Autonomie régionale : les Inuits n’en veulent pas !

Les deux tiers des Inuits du Québec ont voté contre la création d’un gouvernement régional au Nunavik lors d’un référendum tenu le 27 avril dernier.

Autonomie régionale : les Inuits n'en veulent pas !
Photo : J. Nobel / PC

Du coup, ils ont rejeté une entente négociée depuis des années entre Ottawa, Québec et la Société Makivik, qui représente les intérêts des Inuits. Ce résultat a surpris Georges Filotas, spécialiste de la langue inuktitute, qui a siégé au premier comité de travail pour l’autonomie gouvernementale des Inuits, en 1984.

Comment expliquer ce résultat ?

– Les Inuits n’ont pas suivi l’évolution de ce dossier, amorcé il y a 40 ans. Certains n’ont entendu parler de ce projet de gouvernement régional que quelques semaines avant le vote. Ils n’ont pas compris l’importance historique du référendum. Par ailleurs, bon nombre d’Inuits n’ont pas apprécié le fait que toutes les personnes résidant au Nunavik depuis un an – même les Blancs – aient le droit de vote. Pour eux, seuls les Inuits auraient dû pouvoir se prononcer.

Qu’ont craint les Inuits ?

– Certains craignaient que le projet ne leur donne pas de véritables pouvoirs, qu’il ne s’agisse que d’une fusion de trois organismes déjà existants [la commission scolaire, la régie de la santé et l’administration régionale] et que la protection de la culture inuite ne soit pas assurée. D’autres déploraient que le gouvernement proposé demeure sous l’autorité de l’Assemblée nationale.

Les Inuits ont-ils confiance en leur capacité de se gouverner eux-mêmes ?

– La grande majorité a confiance. Mais quelques-uns croient encore qu’ils ne sont pas prêts, car l’édu­cation est de piètre qualité et les Inuits ont toujours de la difficulté à s’approprier les emplois déjà occupés par des Blancs venant du Sud. Cependant, le rêve d’un gouvernement régional n’est pas mort. Reste à savoir quand les circonstances propices se représenteront.