Bye-bye 2016! Surtout, ne reviens pas!

Notre blogueur Mathieu Charlebois fait sa revue de l’année. Attention, ça décape!

Plein de bonne foi, on a commencé l’année 2016 de bonne humeur. Le 3 janvier (le temps de se remettre des Fêtes), on était aussi «Boum boum wow» que le générique de Like-moi!

like-moi

Puis, entre janvier et décembre, il s’est passé tellement de choses qu’on a terminé l’année avec la même face que PKP quand il a mis fin à sa carrière politique.

pkp

2016, ç’a été 366 jours, 52 semaines, 12 mois et environ 35 textes de Sophie Durocher à propos de «l’affaire Safia Nolin». «Misère, tu parles d’une tempête dans un verre d’eau!» écrit la chroniqueuse dans son plus récent texte, faisant gicler de l’ironie partout sur les murs.

2016, c’est l’année où le grand public a appris l’existence du mot queer. Qui sait, peut-être que d’ici 2018, il saura en plus ce que ça veut dire. Il n’y a pas de petites avancées. Rappelons-nous: même les défilés de la Fierté se font un pas à la fois!

En techno, 2016, c’est l’année où Pokemon Go a tout révolutionné, jusqu’à ce qu’on arrête complètement d’en parler. Mais 2016, ç’a aussi été l’année de la réalité virtuelle. Constat: c’est plus cool de l’essayer que de regarder quelqu’un l’essayer. N’est-ce pas, Régis?

«Pis une équipe de hockey virtuelle, ça coûterait combien?»
«Pis une équipe de hockey virtuelle, ça coûterait combien?»

2016, c’est l’année où Patrick Lagacé a compris pourquoi il entend du feedback quand il compose le 9-1-1.

2016, c’est l’année où l’ancienne vice-première ministre Nathalie Normandeau a été arrêtée par l’Unité permanente anticorruption. L’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt aura-t-il bientôt une amie avec qui partager ses sandwichs? Il croise les doigts.

Pour remplacer Normandeau au micro du FM93, on a fait appel à Bernard Drainville. Oui, ça nous a coûté à tous une élection partielle, mais ça nous donne quotidiennement de grands débats de société tels que…

En janvier 2016, Bernard Drainville rêvait de devenir premier ministre. Douze mois plus tard, il déclare à la radio : «Hey, toué là, quand ta quéquette à commence à pisser à côté de la bol, ça doit sentir bon dans ta bécosse.» La vie est si fragile, chantait le poète.
En janvier 2016, Bernard Drainville rêvait de devenir premier ministre. Douze mois plus tard, il déclare à la radio: «Hey, toué là, quand ta quéquette à commence à pisser à côté de la bol, ça doit sentir bon dans ta bécosse.» La vie est si fragile, chantait le poète.

2016, c’est l’année des 1 000 grands disparus, de David Bowie à George Martin en passant par Jean Lapierre, René Angélil, Prince, André Melançon, Leonard Cohen et l’acteur nain qui se cachait dans le costume d’Alf, l’extraterrestre de la série des années 1980.

Claire Kirkland-Casgrain, elle aussi décédée cette année, est devenue la première femme à avoir droit à des funérailles nationales, et on n’a même pas eu à demander la permission à son mari. Du vrai progrès.

2016, c’est l’année des Panama Papers. Vous les aviez oubliés, hein? «C’est correct, vous répondent les banquiers. On s’en occupe.»

De passage au Québec en début d’année, Marine Le Pen a expliqué en entrevue que les Français immigrent massivement au Québec pour… «fuir l’immigration massive en France». L’ironie a dû prendre une semaine de congé pour s’en remettre.

2016, c’est l’année du débat sur le burkini. Les musulmanes forment 1,6 % de la population canadienne. Même si le quart d’entre elles étaient intéressées par ce ridicule morceau de vêtement, ça donnerait moins d’un demi pour cent des Canadiens. Pas sûr qu’on va voir des succursales de Burkini Village ouvrir partout en 2017…

De toute façon, 2016, c’est l’année où le bon Dieu nous a rappelé qu’il veille encore sur ses fidèles en terre québécoise.

Citation de l'article : « C’est vraiment incroyable tout ça. Tous les gens sont restés bouche bée lorsqu’ils ont vu(...). Remarquez comment la croix est placée, on dirait qu’elle repose au centre d’un petit tombeau.» - Madame Jeannette Moreault, une résidente de la Résidence La Rive.
Citation de l’article: «Remarquez comment la croix est placée, on dirait qu’elle repose au centre d’un petit tombeau.» – Madame Jeannette Moreault

Et surtout, 2016, c’est l’année où les Québécois qui réélisent le PLQ depuis 15 ans ont trouvé les Américains vraiment nonos d’élire Donald Trump. De sa maison, Sarah Palin a pu voir les feux d’artifice de célébration de la Russie.

Si 2016 est unanimement considérée comme une mauvaise année, c’est surtout à cause de ça: Trump.

Sa victoire et tout ce qui vient avec sont des phénomènes d’abord américains, mais je ne doute pas une seconde que nous sommes capables d’importer tout ça ici en moins de temps qu’il n’en faut au futur président pour tweeter deux faussetés, une insulte et trois vantardises.

Déjà, le Canada anglais s’affaire à amener ici ses slogans, comme ces Albertains qui ont crié «Lock Her up!» (enfermez-la) en parlant de leur première ministre. Je n’arrive pas à décider ce que je trouve le plus décourageant: qu’on veuille mettre en prison une élue qui n’a rien fait d’illégal, ou qu’on manque à ce point d’originalité. Vous auriez au moins pu changer un mot, le rythme, quelque chose. On a l’original à la télévision tous les jours. Pas besoin d’un «band de cover» en plus!


