Cégeps sur mesure
Société

Cégeps sur mesure

Cours en ligne, programmes accélérés, ateliers en entreprise… Les cégeps multiplient les formules pour attirer les adultes en quête de perfectionnement ou d’une nouvelle carrière.

Voix calme et rassurante, Genathan LeBel-Chouinard, 26 ans, traite chaque jour une soixantaine d’appels comme répartiteur au Service 9-1-1 de la Ville de Québec. Un métier méconnu, en croissance partout au Québec, qu’il a appris entièrement en ligne tout en travaillant le jour comme ambulancier. « J’ai suivi les cours chez moi, trois soirs par semaine, et réorienté ma carrière sans accumuler de dettes d’études. » Cette formation de 765 heures offerte par le cégep Beauce-Appalaches avait pour lui un autre avantage : « Elle m’a permis de trouver un emploi sitôt diplômé », dit le jeune homme.

Genathan LeBel-Chouinard a emprunté le même chemin que les 26 400 adultes inscrits à la formation continue créditée par un cégep au Québec, dont près de 60 % suivent, comme il l’a fait, un programme conduisant à une attestation d’études collégiales (AEC), ces formations techniques qui sont des voies rapides vers l’emploi. « La plupart des étudiants sont déjà sur le marché du travail et ne veulent pas le quitter, mais désirent continuer d’avancer professionnellement », observe Valérie Lavoie, coordonnatrice de la Commission des affaires de la formation continue à la Fédération des cégeps. « Le travailleur, c’est le nouvel étudiant ! »

En cette période de plein emploi, il n’est pas toujours facile d’attirer des étudiants. Certains programmes offerts de jour et à temps plein — surtout ceux ne débouchant pas directement sur un emploi — ont moins la cote. Le réseau collégial, déjà touché par la baisse démographique, a donc revu sa copie : cours en soirée et la fin de semaine, formation à distance et même en entreprise…