6 conseils pour protéger son couple en temps de pandémie

De nombreux couples sont au bord du gouffre depuis le début de la crise, témoignent avocats et notaires, submergés de demandes de divorce et de séparation. Que peut-on faire pour vacciner son couple ?

Photo : Charlotte Nation / Getty Images

Katherine Péloquin, directrice du Laboratoire d’étude du couple, psychologue clinicienne et professeure à l’Université de Montréal, propose six conseils pour que notre couple tienne le coup dans l’adversité.

1. Éviter les décisions impulsives

Les familles sont aux prises avec différentes sources de stress depuis le printemps. Or, quand on est soumis à pareilles tensions, les aspects les moins reluisants de soi peuvent remonter à la surface, telles l’impatience, l’instabilité, la colère. Et c’est souvent le partenaire qui écope. Avant de jeter comme un kleenex tout ce qui a été bâti ensemble, il faut se rappeler que la situation présente est hors du commun. Ce n’est peut-être pas le couple qui bat de l’aile, mais le contexte qui rend malheureux. Si les sources de stress actuelles disparaissaient, la relation redeviendrait-elle satisfaisante ? La réponse peut être non. Parfois, les crises mettent en lumière des failles préexistantes qu’on peut juger irréparables. L’important est de prendre le temps de réfléchir avant de descendre du train, voire d’amorcer une thérapie de couple afin d’y voir plus clair.

2. Décrocher de l’ancienne normalité

La relation sera plus harmonieuse si les partenaires font le deuil de ce qu’était le quotidien avant la pandémie et tentent de s’adapter au contexte changeant en créant de nouveaux repères. Ça évitera d’éprouver sans cesse des frustrations. La routine habituelle a été mise sur pause ; il s’agit maintenant de réorganiser la vie de tous les jours pour que ce soit agréable, même si rien n’est parfait. Par exemple, comme la pandémie occasionne déjà beaucoup de stress, les familles voudront peut-être préserver leur énergie en ayant recours à de l’aide extérieure pour les tâches ménagères et la préparation des repas, entre autres. Ou alors, on abandonne l’idéal d’une maison impeccable…

3. Chercher des appuis ailleurs

L’élu de notre cœur ne peut répondre à tous nos besoins émotionnels. Et c’est encore plus vrai en ce moment, alors que chacun s’affaire à gérer ses propres défis liés à la crise. Il est donc salutaire de se tourner vers ses frères et sœurs, ses amis ou de proches collègues pour chercher du soutien, raconter ses expériences, rire, se défouler. Après tout, même en couple, on est responsable de son propre bonheur.

4. Accepter les désaccords

La situation sanitaire oblige les conjoints, en particulier ceux ayant des enfants, à prendre des décisions difficiles depuis le printemps — plus qu’en temps normal. Envoyer ou pas son enfant en camp de jour ou à l’école, demander ou pas l’aide des grands-parents, fréquenter ou pas des amis (quand on vit à l’extérieur d’une zone rouge)… Tout cela peut entraîner de pénibles négociations, surtout si les deux n’ont pas la même perception des risques de contamination, par exemple. Ces tensions sont tout à fait normales. La recherche montre que c’est moins le nombre de conflits qui détermine le bonheur d’un couple que la façon de les gérer. Le plus dommageable, c’est quand l’un refuse d’envisager le point de vue de l’autre afin de trouver un terrain d’entente. Parfois aussi, il faut tolérer d’être en désaccord. Certains problèmes ne seront jamais entièrement réglés dans une relation. On doit apprendre à vivre avec.

5. Garder du temps pour soi

Une étude réalisée en Chine pendant la pandémie indique que le fait d’écouter l’être aimé et de lui témoigner de l’empathie agit comme un tampon sur le stress provoqué par la crise. Mais encore faut-il se sentir disponible pour l’autre ! Quand quelqu’un vit de la détresse psychologique, son premier réflexe est de mobiliser toutes ses ressources personnelles pour sauver sa peau. Afin d’être de nouveau réceptif, il est primordial de s’occuper de son propre bien-être. Pourvu, évidemment, que le moment choisi ne provoque pas de débordement dans la cour de sa tendre moitié… Au final, une personne reposée est beaucoup plus disposée à s’occuper d’autrui.

6. Se réserver des moments à deux

Si des partenaires profitent du télétravail pour faire l’amour plus souvent, d’autres trouvent difficile de passer autant de temps ensemble — ils ont l’impression que cela nuit au désir. Cela dit, il est important de se réserver des moments à deux, qui vont au-delà de la cohabitation dans une même pièce. Des moments où on choisit délibérément d’être ensemble. Même si ce n’est qu’une fois par semaine ! La qualité l’emporte sur la quantité. Le couple peut être une grande source de soutien, de réconfort et de sécurité, il ne faut pas perdre cela de vue.

Quelques ressources pour les couples :

Laisser un commentaire