1960 : Kennedy contre Nixon

La campagne présidentielle opposant Richard Nixon à John Kennedy, en 1960, fut parmi les plus palpitantes de l’histoire moderne.

Kennedy y réinventait la communication politique, chanson de Frank Sinatra à l’appui, et le premier débat télévisé entre un Kennedy bronzé et un Nixon mal rasé allait faire date. Enfin, la fraude électorale au Texas et à Chicago faisait pencher la balance en faveur de Kennedy le jour de l’élection.

L’idée de rejouer ce « duel », de se mettre dans la peau des protagonistes, est donc séduisante. Et ce jeu, proposé par Filosofia dans une traduction française bien faite, permet presque de se croire en pleine action. Presque, car il est impossible de reproduire sur un plateau la complexité et l’intensité d’une campagne présidentielle.

Les auteurs ont tout de même réussi à introduire plusieurs variables. D’abord, soyons sérieux, il n’y a que deux joueurs : les candidats. L’objectif est clair : remporter la majorité des « grands électeurs » – et donc se concentrer sur les États populeux. La chance joue un rôle, mais on introduit aussi l’effet intangible de « l’élan » (le fameux momentum). Chaque candidat peut retourner des situations en profitant à sa manière des choix de l’adversaire, ce qui est bien. Et en fin de course, le soutien des médias régionaux a son importance. Petite déception : la partie des débats n’est pas suffisamment imaginative.

Reste qu’une fois les règles maîtrisées, ce qui demande au moins deux heures, on se laisse prendre au jeu. Croyez-en les experts – j’y ai joué avec Stéphan Bureau. Mais n’insistez pas, je ne révélerai pas qui a gagné !