Un rein à la ceinture

Les deux millions de patients dans le monde qui souffrent d’insuffisance rénale pourraient un jour s’affranchir des séances de dialyse à l’hôpital et plutôt porter à la taille un rein artificiel. 

Photo : Getty Images
Photo : Getty Images

C’est le rêve du Dr Victor Gura, du Centre médical Cedars Sinai, à Los Angeles. Ce néphrologue a mis au point un système de filtration du sang plus efficace que celui utilisé dans les dialyseurs actuels, et qui permet de réduire considérablement la grosseur de l’équipement.

Le Wearable Artificial Kidney (WAK) pèse cinq kilos. Des essais préliminaires seront réalisés cette année auprès de patients à l’Université du Washington à Seattle. Ils porteront le rein artificiel pendant 24 heures pour vérifier sa performance.

Laisser un commentaire