8 conseils d’experte pour parler de terrorisme aux enfants

[En rappel] Comment parler aux jeunes d’un événement dont l’horreur nous dépasse ? Comment arbitrer des conflits de valeurs entre élèves de diverses origines ? Les conseils de Sivane Hirsch, professeure de sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

98477718-teacher-listening-to-students-question-gettyimages

Comment mettre en mots l’indicible ? Comment parler aux jeunes d’un événement dont l’horreur nous dépasse ? Comment arbitrer des conflits de valeurs entre élèves de diverses origines ?

«N’ayez pas peur. Transformez la situation en moment formateur», nous exhorte Sivane Hirsch, professeure de sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Trois-Rivières et chercheuse affiliée au Centre d’intervention pédagogique en contexte de diversité, un centre de recherche créé par la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, à Montréal. À la suite des attentats terroristes du 7 janvier, à Paris, la chercheuse songe à organiser une formation pour aider les enseignants à affronter ce type de crise. Aperçu en huit leçons.

1. Préparez-vous

«Il ne faut pas réagir tout de suite. On doit pouvoir dire aux élèves : voilà ce qui est arrivé, si ça vous intéresse, on y reviendra dans quelques jours. On peut les laisser parler un petit peu pour connaître leurs préoccupations. Mais ce n’est pas une discussion qu’il faut aborder sans préparation.»

2. Retournez aux notions de base

«Pour élaborer un point de vue, il faut d’abord comprendre de quoi on parle. Quelles sont les règles de l’islam ? Qu’est-ce que la liberté d’expression ? Quelles en sont les limites ? Qu’est-ce que le racisme ? Dès qu’on étudie et qu’on réfléchit de façon plus théorique à ces termes, on commence déjà à nuancer sa pensée.»

3. Servez-vous des émotions des élèves…

«Certains diront que les valeurs personnelles et les sentiments n’ont pas leur place dans ce genre de débat. Je pense que, au contraire, on part toujours de là. On s’intéresse aux sujets qui nous touchent. Mais on doit amener les élèves à prendre une distance critique par rapport à leurs sentiments : “Ah oui, ça t’a touché ? Tu es profondément choqué ? Prends ce champ d’intérêt et essaie de t’instruire.”»

4. … mais sachez contenir les débordements

«On doit savoir gérer le débat, parce que ça peut devenir très émotif. Demandez-leur : “Pourquoi ça vous énerve tellement ? Qu’est-ce qu’il y a derrière ça ? Réfléchissez. Quel est le problème ? C’est quoi votre argument ? Prenez votre temps.” Il faut savoir être le médiateur.»

5. Acceptez les désaccords

«Quand on baigne dans la diversité, il faut apprendre à vivre dans le désaccord. On peut s’entendre sur le fait qu’on n’est pas d’accord et passer à autre chose. Respecter les autres ne signifie pas qu’il ne faut rien dire qui les dérange. Non. On doit trouver un terrain de dialogue où chacun a le droit d’exprimer son point de vue.»

6. Tout le monde n’est pas Charlie

«La liberté d’expression implique qu’on doit aussi permettre aux musulmans de dire que les caricatures de Mahomet les choquent. Attention aux dérives du type : “Pour être de bons citoyens, vous devez tous appuyer Charlie Hebdo.” Non. Les élèves ont le droit de ne pas se reconnaître là-dedans.»

7. N’attaquez pas les croyances des autres

«On peut comparer les religions, réfléchir à leurs différences et ressemblances. Mais on ne doit pas encourager des propos du genre : “C’est con, pourquoi ça vous dérange qu’on dessine le Prophète ?” On ne peut pas dire à celui qui croit que ses croyances sont nulles, inintéressantes ou incompatibles avec les valeurs démocratiques. On a le droit d’offenser les autres, mais pas de les stigmatiser, d’utiliser des préjugés contre eux. On n’a pas droit au racisme, quoi.»

