Méritocratie mon œil
SociétéDes gars, des filles

Méritocratie mon œil

Les filles les plus brillantes à l’école ont moins de chances d’être convoquées en entrevue que les gars les plus médiocres. Pourquoi donc ?

Une nouvelle cohorte prépare son entrée à l’université et, cette année encore, les filles seront majoritaires dans presque toutes les facultés. Elles obtiendront, dans l’ensemble, de meilleures notes que les garçons et seront plus nombreuses à terminer leurs études. Parmi les femmes âgées de 25 à 34 ans, 43 % possèdent un diplôme universitaire, contre seulement 27 % des hommes du même âge, selon l’Institut de la statistique du Québec.

Ce déséquilibre — qui n’est pas unique au Québec — suscite à intervalles réguliers des cris d’alarme sur le retard scolaire des jeunes hommes et leurs perspectives d’avenir déclinantes.

Mais avant de conclure à la déroute des garçons, il serait sage de se demander si leurs résultats scolaires se répercutent sur leurs débouchés professionnels, et si la supériorité des filles à l’école donne à celles-ci une longueur d’avance quand vient le temps de décrocher un emploi.

Ce sont les questions que pose la sociologue Natasha Quadlin, professeure à l’Université d’État de l’Ohio, dans une étude publiée en avril dernier dans American Sociological Review. Si on se fie à ses travaux, les jeunes hommes peuvent dormir tranquilles. Leur place sur le marché du travail n’est aucunement menacée.

La chercheuse a créé de fausses candidatures en réponse à 1 053 offres d’emploi véritables, partout aux États-Unis. À chaque employeur, elle a soumis deux CV fictifs, ceux d’un garçon et d’une fille fraîchement diplômés, en faisant seulement varier leur rendement scolaire. Autrement, les deux profils étaient semblables : même université, mêmes stages et activités parascolaires, mêmes aptitudes pour les langues et l’informatique. Puis, la sociologue a attendu les réponses téléphoniques et les convocations en entrevue d’embauche.

Ce qu’elle a découvert est sidérant.

Pour les garçons, les notes ne changeaient pas grand-chose à leurs chances de recevoir un coup de fil ou un courriel de l’employeur : les cancres s’en tiraient à peu près aussi bien que les plus forts.

Chez les filles, c’était plus complexe. Les étudiantes moyennes étaient certes plus susceptibles d’être convoquées en entrevue que les mauvaises. Mais les meilleures étudiantes, celles ayant accumulé une moyenne de A, ont reçu nettement moins d’appels que les filles moins douées qu’elles !

Plus une candidate leur paraissait, sur le papier, agréable, sincère et sensible, plus ils étaient disposés à lui donner sa chance. Ni son savoir-faire ni son ardeur au travail n’entraient dans l’équation.

Malgré leur A étincelant, ces diplômées n’ont obtenu de réponses que pour 9 % des emplois auxquels elles avaient postulé. C’est presque deux fois moins que les garçons au rendement scolaire identique (16 %). En fait, c’est même inférieur au taux de succès des garçons les plus faibles (12 %).

Vous avez bien lu : les filles les plus brillantes à l’école ont moins de chances d’être convoquées en entrevue que les gars les plus médiocres.

Pour comprendre ce qui se passe dans la tête des employeurs, Natasha Quadlin a approfondi ses recherches. Elle a fait parvenir ses fausses candidatures de finissants à 261 personnes du monde des affaires qui prennent des décisions d’embauche dans leur entreprise. Pour chaque CV, les répondants devaient dire s’ils seraient prêts à convoquer la personne en entrevue. Ils devaient aussi évaluer ses traits de caractère.

Plus ils trouvaient un jeune homme compétent et dévoué sur le papier, plus ils étaient enclins à lui faire passer un entretien. Mais cette logique ne tenait pas pour l’autre sexe. Pour juger du potentiel d’une fille, les recruteurs tenaient compte d’une seule et unique dimension : son amabilité. Plus une candidate leur paraissait, sur le papier, agréable, sincère et sensible, plus ils étaient disposés à lui donner sa chance. Ni son savoir-faire ni son ardeur au travail n’entraient dans l’équation.

Les choses se sont clarifiées davantage lorsque la sociologue a demandé aux répondants d’expliquer leur décision en quelques lignes.

Pour justifier leur rejet des filles les plus performantes, les recruteurs exprimaient des réserves sur leurs qualités humaines : à leurs yeux, ces étudiantes modèles semblaient « trop confiantes », « pas vraiment chaleureuses », « hautaines ». À l’inverse, ils citaient toutes sortes d’excuses pour justifier de convoquer un garçon malgré ses piètres résultats — « ses notes laissent à désirer, mais il était impliqué à l’école. Il pourrait être motivé à devenir un très bon employé », par exemple.

C’est dire qu’encore aujourd’hui les jeunes femmes se butent à un monde qui donne volontiers le bénéfice du doute aux plus médiocres des hommes, mais qui leur refuse, à elles, le mérite pour ce qu’elles ont objectivement accompli. Un monde qui, trop souvent, perçoit leur intelligence comme de la froideur et de l’arrogance. Un monde qui valorise leur gentillesse plus que leur compétence.