Boîtes à bébés: l’ONU s’inquiète

Les «boîtes à bébés» — ces dispositifs qui permettent à des parents d’abandonner leur nouveau-né de façon anonyme et sécuritaire — se multiplient en Europe depuis l’an 2000.

Photo : Flickr

Environ 200 ont vu le jour dans une dizaine de pays, dont l’Italie et la Pologne, souvent à l’initiative de groupes religieux ou de politiciens de droite. Plus de 400 nourrissons ont été abandonnés dans ces boîtes, souvent installées à l’extérieur d’un hôpital. Leur utilisation croissante inquiète l’ONU, notamment parce que ce système viole le droit fondamental d’un enfant de connaître ses parents.

Au Canada, l’unique boîte à bébés est à Vancouver et n’a servi qu’une fois depuis sa création, en 2010. Au Québec, les poupons laissés à eux-mêmes se limitent à un ou deux par année, selon Judith Laurier, porte-parole de l’Association des centres jeunesse du Québec. « On en a déjà trouvé, par exemple, dans un conteneur à déchets ou dans la forêt. » La plupart du temps, la mère laisse son bébé à l’hôpital après l’accouchement ou elle le confie à un proche, qui alerte la DPJ.

 

Les plus populaires