Un problème de GPS expliquerait les neutrinos plus rapides que la lumière

Le CERN a confirmé à l’Associated Press la rumeur annoncée d’abord par Science Insider : les chercheurs auraient mis le doigt sur ce qui a pu faire croire que des neutrinos pouvaient être plus rapides que la lumière.

Ce serait une mauvaise communication entre un récepteur GPS et un ordinateur qui aurait trompé les scientifiques de l’expérience OPERA, rapporte Science Insider.

Cela reste à confirmer. Mais si c’est le cas, cela n’étonnera guère la communauté scientifique, qui n’a jamais vraiment cru que des particules pouvaient réellement avoir donné tort à Einstein en allant plus vite que la lumière.

Y a-t-il quelqu’un à blâmer pour toute cette histoire ? Non ! C’était un beau mystère à mettre sous les projecteurs, grâce auquel on a parlé de physique des particules et de neutrinos dans à peu près tous les médias de la planète.

Ce n’est certainement pas près de se reproduire !

Laisser un commentaire

Cela démontre bien que la science ne devrait pas sortir »LA NOUVELLE » a tout bout de champs. Mais attendre confirmation, vérifiction, revérification, contre vérification.

Mais bon en cette ère de l’instantanné médiatique, la science (je devrais dire certains scientifiques)a décidé d’emprunter cette voie du »marketing du sensationnel » pour mousser ses budget et ou ses recherches.
Notez bien que cette voie du sensationnalisme est amplement utilisé par les négationistes du facteur humain dans le réchauffement planétaire. Eux qui vont utiliser une tempête de neige ou un épisode de froid intense pour nier.

P.S. La fausse nouvelle a fait le tour du monde mais la confirmation du mauvais fonctionnement du GPS ne fera qu’un entrefilet s’il fait la nouvelle.

est-ce que ça fera avancer la technologie des GPS, la connectique etc. , ou c’est juste un problème triviak?

Je m’excuse Gilbert, mais le CERN n’a pas balancé cette « nouvelle » à tout bout de champs. Bien au contraire. Ce sont simplement les médias qui comme souvent se sont emballé pour ce qui est clairement resté pour tous les scientifiques une simple bizarrerie expérimentale. D’ailleurs, tout le monde attendait cette nouvelle moins sensationnelle pour les médias.

Je précise tout de même que entre cette mesure et sa parution, il s’est écoulé plus de 6 mois car tous les gens de l’expérience ont évidemment pensé à une erreur. Au bout de 6 mois après avoir revu tous les instruments et refait des essais, l’expérience OPERA a jugé bon de faire part de cette étrange mesure à la communauté scientifique pour que cette dernière puisse mettre le nez dans les mesures et trouver l’erreur. Il y a eu un article expliquant l’expérience et une présentation au CERN, c’est tout. La presse s’est chargé du reste. Ces expériences sont complexes et vérifier toute la chaine d’acquisition est une chose de haute voltige qui prend du temps. Il semblerait que le problème de mesure se précise enfin mais reste encore à le valider grâce à d’autres expériences qui auront lieux dans les prochains mois.