« Ça et le bogue de l’an 2000, c’est pas mal la même affaire. »

Le cannabis au volant ne posera pas de problème pour la Sûreté du Québec (SQ), assure le porte-parole Hugo Fournier. 

Plus de 90 % des patrouilleurs du corps policier sont déjà aptes à repérer les conducteurs ayant les facultés affaiblies par la marijuana, et l’organisation aura formé plus de 50 agents évaluateurs d’ici le 17 octobre. Ces derniers effectuent des tests supplémentaires auprès des conducteurs amenés au poste de police afin de compléter la preuve.

Le véritable défi de la SQ sera le cannabis de contrebande. Celui qui pousse dans les champs, certes, mais aussi celui qui est vendu en ligne. Une foule de sites illégaux, tel potcargo.com, proposent du pot, des huiles et des aliments au THC, qui sont expédiés par la poste. Lutter contre ces acteurs sera essentiel afin que la légalisation puisse remplir ses promesses.

***

Où sera-t-il possible de fumer ?

De façon générale, il sera interdit de fumer du cannabis là où il est interdit de fumer du tabac. Par ailleurs, les propriétaires de logements pourront modifier leurs baux en cours pour proscrire la consommation de marijuana, à condition de le faire dans les 90 jours suivant la légalisation. Ces restrictions ne s’appliquent toutefois pas aux produits non fumés, telles les huiles comestibles.

***

Sur les bancs d’école

À compter de l’automne, le cégep de l’Outaouais offrira le programme Assurance qualité et transformation du cannabis, une formation de 18 mois qui répondra « aux besoins urgents de l’industrie », explique la directrice des études, Jacqueline LaCasse. Selon les estimations du cégep, la légalisation du cannabis mènera à la création de 770 emplois dans la région de l’Outaouais d’ici 2019. La plupart des postes à pourvoir seront dans des laboratoires. Les étudiants n’apprendront donc pas à faire pousser du pot, mais à extraire et à mesurer les cannabinoïdes, notamment. D’ailleurs, aucun plant ne sera cultivé au cégep ; la substance sera manipulée dans les enceintes sécurisées des producteurs autorisés de la région. Les admissions n’ont pas encore commencé, mais une vingtaine de noms figurent déjà sur la liste d’attente.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie