Une ordonnance, pour quoi faire ?

Au Québec, près du tiers des ordonnances remises aux patients par leurs médecins ne sont jamais remplies dans les pharmacies.

Photo © iStock
Photo © iStock

Au Québec, près du tiers des ordonnances remises aux patients par leurs médecins ne sont jamais remplies dans les pharmacies, selon une étude qu’ont réalisée des chercheurs des universités McGill et d’Ottawa.

L’épidémiologiste Robyn Tamblyn et ses collègues sont parmi les premiers au monde à mesurer l’ampleur de ce phénomène. Ils ont compilé 37 500 ordonnances données à près de 16 000 patients entre 2006 et 2009 par 131 médecins québécois. Ils ont ensuite analysé les dossiers des pharmacies et les réclamations aux assureurs privés et public pour ces médicaments.

Ils ont découvert que, neuf mois après leur prescription, 31,3 % des médicaments n’avaient toujours pas été achetés. Les chercheurs ne savent pas encore pourquoi, ni quelle est l’incidence de cette non-adhésion massive au traitement recommandé, mais ils comptent poursuivre leurs recherches en ce sens. Parmi les prescriptions non suivies, certaines touchent des médicaments à prendre « au besoin ». Mais des traitements jugés essentiels, comme la prise d’antihypertenseurs, sont aussi concernés.

Laisser un commentaire

Parmi les causes, il y a le fait que les patients sont maintenant habitués au recours excessif des médicaments par les médecins. Le comportement des médecins est souvent le même. Ils écoutent très peu le patient. Ils essaient rapidement de repérer quelques symptômes qu’ils mettent en relation avec un médicament. Puis ils remplissent à toute vitesse une ordonnance et disent : «Prenez ceci et revenez me voir». Si on demande au médecin quel est le médicament prescrit et s’il y a des effets secondaires, ils répondent : «Demandez au pharmacien» en manifestant leur impatience pour que le patient sorte du bureau au plus vite. Ainsi les médecins maximisent la quantité d’honoraires qu’ils gagnent pour chaque heure «travaillée».

Combien de ces cochonneries ne sont pas vraiment utiles? Je pense particulièrement aux anti-dépresseurs et au lipidor.

Cochonneries les anti- dépresseurs ? Vous n’avez jamais eu besoin de ces « cochonneries » comme vous dites pour vous tromper d’ennemis à ce point …

Consulter un médecin n’engage à rien, alors que prendre un médicament peut occasionner certains effets secondaires. Certains patient veulent simplement être rassurés sur leur état de santé par un médecin, quitte à juger ensuite que leur prescription pourra toujours être utilisée plus tard si leur état persiste et s’ils jugent à propos de 1) se déplacer pour aller chercher le médicament et 2) payer pour le médicament.