Société

Une tempête parfaite

Nous vivons une époque de colère, que les médias, traditionnels et sociaux, cultivent au mépris de l’intelligence.

Illustration: Iris Boudreau pour L'actualité
Illustration: Iris Boudreau pour L’actualité

Il y a quelque chose de pourri au royaume du Québec. Dans celui de France aussi. De même qu’au sud de notre frontière.

C’est tout notre monde prétendument moderne qui paraît touché par un changement climatique qui s’opère chez les femmes et les hommes. Une sorte de dépression atmosphérique qui fait planer un nuage orageux au-dessus de leurs cœurs.

Cette colère, ce truc pourri, c’est un phénomène socio­atmosphérique que les médias ensemencent jusqu’à provoquer les grondements, cherchant le sujet qui prête à controverse, peu importe son importance réelle. Suffit qu’il déchaîne les passions. Et la presque totalité de la concurrence suit.

Pitbulls, burkini, vélos et com­pagnie. L’objectif médiatique est simple: diviser pour régner.

On a longtemps craint la convergence au sein des grands groupes de presse. La convergence des sujets et des publics fait bien plus de dommages à la démocratie.

C’est chez moi que le phénomène est le plus clairement observable. Québec est aux prises avec un bas plafond radio­phonique qu’imposent des stations qui rivalisent en matière de fécondation de la colère.

Tout ce qui méprise les faits au profit d’une «opinion» qui conforte la sienne s’y retrouve. C’est ainsi que la majorité des antennes privées de la ville sont devenues des copies de leurs voisines, s’échangeant des grandes gueules dont la principale qualité est de faire pleuvoir au quotidien le crachin de la petite haine ordinaire sur leurs auditeurs, qui ouvrent la bouche pour pouvoir ensuite en recracher chaque goutte.

Que le reste du Québec ne s’en gausse pas trop. Les réseaux sociaux nous montrent désormais le véritable visage de notre prochain dans ce qu’il a de plus laid: le refus de penser. Et cette bêtise est comme les Pokémon. Suffit d’une application pour se rendre compte qu’elle est partout.

On y cultive les émotions à chaud. Et quand quelqu’un s’y prononce avec nuances sur l’un de ces sujets qui font l’orage permanent des médias, il doit affronter la horde de ceux qui le sermonnent du haut de leur ascendant moral.

Il n’y a qu’à rappeler que tout le monde a droit à la présomption d’innocence, y compris les accusés dans une affaire de pornographie juvénile, et hop! le sang des excités qui défendent leurs semblables venus chahuter un accusé à Trois-Rivières ne fait qu’un tour, évitant soigneusement de passer par le cerveau.


À lire aussi:

Pour l’amour des bêtes


Il y a une crise, bien réelle. Pas nouvelle, mais qui prend de l’ampleur et noircit l’horizon. La vindicte populaire a toujours existé. Mais elle a rarement été aussi bien soutenue par les médias et si parfaitement propulsée que par Internet.

L’avidité des premiers et l’impunité que permet le second sont en train d’ébranler les fondements de notre civilisation. Rien de moins. Parce que ce qui ressort de cette colère, ce qui explique cette «tempête parfaite» où l’opportunisme d’affaires et la technologie ne font plus qu’un, c’est beaucoup un mécontentement généralisé. États, politiciens, institutions: ce qui fait le ciment de nos collectivités s’effrite dans la conscience commune.

On me dira que c’est compréhensible, étant donné que nous avons si souvent été roulés dans la farine. Mais comment revenir en arrière et retrouver la confiance de la population quand une part de celle-ci semble convaincue que toutes les opinions se valent, au mépris des faits, de la loi, de la science, des exemples probants venus d’ailleurs?

L’espoir suffit-il encore? Si on trouve une chose manquante dans les discours tenus sous nos cieux orageux, c’est bien l’idée qu’un monde meilleur puisse advenir.

Nous vivons une époque cruellement nostalgique, où les rêves brisés d’une fraction de boomers et les frustrations de nombreux X se cristallisent. À écouter leurs prophètes de malheur, nous sommes arrivés à la fin de l’histoire de l’humanité. Tous les espoirs placés en la science et l’intellect ne nous sauveront pas de la mort ni de la difficulté de vivre. Alors à quoi bon écouter encore les penseurs et les chercheurs?

Quand je lis certains chroniqueurs et écoute la radio chez moi, j’ai l’impression d’entendre geindre les personnages de L’âge des ténèbres, de Denys Arcand, qu’un critique des Inrocks avait qualifié de «film de vieux con».

Le portrait était pourtant assez juste. Non pas celui des institutions, bien qu’elles soient évidemment imparfaites. Je parle plutôt de la vision catastrophiste d’un pan de notre population qui, mécontente de son sort, a décidé de pourrir celui des autres en lui imposant sa déprime comme une fatalité météorologique.