Draguer vers le haut
Société

Draguer vers le haut

Une recherche scientifique met en lumière quelques réalités, parfois troublantes, concernant les sites de rencontres. 

Quand ils cherchent un partenaire amoureux, les humains visent-ils quelqu’un qui leur ressemble, ou qui se trouve plus haut qu’eux dans l’échelle sociale ? Un peu des deux, répondent des chercheurs de l’Université du Michigan. Après avoir scruté les messages échangés entre plus de 186 000 hommes et femmes hétérosexuels sur un site de rencontres gratuit, ils ont découvert que les trois quarts des utilisateurs flirtaient avec des gens plus désirables qu’eux… mais pas trop : 25 % plus attirants, précisément.

Pour établir un indice de désirabilité, ils se sont basés sur le nombre de messages reçus par les utilisateurs, et sur le principe que plus un utilisateur reçoit de messages de personnes elles-mêmes populaires, plus cet utilisateur est désirable. Les résultats montrent que si les gens recherchent un partenaire similaire en matière d’appartenance culturelle et d’éducation, ils sont attirés par ceux jugés plus attirants sur le plan de l’apparence physique et du revenu. On peut aussi conclure qu’ils sont conscients de leur propre pouvoir d’attraction, puisqu’ils s’écartent peu de leur rang dans l’échelle de désirabilité.

Publiée dans la revue Science Advances, cette recherche apporte aussi des éclairages troublants sur les coulisses de la séduction en ligne, notamment que :

• la désirabilité des hommes atteint son apogée vers 50 ans, alors que celle des femmes ne fait que décliner tout au long de leur vie adulte ;

• plus les femmes ont fait de hautes études, moins elles sont populaires auprès de la gent masculine, alors que c’est le contraire pour les hommes ;

• les hommes blancs et les femmes asiatiques sont plus convoités que les autres utilisateurs.