À lire aussi:

2016 vu par le caricaturiste André-Philippe Côté


Au-delà du racisme, de l’intolérance et du sexisme qui accompagnent la «philosophie trumpienne», son aspect le plus problématique est sans doute qu’elle encourage à vivre dans un univers parallèle.

Des pages et des pages de vérifications des faits n’ont pas suffi à discréditer le plus fabulateur des politiciens de l’ère moderne. C’est que Trump ne faisait pas campagne dans les États-Unis réels, mais plutôt dans les États-Unis tels que les perçoivent ses électeurs.

Hillary Clinton est-elle impliquée dans un réseau d’exploitation sexuelle d’enfants, établi dans une pizzéria de Washington et s’étendant à d’autres restaurants de la région par une série de tunnels secrets? Quatorze pour cent des sympathisants de Trump en sont fermement convaincus et 32 % supplémentaires pensent que c’est au moins probable. Bienvenue dans le monde post-Trump du #PizzaGate.

Avant, on débattait à savoir si le verre d’eau était à moitié vide ou à moitié plein. Aujourd’hui, une partie des débatteurs nient l’existence même du verre d’eau. On peut le leur pointer du doigt, le leur montrer, le boire devant eux, rien n’y fait. «S’il y a un verre d’eau, pourquoi est-ce que j’ai soif, hein? COMPLOT!»

Les politiciens à la Trump peuvent mentir et inventer une réalité parallèle à leur guise parce que ce qu’ils disent sonne vrai. Comment est-on censé discuter avec des gens qui habitent dans un monde où les chiffres, les faits et la vérité n’ont pas d’emprise? Je n’en ai aucune idée.

Ce que je sais, c’est qu’en 2017 il va nous falloir plus d’alertes de nouvelles comme celle-ci, sinon on ne s’en sortira pas.

panda

Allez! C’est assez pour cette année. Tel un Sam Hamad en plein scandale, je disparais dans la brume pour aller me reposer. On se revoit en 2017… j’espère.

hamad

 

**

Mathieu Charlebois blogue sur la politique avec un regard humoristique.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

13 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Quand même une bonne nouvelle à signaler. Les Québécois ( au moins les francophones) commencent sérieusement à se lasser du obotomiste- extractiviste Couillard. Pour 2017, tous les espoirs sont donc permis …

Le Québec jouit d’un des plus bas taux de chômage de son histoire, Montréal vient d’être promue l’une de villes les plus agréables au MONDE, le Québec engendré ENFIN des surplus budgétaires, le Canada se classe comme le meilleur pays au MONDE et le Québec en récolte les fruits, etc… etc…

Qu’est-ce que vous ne comprenez pas là-dedans?

D’ailleurs, il passe les fêtes dans les Caraïbes sur l’île privée d’un gourou musulman. Je n’invente rien!

Sophie Durocher,queer,pokémon,Duhaime-Drainville, Panama-papers,Marine Le Pen au Québec et finalement le burkini ! Aucun de ces sujets à mon avis n’ est signifiant pour l’ année 2016 ; je dirais même plutôt insignifiant !!! Par contre l’ élection de Trump qui occupe presque 50 % de votre texte; ça c’ est signifiant et je pense que vous ne l’ avez pas digérer celle-là M. Charlebois !! Quand vous parlez attention ça décape ! Bof ! Je suis resté sur mon appétit !

Ce qui est loin d’être drôle, c’est cette tendance de “vote populiste” pour des tarés qui leurs disent tout ce qu’ils veulent entendre pour prendre le pouvoir. L’Union européenne a beaucoup de tracas depuis près de deux années avec cette réalité qui pourrait certes tourner en plusieurs guerre intestines (civiles) dans de nombreux pays qui représente plus de 70% de l’économie mondiale.

F… you 2016, on s’ennuiera pas.
Pis attention à toi 2017, tu as intérêt à bien te tenir, je t’hais déjà

Il y a un peu de positif pour 2016: la paix en Colombie après plus de ½ siècle de guerre civile et… le Brexit pourrait provoquer la sécession de l’Écosse du RU… Pour 2017? Bof, du pareil au même…

Drôle quand même… aucun mot sur la disparition de L’actualité… Depuis l’annonce de Rogers, rien, pas un mot… Remarquez que je comprends pourquoi… Je vous souhaite – et je nous souhaite – de bonnes nouvelles pour bientôt. Sinon, il va y avoir un grand vide dans le monde du magazine québécois…

Une chance que l’on est pas en 1939, au début de la Dernière Guerre… Charlebois aurait fait une syncope.

Petits problèmes d’enfants gâtés.

Ils n’ ont pas connu Staline, Hitler, comme des anarchistes ! Mais qui les a remis à leur place c’ est Roosevelt en chaise roulante et malade et Churchil !! Alors ça prend du leadership ! Qu’ il soit populaire ou pas ; ce n’ est pas la principale qualité d’ un leader !

Exact.

Les journalistes d’aujourd’hui n’ont pas beaucoup de choix: ils DOIVENT créer de la polémique pour vendre de la copie sinon… Alors, ils utilisent le plus insignifiant évènement, le montent en épingle et en font la une, laissant croire à leurs lecteurs que ce « problème » est important et qu’il est « urgent » de s’en occuper « immédiatement » sinon, notre « sécurité » est en danger.

Comparé aux VRAIS problèmes auxquels nos aïeuls ont fait face, nous ressemblons à des enfants gâtés qui font leur crisette de salon parce que nous n’avons pas eu notre troisième assiette de dessert.

Et en passant, nous vivons dans ce confort À CRÉDIT!!! Mais c’est pas grave, que nos enfants et nos petits-enfants paient…

Ah…elle est belle notre solidarité.