Pilules, barmans et Instagram
SociétéMonde

Pilules, barmans et Instagram

Des labos mobiles pour tester la qualité des drogues dans les festivals de musique, une formation pour prévenir le harcèlement sexuel dans les bars, et des hôtels qui alimentent les comptes Instagram de leurs clients.

Est-ce vraiment de l’ecstasy ou… du fentanyl ? La drogue qui circule dans les festivals de musique étant souvent de mauvaise qualité, des voix s’élèvent dans différents pays pour réclamer des analyses sur place. En Australie, l’expérience a été tentée pour la première fois au festival de Canberra, à l’été 2018, avec la bénédiction des autorités locales. À Sydney, 500 personnes ont manifesté en janvier afin que la première ministre de Nouvelle-Galles du Sud débloque les fonds nécessaires pour tenir ces labos mobiles, mais elle s’y oppose, craignant d’encourager la consommation. Cinq festivaliers sont morts dans cet État en autant de mois. (Claudine St-Germain)