VPH : Attention au faux sentiment de sécurité

Les campagnes de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) pourraient avoir un effet pernicieux.

Photo : istockphoto

Aux États-Unis, 24 % des filles âgées de 13 à 21 ans qui avaient reçu le vaccin et qui ont été interrogées par des chercheurs de Cincinnati croyaient qu’elles étaient protégées contre les infections transmissibles sexuellement (ITS).

En réalité, le vaccin Gardasil, qui est offert gratuitement aux jeunes filles au Québec, est efficace contre seulement quatre souches du VPH, qui causent 70 % des cas de cancer du col de l’utérus et 90 % des cas de verrues génitales. Il n’offre aucune protection contre les autres souches (il en existe plus d’une centaine) ni contre les autres ITS.

 

Laisser un commentaire