consultez ce site Web du gouvernement du Québec consacré au coronavirus.

Vous avez des symptômes associés à la maladie ? Appelez au 1 877 644-4545 ou consultez un professionnel de la santé.

Les commentaires sont fermés.

Erreur dans le premier paragraphe ! On pallie quelque chose, et non à quelque chose. Pour pallier une éventuelle pénurie.

Bonne journée !

Bonjour Mme Dupuis,
Merci de nous avoir soulevé cette coquille. Nous venons de la corriger.

Bonne journée !