Une course à l’électorat au rythme du petit train du Nord

Lors d’une course à Rivière-Rouge, le Dr Alain Vadeboncoeur a croisé trois candidats du comté, à qui il a posé quelques questions, notamment quant à la légalisation des frais accessoires. Compte-rendu.

Sante_et_scienceMa course est bien engagée, le rythme est bon, je n’ai pas de douleur. Mais au quatrième kilomètre, je croise déjà le coureur de tête, qui revient par le parcours inverse, avec 2 km d’avance sur moi.

Filant comme une balle, un sourire aux lèvres, il lève discrètement la main pour me saluer, avant de poursuivre sa course. Tiens? Il me semble l’avoir déjà vu quelque part…

Le parcours de 10 km du Marathon de la Rouge se déroule entièrement sur la piste cyclable du Petit train du Nord. Il s’agit de couvrir 5 km vers le nord, puis de revenir en plein coeur de Rivière-Rouge. Très agréable de courir par cette température fraiche de ce dimanche d’octobre.

Si la plupart des coureurs et coureuses s’en donnent à coeur joie, le souffle un peu fort de quelques-uns m’inquiète, bien qu’ils semblent avoir l’énergie de poursuivre.

Pour l’instant, je m’accroche au coureur qui me précède. Je fais un peu le vide, me laissant porter quelques minutes par son rythme. Puis, lorsque je me sens bien relax — hop! — j’augmente la cadence, mais avec prudence. Il s’agit de ne pas courir trop vite trop tôt.

Je vire à mon tour au cinquième kilomètre, tandis que la file des coureurs devient plus ténue. Pas de douleur, le souffle est toujours bon. Je continue de m’accrocher. Je donne ensuite un petit coup de plus, afin d’accélérer la cadence. Je double… laborieusement.

Vers la fin, tandis que je file sur les talons d’une femme élancée, je tente une ultime accélération. Ça ne fonctionne pas. Je remets les gaz. Finalement, je double une dernière fois, levant le pouce vers elle, en signe d’encouragement. Je suis au maximum, je ne pourrai faire plus vite.

Je termine ainsi ma course en 57 minutes, bon pour moi, coureur très moyen : c’est tout de même six minutes de mieux que mon premier 10 km, couru il y a 4 ans à Montréal. Je souffle un peu en franchissant la ligne d’arrivée.

«Il n’y avait personne derrière»

En marchant pour relaxer, je croise le gagnant, toujours souriant. C’est là que je le reconnais. Son visage est sur tous les poteaux: c’est Simon-Pierre Landry, le candidat-médecin du NPD dans ce comté de Laurentides-Labelle.

Oeuvrant à St-Agathe, fort impliqué socialement, notamment avec le groupe ROME autour du projet de loi 20 du ministre Barrette, c’est un médecin progressiste qui a pris la décision de se lancer en politique, voilà quelques mois.

Je lui serre la pince. Quelle course! Avec son 10 km en 36 minutes, il vient de pulvériser de 4 minutes le record du parcours.

«Rapide aujourd’hui, Simon-Pierre! Est-ce que ça augure bien pour l’élection?

– En tout cas, ça s’est bien passé.

– J’imagine que c’est pas ta première?

– J’ai fait du crosscountry, dans le Vert et or de Sherbrooke.

– Pas trop de problèmes aujourd’hui?

– Quand je me suis retourné, je ne voyais personne derrière.»

Il sourit d’un air entendu. Puis, nous jasons encore un peu, de course à pied comme de la course politique. La seconde chauffe passablement plus, avec cette chute des appuis au NPD, puis la remontée du Bloc et, surtout, celle du Parti libéral. Pour l’instant, à la veille des élections, les projections  donnaient 4 points de plus du NPD.

Projection des partis (19 octobre 2015) dans Laurentides-Labelle, avec l'outil <a href="http://signal.lactualite.com/" target="_blank"> Le signal</a>. NPD: 31%, PLC: 27.2%, BQ: 27%, PC: 11.7%, PV: 2.9%.
Projection des partis (19 octobre 2015) dans Laurentides-Labelle, avec l’outil Le signal. NPD: 31%, PLC: 27.2%, BQ: 27%, PC: 11.7%, PV: 2.9%.

Actuellement, d’après les projections du Signal, de L’actualité et Vox Pop Labs, les trois premiers candidats sont presque nez à nez. C’est donc l’une des courses les plus serrées au Québec.

Les candidats foisonnent

Et voilà que surgit un second candidat! C’est celui du Parti libéral du Canada, David Graham, qui n’a visiblement pas couru, non plus.

L'auteur, en compagnie des candidats Simon-Pierre Landry (NPD) et David Graham (PLC)
L’auteur, en compagnie des candidats Simon-Pierre Landry (NPD) et David Graham (PLC)

Nous discutons du défi que représente ce grand comté de 19 694 km2, s’étendant de Saint-Sauveur à Mont-Laurier, où le Bloc avait fait élire Johanne Deschamps avec 47.08 % des votes en 2008 et qu’avait ensuite remporté Marc-André Morin du NPD en 2011, avec 43.83 %.

Quand je me retourne pour aller chercher de l’eau, voilà que je tombe… sur une autre candidate, Johanne Régimbald, du Bloc québécois. Elle n’a pas couru, mais est tout de même venue faire un tour.

L'auteur en compagnie candidats Simon-Pierre Landry (NPD) et Johanne Régimbald (BQ).
L’auteur en compagnie candidats Simon-Pierre Landry (NPD) et Johanne Régimbald (BQ).

Je suis perplexe. Puis, je comprends: comme il y a plusieurs centaines de coureurs à cet évènement de Rivière-Rouge, avec leurs familles et des curieux, c’est un rassemblement populaire idéal pour des candidats se disputant chaudement le comté.

Simon-Pierre Landry en est à sa quatrième course à pied dans cette campagne, une bonne manière de rencontrer les électeurs tout en gardant la forme durant la course de fond électorale, où il n’a pris jusqu’ici aucune journée de repos. Le candidat David Graham m’a assuré pour sa part avoir cogné à 10% des portes du comté au fil des semaines.

J’en profite pour leur poser quelques questions, pourquoi pas. Je fais même un Infoman de moi (en moins drôle) en leur demandant directement devant ma selfie-caméra s’ils s’engagent à combattre la décision du gouvernement québécois de légaliser les frais accessoires, dont j’ai récemment parlé.

Pour ou contre les frais accessoires ?

Le candidat Landry s’y engage rapidement, au nom du NPD. Il souhaite combattre ces frais accessoires et faire appliquer la loi canadienne sur la santé et ses cinq principes, notamment celui de l’accessibilité. Il a d’ailleurs travaillé tout au long de la campagne pour faire de la santé un enjeu important.

Pour la candidate du Bloc, Johanne Régimbald, le sujet semble un peu plus délicat. Elle souhaite rappeler que c’est de juridiction provinciale.

Je ne suis pas certain que le candidat libéral David Graham ait complètement compris la question, mais il s’engage tout de même, dans le même sens que Simon-Pierre Landry, à défendre les principes de la Loi canadienne sur la santé.

Une finale serrée

Alors que rien ne semble joué dans les derniers jours de la course, il est à peu près impossible de prédire les résultats de cette bataille à trois, beaucoup moins prévisible que ce 10 km, où Simon-Pierre Landry a outrageusement dominé. Cela devrait forcer les candidats à faire campagne jusqu’à la fin.

Je quitte les candidats, leur souhaitant la meilleure des chances pour la suite des choses. Puis, je retourne à mon chalet, afin de récupérer de cette belle course qui ne m’a pas trop magané.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie