Une bonne et une mauvaise nouvelle

La pratique régulière d’activités physiques réduirait de 20 % les symptômes d’anxiété associés aux maladies chroniques, mais elle causerait aussi de l’anxiété !

Activité physique : une bonne et une mauvaise nouvelle
Photo : Waltraud Ingerl/iStockphoto

La bonne nouvelle…

La pratique régulière d’activités physiques réduirait de 20 % les symptômes d’anxiété associés aux maladies chroniques. Des chercheurs de l’Université de la Géorgie, aux États-Unis, ont analysé les conclusions de 40 études scientifiques menées auprès de 2 914 personnes souffrant de maladies chroniques comme le diabète, le cancer ou les troubles cardiovasculaires. Les séances d’au moins 30 minutes, répétées trois fois par semaine, seraient les plus efficaces.

… et la mauvaise

Chez certaines personnes, les messages qui font la promotion de l’activité physique causent… de l’anxiété ! Un sondage mené par Suzanne Laberge, sociologue du sport à l’Université de Montréal, montre qu’une personne sur cinq se sent anxieuse et coupable quand on l’incite à bouger. « C’est vrai autant pour les gens qui ont un poids santé que pour ceux qui sont obèses, explique la professeure. Souvent, ils n’arrivent pas à faire du sport, parce que leur horaire est trop chargé ou parce que leurs revenus ne leur permettent pas d’avoir accès aux installations. »

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.