Un gros déjeuner pour perdre du poids ?

Selon des chercheurs, consommer beaucoup de calories le matin diminuerait l’appétit pour le reste de la journée et favoriserait ainsi la perte de poids. La réalité est plus complexe, explique le professeur-chercheur Benoît Arsenault.

Olga Miltsova / Getty Images

Une calorie a-t-elle le même effet sur le poids, peu importe le moment de la journée où on la consomme ? Le fait de consommer la majorité des calories le matin plutôt que le soir change-t-il quelque chose ? C’est ce qu’a voulu vérifier une équipe de chercheurs du Royaume-Uni et des Pays-Bas. Leur étude, dont les résultats ont été publiés à l’automne 2022 dans la revue Cell Metabolism, a montré que les participants ayant ingéré la majorité de leurs calories le matin avaient signalé une faim plus faible en journée.

Serait-ce la nouvelle stratégie pour perdre quelques kilos ? Avant de changer vos habitudes alimentaires, il est important de bien comprendre la portée de ces travaux. 

Benoît Arsenault, chercheur à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, s’intéresse notamment aux effets de l’alimentation et de l’activité physique sur des problèmes de santé comme l’obésité et les maladies cardiovasculaires. Il répond à nos questions pour nous aider à mieux saisir les implications de cette étude. 

Les chercheurs ont-ils constaté une différence pour la perte de poids entre le fait de manger un gros déjeuner ou un gros souper ?

Ils ont observé que peu importe quand on mange, le fait de consommer moins de calories est associé à une perte de poids à court terme. Prendre davantage de calories le matin versus en ingérer davantage le soir n’influence pas la trajectoire de perte de poids.

Reste que lorsque les participants prenaient un gros déjeuner, ils ressentaient moins la faim pendant la journée. Selon les auteurs, cela pourrait favoriser la perte de poids dans certains contextes. Que pensez-vous de cette interprétation ?

J’ai des réserves par rapport à certaines conclusions des auteurs. Ils font des hypothèses lorsqu’ils avancent que la diminution d’appétit associée à un gros déjeuner pourrait favoriser la perte de poids si les gens ne sont plus soumis à un régime fixe. Il faudrait refaire une nouvelle étude à plus long terme pour le confirmer. Par ailleurs, quand on observe leurs résultats sur la sensation de faim, le désir de manger, la soif et l’appétit en général, on voit que les différences sont quand même mineures.

S’agit-il d’une étude sérieuse, avec seulement 30 participants ?

Il s’agit d’une belle étude randomisée contrôlée. Les chercheurs ont recruté 30 sujets avec un poids élevé, mais en bonne santé. Ils ont suivi un protocole de type chassé-croisé : la moitié des participants ont consommé la majorité de leurs calories le soir pendant les quatre premières semaines de l’étude, puis ils ont changé pour le matin pour les quatre dernières semaines. L’autre moitié des participants ont fait l’inverse. Les chercheurs ont préparé tous les repas. Ils ont également considéré beaucoup de marqueurs de santé, entre autres le poids, la dépense énergétique, la concentration sanguine de glucose, le taux d’insuline, l’appétit et la concentration des hormones qui contrôlent la faim.

Les chercheurs font une distinction entre lève-tôt et lève-tard. Pourquoi ?

Si vous êtes lève-tard, le fait de prendre un gros déjeuner le matin ne s’intégrera peut-être pas bien dans votre mode de vie. Dans les recherches scientifiques, c’est important de bien documenter l’effet du chronotype — le mot scientifique pour dire si on est un lève-tôt ou un lève-tard — sur nos choix alimentaires pour voir si cela peut influencer notre santé. Actuellement, il n’y a pas beaucoup de preuves solides pour soutenir cette idée.

Que doivent retenir de cette étude les gens qui désirent perdre du poids ?

Elle confirme que consommer ses calories le matin ou le soir n’a pas d’influence sur la perte de poids à court terme. Les résultats peuvent être utiles pour les personnes qui veulent tenter de perdre du poids en diminuant leur apport énergétique. Cependant, il faut rappeler que la perte de poids n’a pas été étudiée à long terme. Les travaux qui se penchent sur la restriction calorique à long terme observent des effets nettement inférieurs sur la perte de poids que les études à court terme, car la restriction calorique est très difficile à maintenir dans le temps. 

Quel est l’intérêt de ce genre d’études ?

Cette étude est très intéressante parce qu’elle répond à une question tout à fait valable : est-ce que le fait de consommer nos calories le matin plutôt que le soir a une influence sur différents marqueurs de santé ? C’est important pour l’avancement des connaissances en nutrition de tester ce genre d’hypothèses et de publier ces résultats même s’ils ne les confirment pas. C’est ainsi que la science progresse et qu’on peut communiquer l’état des connaissances en nutrition au grand public.

Et que pensez-vous de l’effet d’une étude comme celle-ci sur notre perception de la santé ?

Beaucoup d’études ne s’intéressent qu’à la perte de poids. Cela envoie un double message, parce que la restriction calorique n’est pas une panacée pour être en meilleure santé. Par exemple, aucune étude ne démontre que les diètes restrictives sont associées à une réduction des risques de maladies cardiovasculaires. Peu importe le moment de la journée où on mange, je crois que ce qui compte, c’est de miser sur la qualité de notre alimentation plutôt que sur la quantité.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.