Vers un dépistage systématique du cancer chez les fumeurs ?

De même que la mammographie est conseillée pour dépister le cancer du sein chez toutes les femmes, faudrait-il faire passer systématiquement un scanner aux fumeurs pour détecter le plus tôt possible les cancers du poumon ?

Début novembre, des chercheurs américains ont annoncé les résultats d’une étude menée auprès de 53 000 gros fumeurs ou anciens gros fumeurs (au moins un paquet par jour pendant trente ans ou l’équivalent) âgés de 55 à 74 ans, n’ayant aucun symptôme de cancer du poumon.

L’étude publiée par Claudine Isaacs et son équipe dans la revue savante Radiology montre qu’un examen réalisé par avec un tomodensitomètre hélicoïdal  – le CT-scan utilisé depuis les années 1990 – permet de diminuer la mortalité associée au cancer de 20 % chez ces personnes par rapport à une simple radiographie.

Le repérage de tumeurs cancéreuses à un stade moins avancé a permis de traiter des malades plus rapidement et d’améliorer leur taux de survie. Après huit ans, 354 personnes sont décédées parmi celles suivies par tomodensitométrie, contre 442 chez les gens suivis par radiographie aux rayons X.

L’étude a été financée par le National Cancer Institute, un organisme fédéral américain.

La communauté médicale est aux anges : une technique qui permettrait de sauver 20 % de fumeurs en plus semble a priori très souhaitable !

Le tabagisme est de loin la première cause de cancer du poumon. Et même si le nombre de fumeurs diminue, cette maladie reste un problème de santé publique majeur.

Le cancer du poumon tue chaque année quatre fois plus de Canadiens que le cancer du sein (20 600 décès contre 5350, selon les prévisions de la Société canadienne du cancer).

Mais il est encore trop tôt pour crier victoire.

D’abord, parce que la technique donnerait jusqu’à un quart de faux positifs – des gens chez qui on a détecté des tumeurs alors qu’ils n’en avaient pas, ce qui implique beaucoup de chirurgies et de chimiothérapies inutiles.

Ensuite, parce qu’on ne sait pas encore à qui profiterait le plus cette technique: de très gros fumeurs, des gens plus âgés ou au contraire les jeunes ? Il reste bien des analyses à faire pour s’assurer qu’un dépistage systématique vaille la peine.

Ensuite encore, parce qu’il n’est pas évident que le système de santé puisse supporter le fardeau financier d’un dépistage systématique, dont le coût devra être bien étudié, en incluant le fardeau des soins inutiles et de la souffrance provoquée par les faux positifs. 

Finalement, parce que les autorités de santé ont toujours rechigné à mettre de l’avant une technique qui pourrait donner un sentiment de fausse sécurité aux fumeurs et nuire à leur motivation pour arrêter de fumer.

En effet, aider par tous les moyens les fumeurs à écraser reste à touts points de vue LA meilleure stratégie pour diminuer le nombre de cancers du poumon et d’une multitude d’autres problèmes de santé induits par le tabagisme.

L’industrie du tabac le sait d’ailleurs très bien: après avoir longtemps nié les effets nocifs du tabagisme, elle s’est déjà montrée en faveur d’un dépistage systématique du cancer chez les fumeurs, et a déjà financé des études en ce sens.

Raison de plus pour se montrer prudent avec cette idée…

Laisser un commentaire

je suis ne en 1929 j’ai appris a fumer a l’armee
parce que j’avais faim.
j’ai fume jusqu’a 45 ans et un matin sans raison precise j’ai decide d’arreter et je l’ais fait sans rien dire a ma femme qui ne comprenait pas
mon humeur.ca a dure huit jours et ca a ete fini
je n’ai plus fume depuis.
je dis tout ca a tous les intereses dites vous bien que c’est une pure histoire de volonte qui a porte ses fruits autour de moi et j’en suis fier.
a tous un peu de courage et tous mes voeux.

Belle publicité pour les tomodensiomètres.
Les compagnies de tabac devraient investir dans ces machines, question de « rentabiliser » encore plus leurs produits. Le font elles déjà…?

Pourquoi simplement ne pas fumer, c’est peut être trop simple.

