57 %

Bon nombre d’apprentis conducteurs ont du mal à réussir l’examen théorique pour obtenir leur permis de conduire.

(Photo : iStockPhoto)

C’est le pourcentage de Québécois qui, depuis le début de 2017, ont réussi à leur première tentative l’examen théorique menant à l’obtention du permis de conduire. Une légère amélioration par rapport à l’an dernier, mais une baisse notable par rapport aux années précédentes.

La Société de l’assurance automobile du Québec s’explique mal cette baisse du taux de succès à ses examens. Mais « nous avons noté que ceux qui ont suivi une formation dans une école de conduite réussissent mieux », avance Audrey Chaput, relationniste à la SAAQ.

La société d’État révise en ce moment l’ensemble des questions de ses examens, dans les cinq langues dans lesquelles ils sont administrés (français, anglais, espagnol, mandarin et arabe). « Nous voulons nous assurer que toutes les questions posées sont parfaitement compréhensibles et évaluent bien les connaissances que l’on veut mesurer », dit Audrey Chaput.

Les commentaires sont fermés.

C’est difficile de nos jours de demander à des étudiants ( tél . intelligent ) d’ apprendre par coeur les règlements de la route ! À l’ école c’ est plus permissif et ils peuvent se plaindre , tandis qu’ à la SAAQ tu payes pour passer un examen et ils (étudiants) s’ en rendent compte qu’ ils doivent faire un effort que lorsqu’ ils échouent une première fois !!! La problématique est juste là !

Ma belle-fille a eu toutes les peines du monde à réussir le 3e des examens. Elle insistait pour le passer en anglais et avait bien de la peine à comprendre les phrases, très évidemment mal traduites du français. Après avoir parlé à plusieurs autres personnes, il semblerait que les services de traduction de votre ministère ne soient pas de la plus grande qualité…

Les panneaux sont en Français et ceux qui coulent plus de 3 fois, devraient avoir a attendre 2 ans avant de le repasser.

Plusieurs écoles de conduite membres de l’Association des écoles de conduite du Québec mettent à la disposition des élèves différents questionnaires préparant à l’examen de conduite de la SAAQ. Il a été prouvé que les apprentis conducteurs qui s’en prévalent améliorent grandement les chances de passer l’examen de la SAAQ du premier coup.

Qu’en est-il des rumeur concernant le fait que la SAAQ doit « coulé » un certaine pourcentage des étudiant afin de rentabilisé le service? Lorsque tu paie à chaque tentative, c’est pas trop payant si trop de gens l’on du premier coût.
Mais c’est vrai qu’il y a des questions absurdes et/ou inutile: comme par exemple, à quoi ça sert de savoir que la couleur exacte des panneaux de zone scolaire est « vert chartreuse » si tu n’es pas foutu de comprendre que ça veut dire « ralentie, il y a des jeunes dans le coin ». J’ai l’impression qu’il insiste trop sur des détails stupides pour augmenter le taux d’échec.

Si tu veux vraiment faire payer encore plus les gens, mettez donc le examen obligatoire à certain intervalle? Comme par exemple, au 10 ans jusqu’à 50 ans et ensuite au 5 ans. Combine de fois j’ai entendu: » je conduits depuis assez longtemps pour savoir ce qu je fais ». Pourtant, une petit rappelle des règles ça ferait du bien parfois. Juste à voir le nombre de personne qui semble avoir « oublié » ce qu’est un clignotant ou même un angle mort.

Et si nos langues officiels sont le français et l’anglais, comment ce fait-il que l’examen soit offert en autant de langues différentes? alors qu’apparemment, même une traduction de qualité du français à l’anglais et vis-versa semble impossible. Lorsque tu vas évoluer dans un milieux où tous les affichages seront anglais/français, tu devrais peut-être commencer par apprendre l’un ou l’autre avant de conduire.

Entièrement d’accord avec l’idée d’imposer un examen sporadique à tous les usagers de la route. D’ailleurs, c’est une idée que je préconise depuis longtemps. Ce serait une façon plus utile d’aller chercher des sous…et un petit rappel des règles une fois de temps en temps ne ferait pas de mal à personne!