8. Certains principes sont non négociables

«Je n’accepterais pas que des élèves affirment que les caricaturistes de Charlie Hebdo ont provoqué ce qui leur est arrivé. Ça, non. Je veux les amener à dire : “Leurs dessins m’ont heurté, mais ça ne signifie pas que je doive les interdire.” On doit ramener ça aux valeurs démocratiques qui sont les nôtres : “Ta croyance a sa place, elle est respectable, elle est respectée. Tu peux croire qu’on n’a pas le droit de dessiner le Prophète. Mais ça n’empêche personne d’autre de le faire.” Ça, c’est important de le préciser.»

Les commentaires sont fermés.

Vous me jettez par terre!

Lorsque vous proposez de retourner aux notions de base, la charte des droits et libertés de notre code civil devrait être connue bien avant les règles de l’Islam. Dès que l’on rèfléchit on commence déjà à nuancer sa pensée!

» Servez vous des émotions des élèves… »et » Sachez contenir le débordement » quels émotions, quels débordements? Plutôt que de faire réaliser que le gros bon sens devrqit avoir plus de valeur que n’importe quelle religion?

« La lliberté d’expression implique que l’ on doit aussi permettre aux musulmans de dire … » tout à fait d’accord!
Mais à votre chapitre suivant vous dites: » on ne peut pas dire à celui qui croit que ses croyances sont nulles » lorsque dans votre chapitre 7 vous nous dites » acceptez les désaccords »

« Certains principes sont non négociables » et « si leurs dessins m’ont heurté » n’oubliez pas de leurs mentionner que ce qui a heurté le monde libre ce sont les meurtres commis quotidiennement au nom d’Allah!

Les enfants ont le droit de savoir!

(0)

Question … preliminaire est-ce que le propos que je vais avoir au bas et qui peut sembler rude a priori mais auquels j’invite les a regarder plus en details, est-ce qu’on l’entend dans nos facultes d’education, en recherche sur l’education, facultes des sciences humaines ….

Parce que des fois j’ai l’impression que de maniere bien malheureuse que j’ai ete teleporte de l’an 3467 vers l’an -300 ….

Y a -t-il queqlu’un quelque part avec un soucis de la liberte de conscience des enfants ….

(1)

J’aimerais faire part de mon malaise qu’on se demande pas ici comment on se retrouve dans une classe avec des eleves avec des croyances fortes … comme s’il venait d’un generation spontane… dans le vide ….

Dans le fond, question directe, mais quand allez vous vraiment revenir aux veritable notions de base ( conseil 2 ) soit comment se transmet la croyance …. et dans le fond est-ce un sujet tabou qui fait peur ….

Ces enfants qui soit disant ne se reconnaissent pas dans Charlie ou ces enfants qui soi disant ont des croyances fortes qu’on peut pas dire en retour qu’elles sont ininteressantes meme quand ells le sont ….

Elles viennent d’ou sinon d’un endoctrinement. Et on parle vraiment de leur croyance ou de celle de leur parent et plus generalement leur entourage …

Et le role de l’ecole est -il de permettre a ces schemas de non respect de la liberte de conscience de se poursuivre sans entrave d’un lieu de liberte comme l’ecole. A quoi bon l’ecole si ca rend pas minimalement les enfants libre.

Et personne a l’impression de regresser …

(2)

Question a 2$ ( j’ai juste 3 postdocrats … peut etre c’est trop complexe a comprendre pour moi ) mais quand allez vous poser votre intellect sur le fait que les religions se transmettent essentiellement en brimant la liberte de conscience des enfants, liberte de conscience pourtant inscrite dans nos chartes ?

Ensuite peut-il exister une liberte d’expression religieuse pour les enfants sans veritablement choix au depart libre et eclairer ? Et si vous pensez que oui pourquoi ne pas appliquer cette norme la aux adultes …. ou tient a vous meme ….

Pensez vous que vous series libre dans l’endoctrinement ?

Que dirait-on si les opinions politique des parents devenaient par defaut l’opinion de leur de leur enfant qu’on en faisait une propriete intrinseque de leur personne … comment pourrait-on evoquer sans rire la liberte d’expression dans ce simulacre de liberte. Comment pourrait-on parler de liberte d’expression d’opinion politique de ces enfants si ces enfants devenaient adherent de parti politique et devait adherer a leurs idees sur la societes et le monde.

Et dans le fond l’ecole devrait-il donner une caution a ceux qui font des croyances religieuses des opinions differente des autres.

