Café : la dosette fait couler le marché

Les dosettes de café individuelles ont un effet que l’industrie n’avait pas prévu…

dosette
Photo : 123RF

Les dosettes de café individuelles ont un effet que l’industrie n’avait pas prévu : elles ont provoqué — malgré leur prix souvent élevé — une baisse de 1,4 % du volume des ventes mondiales de café au cours des 12 derniers mois.

La raison ? Les amateurs de café préparant désormais leur précieuse boisson tasse par tasse, il n’y a plus de gaspillage.

« Le marché du café a perdu son meilleur consommateur : l’évier de la cuisine », a lancé un distributeur de café de Miami au Bloomberg Businessweek.

Le café en dosettes accapare désormais 12 % du marché.

Les commentaires sont fermés.

Je crois que cette invention est l’une des pires calamités à avoir frappé le monde.

C’est très…très polluant (pensez à toutes ces petites dosettes que l’on jette après usage) et excessivement dispendieux (coût de la cafetière spéciale et des dosettes) et ça rend le consommateur captif d’une marque spécifique.

Personnellement et malgré la pression sociale environnante, je n’en ai jamais fait l’acquisition et je ne compte pas le faire du reste de mon existence.

Tout à fait d’acc. avec François. J’achète mon café en grains, le fait moudre et je le prépare
une tasse à la fois…j’ai le café que j’aime, sans rien gaspiller ni polluer.

Nous avons une de ces machines au bureau, les petites dosettes sont réutilisable et ont achète le café qu’on veut.

Ce n’est pas pour rien que l’inveteur de ce produit, John Sylran, regrette amèrement ce qu’il a fait (c’était initialement uniquement destiné à un usage interne à keurig, son employeur).
http://www.lefigaro.fr/societes/2015/03/11/20005-20150311ARTFIG00045-quand-l-inventeur-des-capsules-de-cafe-regrette-sa-creation.php

J’oubliais. Je me suis amusé àa faire un calcul approximatif.

Si 1 personnes sur 8 utilise ce genre de café au Québec et que la consommation moyenne est de 2 par semaine, cela fait approximativement 100 millions de capsules jetées, par année, au Québec…

Le chiffre vaut ce qu’il vaut mais ça donne un ordre de grandeur.

Si on suit les prémisses de Guillaume:

Une personne su 8 utilise des dosette; on est environ huit millions de personnes au Québec, donc environ un million de personnes utilisent des dosettes.

Si la moyenne est de deux dosettes (par personne) par semaine et il y a 52 semaine dans une année, ça fait un peu plus de 100 dosettes (104) par année.

Et si un million de personnes utilisent 100 dosettes (on arrondie, pour la compréhension), ça fait bien 100 millions de dosettes.

CQFD

Bien que ce chiffre soit très élevé, dans les faits, il s’utilise probablement beaucoup plus de ces satanés dosettes au Québec, juste à y penser, ça donne froid dans le dos.

Et c’est aussi rendu une des plus grande source de pollution de la planète. Polluer autant pur une simple tasse de café…

En réaction à l’article de monsieur Chrétien (15 juin 2015, page 12), j’aimerais apporter quelques bémols, à savoir qu’il existe sur le marché de petits filtres permanents lavables, donc réutilisables, ce qui évite non seulement le gaspillage en ajustant soi-même la quantité de café, et la sur-consommation de matières plastiques. En passant, le marc de café est non seulement biodégradable mais il peut également servir d’engrais pour les plantes.

Bien fait pour eux. Ça leur apprendra à jouer aux apprentis-sorciers.
On m’a fait cadeau d’une machine à dosettes qui, heureusement est «hybride» puisqu’on peut aussi utiliser un filtre métallique fourni avec la machine en question. C’est ce que je fais quand j’ai besoin de café-filtre.

Quant à mon café espresso, capuccino, ou latte, pas question non plus d’utiliser une machine à dosettes à 0,50$ l’unité. J’ai une Breville dont le prix est plus que raisonnable et, ça fait très longtemps que j’en ai amorti la totalité du prix d’achat avec un coût unitaire de moins de 0,10$ la tasse de café. Le calcul est facile: À 0,40$ d’épargné par café, multiplié par trois par jour, j’ai couvert le prix d’achat de ma machine en moins de quatre mois.

En prime, aucune pollution par ces satanées dosettes, aucune perte de café et le marc de café s’en va au compostage où sert à autre chose étant donné les multiples usages qu’on peut en faire y compris s’en servir au jardin comme répulsif à insectes et même à l’évier de cuisine car, parait-il, il serait efficace pour garder la tuyauterie propre!!! 🙂

Si les dosettes consomment moins de café que les manières traditionnelles, est-ce que ça pourrait plutôt être parce qu’il y a moins de café dans une dosette (pourrait-il aussi être mêlé à d’autres ingrédients pour donner une saveur différente?) parce que le consommateur de café aime en mettre plus pour chaque tasse, compte tenu de ses goûts? Pourquoi parler de gaspillage quand on jette non seulement le café (on ne peut pas facilement le recycler une fois passé) mais aussi la dosette? De plus lorsqu’ils moulent le café dans ces compagnies là, ne perdent-ils pas aussi un peu du contenu? Donc en fait ceux qui gagnent ce sont les pétrolières et le plastique!!! Quelle tristesse!