Alimentation : 100 % nord

Il sera bientôt possible de se procurer partout au Québec des aliments certifiés AgroBoreal, un nouveau label qui garantit au consommateur un produit cueilli, cultivé ou élevé en Abitibi-Témiscamingue, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, sur la Côte-Nord ou dans le Nord-du-Québec.

LAT02_ACTUS_05 + cc

Il sera bientôt possible de se procurer partout au Québec des aliments certifiés AgroBoreal, un nouveau label qui garantit au consommateur un produit cueilli, cultivé ou élevé en Abitibi-Témiscamingue, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, sur la Côte-Nord ou dans le Nord-du-Québec. « On veut mettre en valeur le savoir-faire des gens du Nord », explique Isabelle Rivard, directrice de cette certification, depuis son bureau d’Alma.

Premier aliment certifié : le lait de marque Nutrinor. Produit au Saguenay–Lac-Saint-Jean et vendu en épicerie partout au Québec, ce lait provient de vaches nourries en bonne partie d’herbages. Il est certifié depuis novembre.

Au-delà des critères de provenance, AgroBoreal favorise les produits typiquement nordiques. Par exemple, « il serait difficile pour un producteur de fraises d’obtenir la certification, puisque ce fruit ne pousse pas naturellement dans un climat frais », explique Isabelle Rivard. Même chose pour un éleveur du Lac-Saint-Jean qui nourrirait ses vaches laitières exclusivement de maïs, étant donné que l’alimentation traditionnelle dans la région est à base d’herbages.

Les produits doivent aussi répondre à des exigences d’hygiène, de biosécurité et d’éthique environnementale.

Cinq autres entreprises, de secteurs variés, préparent actuellement leur dossier en vue de déposer une demande de certification, qui sera par la suite évaluée par le Groupe Ecocert pour le compte du programme AgroBoreal.

Les commentaires sont fermés.

Le terroir est devenu une stratégie de niche, comme le non-gluten, le lait micro-filtré, le biologique, la graine de lin, la saveur de citron et le soupçon d’érable. Mon estomac n’en a cure et le plat bien mitonné peut s’en passer, si on s’y affaire.
Le seul élément de progrès réel pour le consommateur, c’est le facteur de proximité, surtout pour les légumes.