États-Unis : cachez cette orientation sexuelle que le boss ne saurait voir

Dans 29 États américains, il est légal de renvoyer une personne simplement parce qu’elle est gaie.

latta-crystal-moore

Comme tant d’autres, Crystal Moore a perdu son emploi, en avril dernier. La chef de la police de Latta, en Caroline du Sud, n’a pourtant rien eu à se reprocher en 23 ans de service. Non, elle se serait simplement rendue coupable… d’être homosexuelle. Quatre mois après son entrée en fonction, le maire Earl Bullard lui a infligé sept blâmes en une seule journée, avant de se séparer d’elle.

Un contentieux existait entre les deux personnes, depuis que Crystal Moore avait découvert que le directeur du département des Parcs et loisirs, engagé par le maire sans vérification complète de ses antécédents, conduisait un véhicule appartenant à la ville sans permis valide.

Mais à Latta, nombreux sont ceux à penser qu’une autre raison se cache derrière le renvoi de la policière. Une conversation téléphonique enregistrée par un membre du conseil municipal et fournie à une chaîne de télévision locale montre en tout cas le peu de considération d’Earl Bullard pour la cause LGBT.

« Je préférerais – et je le dirai à qui veut l’entendre – que la personne qui prend soin de mon enfant soit quelqu’un qui a trop bu plutôt que quelqu’un dont le mode de vie est discutable. […] Je ne vais pas laisser deux femmes se tenir la main à la vue de mon enfant, et je ne le ferai pas davantage avec deux hommes. »

Le plus surprenant dans cette histoire ?

S’il s’avère que le maire de cette ville de 1 400 habitants a bel et bien renvoyé Crystal Moore en raison de son homosexualité, il l’aura fait en toute légalité. Aux États-Unis, 29 États n’ont pas de loi pour bannir la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle – Alabama, Alaska, Arizona, Arkansas, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Floride, Géorgie, Idaho, Indiana, Kansas, Kentucky, Louisiane, Michigan, Mississippi, Missouri, Montana, Nebraska, Tennessee, Texas, Utah, Virginie, Virginie-Occidentale, Wyoming.

042314-workplace-sexual-orientation-01

En Pennsylvanie, où le mariage gai est légal depuis le 20 mai dernier, deux personnes de même sexe peuvent s’unir… mais aussi être licenciées par leurs employeurs parce qu’elles sont homosexuelles.

Cette réalité est peu connue des Américains. Selon un sondage effectué en février par MSNBC, 75 % des personnes interrogées pensaient à tort que la discrimination en fonction de l’orientation sexuelle était déjà illégale aux États-Unis. Sûrement ignorent-ils aussi que 33 États autorisent le renvoi d’une personne sur le seul critère de son identité sexuelle.

Le Sénat américain a approuvé un projet de loi visant à protéger ceux qui souffrent de pareilles discriminations, mais il croupit pour l’instant dans les tiroirs de la Chambre des représentants, où les républicains de John Boehner ont plutôt en tête les élections de mi-mandat qui se profilent. En attendant, les cas similaires à celui de Crystal Moore se multiplient. PolicyMic a fait la lumière sur cinq d’entre eux, dont celui de Lisa Howe, une entraîneur de soccer à l’Université Belmont, au Tennessee, qui est sortie du placard pour prendre la porte car elle ne se pliait pas aux « standards d’éthique à l’intérieur d’un contexte chrétien »…

Les commentaires sont fermés.

Ces incidents arrivent dans des états fortement religieux. Vive la tolérance des chrétiens américains.