Un moratoire sur le H5N1 artificiellement muté

39 scientifiques parmi les meilleurs spécialistes de la grippe ont convenu d’un moratoire de 60 jours sur la recherche impliquant des virus de la grippe mutés en laboratoire pour être transmissibles entre mammifères.

L’équipe du chercheur néerlandais Ron Fouchier (qui fait partie des signataires du moratoire publié dans Science et Nature) avait créé toute une controverse fin 2011 en voulant publier une étude sur un virus H5N1 rendu transmissible entre mammifères (voir le billet Un H5N1 «pire que l’anthrax» créé en labo !)

Les autorités américaines responsables de la surveillance des armes biologiques avaient alors bloqué la publication du chercheur, un tel virus constituant à leurs yeux une potentielle arme biologique de destruction massive extrêmement dangereuse dont la recette ne devait pas être divulguée.

Le chercheur du centre hospitalier Erasmus de Rotterdam s’est défendu en expliquant combien cette mutation permet aux scientifiques de progresser dans la compréhension des virus grippaux susceptibles de provoquer des pandémies.

Dans la nature, les virus de la grippe aviaire se transmettent très facilement entre oiseaux, mais ne posent guère de problèmes aux humains parce qu’ils se transmettent pas ou peu entre mammifères.

Mais rien ne dit qu’une mutation qui les rendrait transmissibles entre humains ne se produira pas un jour ou l’autre dans la nature. D’où l’intérêt d’étudier la «bête»  en labo avant qu’elle n’apparaisse spontanément quelque part sur la planète.

Les scientifiques experts de la grippe se réuniront fin février sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé pour examiner les enjeux d’éthique, de sécurité et de science liés à ces études, et décideront éventuellement de lever le moratoire à cett occasion.

Plus de détails dans cet article de Science Insider.

Laisser un commentaire

Bref, au fond, ce que ces types ont fait, c’est de mettre au point une arme bactériologique – ou plus exactement virale – comme ça, gracieusement, sans que personne n’ait à la leur quémander. Et malgré une telle générosité, vous nous dites qu’il se trouve des bilieux, des aigris pour le leur reprocher ? Mais y’où ce que s’en va le monde !

Les plus populaires