Une bière à base d’urine, ou l’art de la science-miction

Cette initiative insolite en cache une autre: implanter un système peu coûteux pour traiter les eaux usées dans les pays en voie de développement.

(Photo: Pexels/LittleVisuals)
(Photo: Pexels/LittleVisuals)

D’ordinaire, on utilise des termes grivois reliés à l’urine pour tourner en dérision le goût douteux d’une mauvaise bière.

Mais selon Reuters, des chercheurs de l’Université de Gand, en Belgique, sont plutôt en train de transformer l’urine en bière. Littéralement.

Pour ce faire, ils ont créé une sorte de distillateur alimenté à l’énergie solaire, qui sépare l’eau des fertilisants contenus dans l’urine, comme le potassium, le phospore et l’azote.

Une fois l’eau devenue potable, ils l’utilisent dans la fabrication d’une bière baptisée From Sewer to Brewer  (de l’égout à la broue, pourrait-on dire). Un premier brassin a déjà été obtenu à partir de cette eau usée clarifiée, en collaboration avec la brasserie gantoise De Wilde Brouwers, souligne le quotidien suisse 24 heures.


À lire aussi:

L’étrange bus qui chevauche les routes


Au-delà du coup de pub et de l’exposition médiatique que leur donne cette initiative pour le moins audacieuse, les chercheurs aspirent surtout à implanter un système simple, peu coûteux et autonome pour traiter les eaux usées dans les pays en voie de développement, tout en les approvisionnant en eau potable et en fertilisants.

À cette fin, les chercheurs ont d’ailleurs récemment testé les capacités de leur invention en récoltant et en traitant 1 000 litres d’urine, pendant les 10 jours d’un festival de musique et de théâtre. Ils espèrent renouveler l’expérience dans des stades, des arénas, des centres commerciaux et des aéroports.

Mais ces experts belges de la science-miction ne sont pas les seuls à tenter de tirer profit des déjections humaines: des chercheurs de l’Université West of England, à Bristol, planchent sur un prototype de pile microbienne alimentée à l’urine, rapporte The Telegraph.

Peut-on envisager qu’un jour des collectivités isolées se débarrasseront de leurs eaux usées tout en s’alimentant en électricité, en fertilisants et en eau, simplement grâce à leur urine? On peut certainement l’espérer, et même trinquer en l’honneur de ces idées, en attendant de voir si elles se concrétiseront.

Les commentaires sont fermés.

On retrouve dans l’urine bien des produits toxiques, ainsi que des dérivés de médicaments et des hormones. Bien que ces dérivés soient en quantité minime si on recueille l’urine de plusieurs personnes, ce n’est pas le cas des hormones féminines. Une bière contenant ces hormones aura pour effet de féminiser les hommes qui en consommeront et augmentera le nombre d’hommes stériles, ce qui n’est pas une mauvaise chose pour ces pays en voie de développement qui font face à une surpopulation.
Mais dans les pays développés, ou le taux de natalité est déjà faible, il faudra donc s’assurer que la purification de l’urine soit suffisamment efficace pour enlever ces hormones ainsi que les produits toxiques que notre corps élimine naturellement dans l’urine.

Les plus populaires