Ceci n’est pas un procès

Les résultats de la commission ontarienne sur le racisme systémique montrent la nécessité de procéder au même exercice ici, selon l’avocat Julien David-Pelletier.

La ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil, a confié le mandat de consultation à la présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Tamara Thermitus. (Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz)

À quoi s’attendre des travaux de la consultation sur le racisme et la discrimination systémique, qui doit être menée par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse dans les prochaines semaines ?

L’Ontario s’est tout récemment livré à un exercice similaire, avec des résultats concluants. Créée en février 2016, la Direction générale de l’action contre le racisme a mené à une série de 10 consultations publiques partout dans la province, et produit le Plan stratégique triennal de l’Ontario contre le racisme.

Son premier effet législatif ? Disons que l’Ontario n’a pas eu peur des mots. La Loi de 2017 contre le racisme, adoptée en juin dernier, affirme en préambule que « le racisme systémique est une réalité qui persiste encore de nos jours en Ontario, empêchant ainsi nombre de personnes de participer pleinement à la vie sociale et leur refusant l’égalité des droits, des libertés, du respect et de la dignité ».

Voilà qui montre avec éloquence que le Québec n’est pas le premier à être aux prises avec un tel enjeu.

La loi ontarienne fait de la lutte contre le racisme un objectif permanent, et force l’adoption par l’Assemblée législative d’un plan d’action qui doit être révisé tous les cinq ans. Le plan d’action actuellement en place prévoit notamment des stratégies différentes pour lutter contre le racisme systémique à l’endroit de populations particulières, comme les personnes autochtones et les personnes de religion musulmane, dont les besoins commandent des solutions distinctes.

Par exemple, la stratégie antiraciste visant les Autochtones doit s’inscrire dans le processus de réconciliation déjà en cours. Une stratégie d’éducation publique sur l’islamophobie est aussi en place pour pallier cet enjeu spécifique à la communauté musulmane.

Surtout, la Loi prévoit l’implication des communautés visées lors de la mise en place de chaque mesure, en imposant au ministre de veiller à les consulter lors de l’examen quinquennal.

Bref, un plan d’action gouvernemental logique, réaliste et dépourvu de toute connotation partisane. Un plan qui responsabilise le gouvernement à long terme.

L’exemple ontarien appelle avec vigueur à la nécessité de procéder au même exercice ici. D’abord, parce qu’un problème, pour exister, doit être nommé. Il est nécessaire d’expliquer pourquoi, systématiquement, le taux de chômage des groupes racialisés (tels qu’ils sont définis par la loi ontarienne) ainsi que leurs taux d’incarcération, d’arrestation et de pauvreté sont plus élevés que ceux de la moyenne québécoise. Il s’agit d’un état de fait, pas d’une accusation d’un groupe contre un autre. Une société de droit a l’obligation d’y répondre conséquemment.

Encore faut-il qu’une telle consultation mène à des solutions tangibles. Les élus ont souvent tendance à ne répondre à un problème que par une consultation, sans pour autant agir par la suite. En novembre 2016, le comité public de suivi de la commission Charbonneau déplorait qu’à peine le quart des 60 recommandations aient été mises en œuvre. Quant à celles de la commission Bouchard-Taylor, elles font encore l’objet de débats vitrioliques, alors que trois gouvernements ont eu l’occasion d’y donner suite.

Non, la commission sur le racisme et la discrimination systémique n’est pas un procès. Vouloir nommer le déplorable, briser l’isolement, et trouver les solutions à l’intégration pleine et entière de centaines de milliers de Québécois est au contraire l’exercice le plus sain auquel peut se livrer une société démocratique.

**

Julien David-Pelletier est conseiller spécial du bâtonnier du Québec pour l’accès à la justice, et cofondateur de la Clinique juridique Juripop.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

20 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« le taux de chômage des groupes racialisés (tels qu’ils sont définis par la loi ontarienne) ainsi que leurs taux d’incarcération, d’arrestation et de pauvreté sont plus élevés que ceux de la moyenne québécoise »

Très faciles à expliquer: culture et formation différentes de celles des Québécois

Évidement personne dans cette commission ne posera les vraies questions:
1) Que font ces gens ici? Pourquoi accueille-t-on per capita au Québec deux fois plus d’immigrants qu’aux USA?
2) Pourquoi qu’on est rendu à 14% d’immigrants alors que le Maine voisin est à 4% et le NH à 5%?
3) Pourquoi va-t-on chercher des Africains, des Antillais et des Latinos alors qu’on sait qu’ils performent nettement moins bien que les Asiatiques?