—–

(3)

Je m’excuse mais je vois des juristes, des sociologes et des philosophes ne pas se preoccuper de la liberte de conscience des enfants pourtant dans la charte …. et avoir comme preoccupation la liberte d’expression des parents et meme de faire en sorte meme que l’endoctrinement des parents puisse se faire avec le moins d’entrave ….

Si la liberte de conscience concernait pas les enfants on aurait pu l’ecrire …. quelque chose comme:

article de la charte des droits : (les parents pourront endoctriner leur enfants avec toutes les phobies sexuelles qui leur chante meme les plus debilitantes et avec autant de discours de pudeur qu’il faut et leur remplir la tete des croyances les farfelus au prix meme que celle-ci engendre des carences emotionnelle, intellectuelle et sociale importante et meme la mort en cas de refus de traitement de la part de l’enfant.

La au moins ca serait clair ?

Mais je ne peux qu’affirmer a nouveau mon etonnement et ma deception de voir que des professeurs ou chercheur en « science de l’education » semblent pas capable de franchir le rubicon et donnent des conseils en assumant de facto que les enfants sont de facto de la croyance de leur parents …. et que celle ci dans le fond sont sont une propriete de leur personne.

Pourquoi vous demandez pas un espect de la liberte de conscience des enfants … ca devrait etre votre cible minimale … sans liberte qu’est-ce que l’education …

(4)

J’ai 30 ans madame …. je suis eduque, scolarise, j’ai habite dans plusieurs pays … je suis chercheur ….

Et je comprends pas le pseudo dialogue a 2$ et ce qu’on cherche a faire comme intervention pedagogique sinon faire un autre type d’endoctrinement bon chic bon genre version multiculturalisme pour enfant …

Et je me demande qui au fond ca arrange ce simulacre de discussion qui sinon tous ceux et celles qui veulent remplir la tete des enfants des croyances les plus niaiseuses sans que l’ecole publique essaie un peut de fournir un espace de liberte reel pour la liberte de conscience aux enfants.

(5)

Et pour les enfants qu’on va brimer et formatter parce qu’ils evoquent leur liberte de critiquer des religions ….

Je pense veritablement que les religions et leur livre saint …. n’ont rien d’interessant pour comprendre l’univers autour de nous … leur cosmologie parfois dans l’erreur de milliard d’annee … sont tout a fait ininteressante et meme nuisible pour quiconque valorise la pensee rationnelle.

Et puis leur regles sans nuances, rigides, mesquines et le plus souvent discriminatoire. des femmes, des homosexuels et des incroyants … sont ininteressantes et nuisible pour n’importe quelle societe ….

Et ces dieux tantot preoccuper par comment les femmes s’habilent de telle ou telle maniere … tient avec vetement bouffant laissant pas voir de forme … tantot preoccuper si on prie x nombre de fois … sont tout aussi ininteressant …

Et sur le fond ils devraient apparaitre ininteressant pour n’importe quel enfant un peu curieux intellectuellement …

(6)

Je m’excuse mais des enfants a qui ont enseigne par exemple que la petite fille dans leur classe c’est exclusivement son choix par exemple de porter le voile …. quelle absurdite et quel fable et chimere ….

N’importe qui avec un peu de perspicacite … sait que des discours de pudeur dans la famille … dans la communaute ou au lieu de culte … font l’apologie du port du voile ….

Qu’on le valorise autour d’elle … qu’on lui presente comme quelque chose qu’il faut etre pret … etc …. qu’on donne des exemples de femmes autour d’elle qui le porte …

Que des adultes vont vivre dans le deni par ideologie c’est une chose … mais qu’on tente de formatter des enfants et leur capacite a lire entre les lignes c’est franchement pas digne d’une faculte des « science de l’education » comme moi je l’envisagerais ….

(7)

Tout ceux qui pensent bien faire, et il y a de la bonne volonte la dedans, je pense que vous endoctriner vous aussi les enfants … dans autre chose qu’un reel vivre ensemble et le respect … dans quelque chose qui a un aspect terrible pour moi … vous emputez leur esprit d’idees critiques des religions et croyance alors que l’ecole devrait prendre le parti de la connaissance, du savoir, de la pensee rationnelle … pas celui des temoignages mystiques de tout acabi ….

