Votez pour la science

Alors que les rumeurs d’élections fédérales vont bon train, cinq organismes de culture scientifique québécois lancent une opération visant à mettre – un peu – de science dans les débats.

L’Acfas, l’Agence Science Presse, l’Association des communicateurs scientifiques, le Coeur des sciences et Science pour tous enverront cette année un questionnaire aux chefs des partis politiques fédéraux afin qu’ils se compromettent sur des enjeux d’intérêt public.

Jusqu’au 15 février, vous pouvez leur envoyer vos questions sur trois grand thèmes – les enjeux énergétiques, les nouveaux produits de consommation et l’industrie forestière – en remplissant le formulaire de Je vote pour la science.

Vous êtes inquiet ou furieux de la manière dont on gère le nucléaire, les sables bitumineux, les médicaments, les OGM, les forêts? Vous voudriez plus de science, de transparence, de stratégies raisonnées ? C’est le moment de le dire!

Laisser un commentaire

Les sciences matérielles , spirituelles , intellectuelles
Les sciences de la nature humaines immatérielles
Les sciences du corps de l’âme et de l’esprit
Les sciences exactes éternelles relatives
Les sciences du passé de l’avenir du présent
Des véritables politiciens cherchants le bien public devraient s’entourer de savants et pas d’ignorants collecteurs de fonds et de commandités de service.

Je pense que nos gouvernements doivent augmenter les ressources financières et matérielles accordées à la recherche scientifique « neutre ». J’entends par « neutre » une recherche scientifique qui n’est pas à la solde des grandes compagnies multinationales. Une recherche scientifique qui s’intéresse aux intérêts des québécois et à leur avenir. Une recherche qui permettrait aux journalistes et aux hommes politiques en quête de vérité et à la population de contrer les manipulateurs, les profiteurs et les « vendus » de ce monde. Une recherche scientifique qui nous permettrait aussi de conserver ici nos diplomés en science et de donner un avenir à nos enfants qui s’intéressent au domaine scientifique et technique.

Ce qui m’inquiète en premier lieu, c’est que le ministre d’État chargé des Sciences et de la Technologie soit un créationniste. Il serait peut-être logique que ce ministre d’État soit un scientifique.

Les plus populaires