4) Qui les a fait rentrer? (Ottawa a la main-mise sur les réfugiés et les parrainés)
5) Dans quel but? Baisser les salaires? Remplir les grands 5 et demie? Maintenir les Libéraux au pouvoir?

A quand un vrai débat sur l,immigration au Québec plutot que le ridicule procès d’un des peuples les plus naifs et généreux au monde?

Pose-donc ces question aux personnes les plus victimes de racisme systémique, les premières nations…

Jack2 je vais te répondre selon mon expérience de québécoise née avec la peau foncée :

1) Parce que la qualité de vie est plus stable et sécuritaire au Québec qu’aux USA. Parce que les études supérieures sont plus accessibles, et ce peu importe le revenu médian familial. Parce que, lorsque le Canada a vue qu’il avait besoin d’immigrants car le taux de natalité était à la baisse, il a fait la propagande de tout ceci pour attirer mes grands-parents au Québec.

2) Pourquoi est-ce que vous comparez le taux d’immigrants entre 2 États qui ne ressemblent pas au Québec? Le Maine a une superficie de 91 646 km2 comparé aux 1.667 millions km2 du Québec. De plus, le Maine a 1.33 millions d’habitants (2010) comparés au 8.2 millions du Québec (2014). En prenant le Maine comme pied de comparaison, c’est comme se demander pourquoi les voisins ont 3 voitures quand vous en avez qu’une…leurs besoins sont différents que les votres, donc la nécéssité d’avoir 3 voitures pèse fortement sur cette décision d’avoir plus de voitures que vous.

3) Qu’est-ce que vous voulez dire que je performe moins que les Asiatiques? Sur quelle grille d’évaluation de la performance vous vous fiez pour dire que ma performance est moindre? Sur quels critères à la performance vous vous fiez pour dire que les Latinos, nous performons moins bien que les Asiatiques? J’aimerais bien les lire…

4) Le Québec a une part de contrôle sur l’immigration et les douaniers aux postes frontaliers peuvent décider qui rentrent au Québec.

5) Vous voulez savoir les buts de qui, de tous les gouvernements en place au Québec ou de ceux qui fuient les guerres civiles, le manque d’accès aux études supérieures, le manque de sécurité dans leur pays d’origine, le manque d’opportunités de se sortir de la pauvreté, etc.

@vicky C
Les immigrants performent très mal à Montréal et dans l’ensemble du québec. Comme le Québec a de généreux programmes sociaux, les transferts aux immigrants sont considérables. L’Institut Fraser parle de 6 à 7G par année!
A quand un débat sur l’immigration?

http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/jean-philippe-decarie/201605/27/01-4985707-immigration-et-mobilite-sociale-a-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B22_chroniqueurs_1834_section_POS1

« Les résultats, il faut le dire, sont déconcertants. Les immigrants, qui constituent 27 % de la force de travail dans la grande région de Montréal, ne représentent pourtant que 18 % du nombre total d’employés des entreprises.
Sur l’île de Montréal, les immigrants représentent 40 % de la main-d’oeuvre disponible mais seulement 23 % des effectifs des entreprises. »

Dans les faits se qu’on appelle le racisme systémique c’est que les membres des différents groupe ethniques ne performent pas aussi bien les uns que les autres(salaire, résultats scolaire, criminalité). Les mêmes groupes font les mêmes scores partout où ils immigrent et partout en occidents ceux qui font moins bien que la moyenne sont supposé être des victimes du groupe majoritaire. Ce qui est embêtant avec cette narration victimaire est que certaine minorités font mieux que les groupes majoritaires. Toute cette histoire de discrimination systémique est une immense déni de responsabilité devant les échecs de certains groupe.

Pour causer un problème de racisme, de xénophobie et d’anti-religion, rien de plus facile. On n’a qu’à permettre n’importe quel accommodement irraisonnable, laisser traîner en longueur des déviations de nos lois, et brasser le tout pour que tout le monde devienne confus. Voila comment on crée de toute pièce un atmosphère de méfie et de frustration les uns envers les autres, ceci menant à la situation que l’occident au grand complet est en train de vivre alors que les dirigeants favorisant leur réélection ne se soucient plus de la base de leur propre société.
Au lieu de favoriser une immigration (devenue nécessaire car on n’a pas voulu agir avant) qui coûte des millions à tous les contribuables, on aurait pu, avant aujourd’hui, investir ces millions pour favoriser nos propres familles à avoir plus de deux enfants. Juste trois enfants, on évite notre extinction, à quatre enfants, on augmente notre population au point de ne pas avoir besoin des étrangers pour nous sortir du trou. Mais ce langage est justement de ceux que nos gauchistes ne veulent rien savoir, car ça va à l’encontre de leur grande idéologie visqueuse du multiculturalisme effrénée à la Trudeau. On préfère payer pour des gens qui vont voter « du bon bord » que de payer pour des gens qui ne partagent pas nécessairement nos idées; c’est ça la théorie libérale canadienne et québécoise. Et j’ajouterai ceci: Ce qui est dommage par dessus tout, c’est que le peuple québécois devenu blasé à tel point qu’il s’en « contre-câlisse » n’ose plus, et n’osera plus se tenir debout pour mettre au pas ses politiciens qui, comme disait Yvon Deschamps, sont prêts « à vendre leurs mères et à louer leurs sœurs » pour atteindre leurs buts de réélection.
Pauvre Québec.

Je crois bien que beaucoup de jeunes québécois en age d’avoir des enfants sont beaucoup plus favorable à l’idée de l’immigration que celle d’avoir 4 enfants!!

Évitons l’amalgame : confondre la race et l’islam, confondre une couleur de peau avec une religion.

Il est important que les islamochouettes (intégristes de tout poil, qu’ils soient chrétiens, juifs ou musulmans) ne se cachent pas derrière ce juste combat contre le racisme et la discrimination pour mousser leur religion exhibée comme victime.

Les religions sont criminelles. Elles font des victimes, de la voilée par le machisme féodal et patriarcal à l’État islamique.

Ne nous laissons pas berner.

Vive nos réfugiés !
Vive nos immigrants !
Sus aux religions mortifères, misogynes, sectaires et antidémocratiques.

On assiste à la préparation des esprits pour une mise en scène orchestrée afin d’en arriver à créer le sentiment de discrimination systémique. Il n’est pas nécessaire d’avoir une structure et plusieurs millions pour savoir que le niveau d’exaspération des populations occidentale est élevé face aux dérèglements des règles et procédures faites par les gouvernements à l’encontre de toute logique sociale d’intégration. Les occidentaux n’étaient pas racisme(voir les définitions) puisque les migrations se sont presque toujours faites sans trop de heurts.

Ce à quoi nous assistons depuis 15 ans, c’et a non respect des peuples, des cultures, des modes de fonctionnements sociétaux construit avec des siècles d’histoire et dans certains cas des révolutions et des combats d’ouvriers et de femmes qui sont nier par ces mixités forcer.
Lorsqu’on voyage (pas en touriste) comme je le fais, on sait que les chocs culturels sont une réalité dans tous els pays. En psychologique, cela fait référence à la « dissonance cognitive ».
Lâché nous avec vos chantages émotifs et vos objectifs politiques.

Pas racistes les occidentaux? Hmmm… on oublie un peu trop facilement l’esclavage des populations africaines, le génocide des peuples autochtones, les pogroms antisémites etc. Chantage émotif de vouloir combattre le racisme? J’imagine que quand on profite du racisme on n’est pas prêts à se passer de ces avantages et de laisser de la place aux autres.

On connaît le sort des Commissions d’enquête… Le rapport de celle sur les peuples autochtones de 1996 avec ses 440 recommandations qui auraient pu améliorer les rapports avec ces peuples a été ignoré et tabletté. On crée plutôt d’autres commissions qui couvrent les mêmes questions pour recommencer l’exercice (Vérité et réconciliation est un bon exemple) et fournir des recommandations semblables sauf qu’il y en a moins et qu’elles sont plus limitées. C’est encore une stratégie pour noyer le poisson et prétendre qu’on fait quelque chose. C’est comme les promesses libérales: du vent.