Bien oui, c’est certain, c’est plus simple de pas fumer. Mais pourquoi y a t’il encore 25% de la population qui fume malgré toute la reglementation et la discrimination sociale qui en découle ? Peut-être simplement parce que c’est pas aussi facile pour tous d’arrêter… Moi contrairement au monsieur cité plus haut, les 3 fois ou j’ai tenté d’arrêter, j’y pensais au 30 minutes et ca même après 6 mois d’arrêt. Imaginez le calvère (et mon caractère exécrable !). C’est archi faux de croire que pour tous, après 3 jours d’arrêt, on a plus dutout envie. Il y a des gens qui auront toujours envie d’en grillier une. Car après tout la dépendance a la cigarette est comparable à la dépendance a l’héroine… Bien sure j’ai essayé les patch et autre gadget du genre, qui malheureusement me donne mal au coeur et me font vomir tout ce que je mange. :-/ Conclusion, je vais arrêter de fumer le jour ou je vais atteindre une ecoeurantite aigui de la cigarette, mais surtout pas pour faire plaisir a « la société » (a qui d’ailleur je ne fais pas subir ma fumée secondaire car je fume uniquement chez moi ou dehors). De plus, si demain il n’y a plus aucun fumeur, croyez vous vraiment qu’il n’y aura plus aucun cancer du poumon, plus d’asthme, plus d’emphysème… ??? Les poèles a bois, les voitures, les usines… auront elles par miracle cessé de rejeter du CO2 (cause première de polution de l’air) ? Si le taux de cancer du poumon est si élevé, cela peut-il avoir un lien avec la polution atmosphérique qui a atteind un niveau jamais égalé dans l’histoire ?
De plus, si on garde votre approche de qui a droit et qui n’a pas droit a des soins, devrait-on refuser d’emputer la jambe d’un diabétique qui ne vérifie pas son taux de glycémie et s’alimente mal ? Va t’on laisser les jeunes qui fréquentent les raves mourrir d’overdose juste parce qu’on juge qu’ils ont courru après leur malheur ? Alors pourquoi laisser les fumeurs crever sans soin parce qu’ils fument ? En tout cas, moi j’aimerais bien avoir accès a ce scan (je serais même prète a me le payer au privé si un médecin acceptait de me le prescrire) car j’ai un ami qui est mort du cancer a 31, et a cet age quand on a le cancer on en meurt très rapidement (lui est mort 2 semaine après le diagnostique de cancer généralisé, 4 jours après son premier traitement de chimio, ce même s’il avait arrêté de fumer 3 ans auparavent !). Surtout que je considère qu’a 5$/jour (txs sur paquet de cigarette) depuis 15 ans j’ai en masse payé ses soins qu’on me refuse.
Mais bon, c’est vrai, vaut mieux vacciner au frais des contribuables tout le monde pour une grippe qui n’a pas prouver son caractère meurtrier, et laisser les fumeurs mourrir… !
Tant qu’a faire, le gouvernement devrait créer des fosses commune pour y jeter tout les fumeurs, ca aurait le mérite de faire le travail vite et bien. (*sic)

Je suis en faveur de tout test supérieur à la simple radiographie pour détecter le cancer du poumon. Mon père en est décédé il y a 9 mois. Il a fumé la pipe durant plusieurs années, en pensant qu’il ne risquait pas un cancer des poumons parce qu’il n’avalait pas la fumée, ce qui est en fait un mythe. Il avait pourtant arrêté de fumé depuis plus de 10 ans… Il a d’abord consulté pour une mauvaise toux et de la fatigue extrême, et on lui a passé une radiographie. Le radiologiste a alors cru à une simple pneumonie et on lui a donné un rendez-vous de contrôle seulement 2 mois plus tard. C’était en fait un cancer du poumon à petites cellules. Un oncologue lui a dit qu’un meilleur dépistage lors de sa première consultation aurait pu lui sauver la vie. Malheureusement c’était trop tard à ce moment-là… Si une méthode plus efficace que la radiographie existe, j’espère que notre système de santé sera assez intelligent pour s’y lancer le plus rapidement possible!

Les plus populaires