SociétéSanté et Science

Les tyrans de la boîte à lunch

Elle est revenue de l’école avec sa petite tête blonde penchée sur le côté, la moue boudeuse: «Papa, je me suis encore fait chicaner parce que t’avais mis un truc interdit dans mes collations.»

lunch-grand
Au final, l’autre question ici, c’est : est-ce vraiment le boulot de l’école de se substituer aux parents afin d’enseigner par la contrainte les principes d’une saine nutrition, dont, visiblement, elle ne saisit pas l’esprit? (Illustration : Alain Pilon pour L’actualité)

Oui, je sais qu’un jour tout cela va se retourner contre moi, mais je n’y peux rien : j’enseigne à ma fille à contester les règles quand celles-ci sont absurdes. Et à les enfreindre en cas de force majeure.

Comme lorsque j’ai oublié d’acheter quelque chose à met­tre dans son sac-repas qui se conforme à la grille hyper-restrictive des aliments tolérés par l’école en même temps qu’à ses goûts plutôt pointus.

Puisqu’au final, ce qui compte, c’est qu’elle se nourrisse, je lui refile un truc interdit, qui n’entre pas dans la très fasciste catégorie « fruits, légumes ou produits laitiers qui se consomment sans ustensile ». Comme un bagel. Et je lui dis de se cacher pour le manger.

Je sais, je devrais avoir honte.

Au printemps dernier, une mère du Colorado a commis l’impensable : dans le sac-repas de sa fille, quelques biscuits Oreo accompagnaient un sandwich et du fromage. Le professeur de l’enfant a confisqué les biscuits et écrit une lettre à la mère, lui enjoignant de se conformer aux politiques « santé » de l’école, appuyant juste assez pour bien lui faire sentir qu’elle avait failli à sa tâche. Les anglos appellent ça du lunch shaming. C’est le genre d’humiliation que distillent les bien-pensants qui jugent un obèse qui mangerait autre chose que de la salade, ou une mère qui commettrait l’outrage de laisser son enfant jouer au parc sans surveillance.

L’anecdote des Oreo, relayée sur les réseaux sociaux, a fait exploser ici bien des parents, qui déplorent que les écoles québécoises sombrent dans la même dérive moralisatrice. Je me suis joint à une conversation sur Facebook, lancée par l’auteure Geneviève Petterson, où nous avons convenu à l’unanimité qu’entre les contraintes imposées par une minorité d’enfants allergiques et celles qui émanent de l’obsession du « manger santé » des autorités scolaires, ces politiques représentent un casse-tête, ainsi qu’une intrusion dans nos vies privées.

Mais pire encore : elles envoient un message pernicieux concernant la nourriture. Car en même temps qu’on parle d’une augmentation du taux d’obésité partout en Occident, on est peut-être en train de pousser une génération vers l’autre extrême des troubles alimentaires : l’orthorexie.

« C’est un peu tôt pour statuer là-dessus, modère la docteure en nutrition Karine Gravel, mais c’est vrai qu’on voit que les choses se polarisent. Le problème, ajoute-t-elle, c’est qu’on est en train de créer des classes d’aliments : les bons et les mauvais, alors qu’en réalité ça n’existe pas vraiment. Ces règlements scolaires émanent d’une volonté de bien faire, mais en même temps, ils contribuent à culpabiliser les enfants lorsqu’ils mangent quel­que chose qui ne cadre pas dans cette norme de la “santé”. »

C’est là que l’école erre et que, par sa rigidité, elle encourage une approche médicalisée de la nutrition, qui mène au dérèglement : des enfants qui ne veulent plus manger de gâteau lors de fêtes, « parce que c’est bourré de mauvais sucre et de gras », ou alors qui se gavent de chips quand ils en ont l’occasion, parce que cela leur est toujours interdit.

L’école, elle, ajoute encore plus de poids sur les épaules des enfants. C’est ma fille qui doit payer pour mon refus de me conformer à des exigences que je considère sans fondement. C’est elle qui reçoit les remontrances et qu’on encourage à percevoir la nutrition non plus comme un plaisir, mais comme un médicament.

Ce qui me rappelle ces images du futur lorsque j’étais petit : dans les années 2000, nous allions nous nourrir exclusivement de pilules contenant les nutriments qui nous seraient nécessaires.

Nous y sommes presque. Seu­lement, la pilule est un sac de plastique contenant des bâtonnets de céleri.