Un diplôme contre un rein

Les étudiants fauchés devraient avoir le droit de vendre un de leurs reins pour subvenir à leurs besoins, affirme Sue Rabbitt Roff, spécialiste en sociologie médicale et professeure à l’Université de Dundee, en Écosse, dans le British Medical Journal.

Un diplôme contre un rein
Photo : iStock

Malgré les campagnes de sensibilisation, écrit-elle, l’offre de reins ne suffit pas à la demande. Et cette demande est appelée à augmenter, compte tenu de la hausse des problèmes de diabète et d’hypertension.

Selon Sue Rabbitt Roff, le prix d’un rein devrait être fixé à 28 000 livres sterling (45 000 dollars canadiens), l’équivalent du salaire annuel moyen en Grande-Bretagne. Son texte a soulevé un vent de protestation.

La vente d’organes est actuellement interdite en Grande-Bretagne, tout comme au Canada. Seul le don altruiste est permis.