S »importer veritablement de l’education devrait signifier avoir ultimement l’independance et la volonte de remettre les croyances a leur juste proportion dans le systeme d’education et avoir a coeur le developpement des enfants pas de favoriser la croyance …. et sur le fond a quel fin … pour faire plaisir au parent … au religion …. aux savant religieux ….

Et pas se satisfaire que whatever … quand il ou elle va etre plus grand il ou elle pourra ou pourrait remettre les croyances de leur parent a ce moment la … ce qui semble de l’ordre du lieu commun de monsieur chose d’un restaurant de centre d’achat l’apres midi après une petite marche …

Comme si la liberte de conscience differer c’etait la meme chose ….

(8)

Dans votre centre » Centre d’intervention pédagogique en contexte de diversite, un centre de recherche créé par la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys »

Est-ce qu’on se preoccupe au moins des cas pathologiques comme les ecoles juives hassidiques ou les enfants ont meme pas de liberte ….

ou dans fond meme les environnement sectaires interesse pas ce centre …

(9)

Je vais vous le dire bien franchement.

Un jour on va regarder ces pedagogues ou chercheurs comme on regarde probablement certains manuels des annees 50 ou des annees 20 … ou l’auteur avec toutes les bonnes intentions du monde semble incapable de depasser le cadre social, le moule qui l’environne et qui confine les femmes dans un role x ,y ou z. Ici malgre toute la bonne volonte on est incapable de voir la religion autrement que par le filtre social et des idees recu … par exemple que la religion des parents doit devenir une propriete des enfants. Un jour ca va avoir l’air d’une idee simpliste et nuisible … ce qu’elle est au fond.

Mais a nouveau bien franchement … On va se demander comment ces intellectuels et centre de recherche auront fait si peu pour la liberte de conscience des enfants dans l’ecole et laisser les enfants aux prise avec des croyances … sans meme leur signifier qu’ils peuvent avoir d’autres croyances que celle de leur parent …

(10)

Et pour finir je dirais que ce n’est pas nouveau qu’une partie de l’elite … soit bien timide a remettre en question le cadre … elle l’est toujours ( dans ce cas ci la maniere d’envisager la non liberte de conscience des enfants et la possibilite pour les parents d’endoctriner les enfants ).

Je compare pas l’un et l’autre , bien evidemment pas sur le meme pied, mais je dirais simplement pour illustrer ce que je veux dire qu’il y avait probablement des juristes, philosophes, chercheurs, intellectuels de tout acabi qui etaient capable de vivre et faire leurs activites professionnelles alors que les femmes pouvait pas etre scolarise normalement … aller a l’universite par exemple ….

Et probablement j’aurais pu trouver des chercheurs ayant de bien etrange discours sur la scolarisation des femmes … et ce avec de bien bonne intentions ….

Et donc en remettant tout a leur juste proportion … je me retrouve avec intellectuel, philosophe, juriste, chercheur … qui accorde tant d’importance aux croyances au detriment de la liberte de conscience des enfants.

Quelle tristesse de voir un enfant repeter des dogmes appris par coeur par l’endoctrinement …

Mais on arête pas le progress tout de meme, je pense que l’an 2134 oupeut etre 2189 vont donner une juste perspective aux travaux qui auront fait si peu de place a faire de l’ecole un lieu ou ont peut remettre en question les croyances.

Mais dans le fond on fait bien entre dans nos universites des lieux de prieres et on change bien des dates d’examen selon le vouloir des dieux … comment imaginer qu’on soit plus courageux dans les autres niveaux d’enseignement.

(11)

Moi en attendant … c’est avec beaucoup de tristesse que je constate que des enfants ont a peine une demi liberte de conscience … et qu’on mesure probablement a peine les effets cognitif, sociaux … et que des chercheurs mettent pas en evidence ce qu’ils verifient pas ….

Et que sur le fond on s’inquiete bien peu dans le milieu de l’education des cas les plus evidents de certaines sectes … comme si ces enfants etaient meme des demi citoyens.

(12)

Pour finir mon propos est peut etre dur, mais il respecte la liberte d’expression et la netiquette.