Faire une commission sur le racisme, c’est bien à condition qu’elle donne des résultats concluants dont on se sert pour le combattre. Mais je mettrais un bémol sur l’efficacité et le bien-fondé de cet exercice.
N’avons-nous pas eu la commission Bouchard Taylor avec ses rapports à n’en plus finir? Pourtant, aucun des trois gouvernements(Charest, Marois et Couillard) n’en a suivi les recommandations pour faire passer une loi sur les accommodements raisonnables, surtout religieux. Le Québec tout entier flotte encore. Des institutions gouvernementales ou privées accommodent leurs employés comme bon leur semble. Quel dommage que des millions de dollars dépensés pour rien.
Le racisme n’est pas à sens unique. Autrement dit, le Québécois de souche n’a pas le monopole d’être raciste. Car il peut lui aussi être victime de discrimination de la part des communautés immigrantes et ça, on en parle peu ou pas du tout.
Originaire de l’Asie du Sud-Est, les propos désobligeants à mon endroit(Chintock, les Asiats sentent le riz jaune et j’en passe) ne me viennent pas de mes collègues québécois de souche, mais hélas de certains collègues d’autres origines ethniques. L’être humain, de quelque couleur qu’il soit, est capable du bien comme du mal.
Le racisme systémique ou pas, il faut le combattre et le combattre dans les deux sens si on veut vivre dans l’harmonie.
Cette consultation si importante qu’elle est(selon M. Couillard et compagnie) doit absolument être faite au su et au vu de tous au lieu de la tenir dans un local auquel ni médias ni public n’aura accès.

1867 Confédération qui crée un corridor le Canada !
Toujours et encore à débattre d’une Union impossible sur la façon de communiquer; un groupe à l’intérieur et l’autre maintenue dans le corridor.
On ne nous a pas permis d’apporter notre contribution en tant que culture différente (française) et encore tout comme ceux qui font les victimes de cette soi-disant commission , on se retrouvent avec vous dans le corridor en attente du pardon tout comme le vivrent présentement les premières nation .

Bienvenue à l’intérieur du corridor Canadien …. Le Québec

Ben oui, ben oui; cette discussion est essentielle pour nos élites ! L’ immigration n’ est pas un nouveau phénomène en Amérique; ça c’ est sûr , car ce nouveau monde est formé d’ immigrants depuis disons le 18 ième siècle et amplifié par la suite au 19-20 ième siècle ! Notre territoire est immense surtout le Canada et il y a de la place pour encore beaucoup, beaucoup de monde !

La QUESTION n’ est pas là; car il y a actuellement de l’ immigration massive à travers l’ Europe et la question est pourquoi? Actuellement et fin 20 ième siècle, la cause majeure est la religion (Daesh) et aussi la richesse des pays arabes qui influencent la guerre!!! Donc on se retrouve avec des immigrants de bonne foi qui fuient les régimes totalitaires , mais qui sont contaminés par les extrémistes et surtout les intrégristes abuseurs de conscience qui se croient tout permis dans leur nouveau pays !! Donc nous ne sommes pas habitués à ces nouveaux constats car la subtilité de ces nouveaux arrivants associé à des financements ocultes de la part de pays riches qui veulent répandre la bonne nouvelle ne se gênent pas pour financer surtout les mosquées pour sans doute aider à la continuation du projet identitaire de cette communauté religieuse!!

Nous les Canadiens Québecois ne sommes pas plus prémunis de cette réalité que nos occidentaux européens qui subissent actuellement la robuste structure de cette réalité mondiale!! Alors que Julien David Pelletier réfléchisse encore au phénomène !!!

Taux d’incarcération et de chômage , il serait temps d’aller voir les études de psychologue européens sur la question. Mais vous ne le ferez pas, vous préférez dépenser.

Et comparez la situation des amérindiens à celle des musulmans voilà une belle hypocrisie, la première fois j’ai entendu leur revendication j’étais ado, et cela fait plus de 15 ans. Nombre de politiciens ont fait semblant de les écouter. Mais toujours rien.

C’est pas en jetant encore de l’argent par les fenêtres et de huile sur le feu que les choses vont s’arranger.

À continuer d’aller dans le sens qui vous convient mais met beaucoup plus de gens en colère, vous finirez par être responsable du pire.

Réponse à Julie (plus bas).
Je vous cite : « Je crois bien que beaucoup de jeunes québécois en age d’avoir des enfants sont beaucoup plus favorable à l’idée de l’immigration que celle d’avoir 4 enfants! »
Si c’est réellement le cas, je trouve ça très malheureux, car ce serait le signe imminent de vouloir « disparaître » radicalement comme peuple. Si c’est là votre volonté, eh bien soit, disparaissez. Mais je crois plutôt que dans un avenir pas si lointain, bien des peuples de la terre vont finir par sortir de leur torpeur et décider de reprendre les choses en main, au lieu de laisser leur destin entre les mains de manipulateurs politiques et de mondialistes à la « va comme je te pousse ». Alors, bonne phase terminale à vous.

Je suis d’accord avec vos commentaires….. Et j’ajouterais qu’entre l’Organisation des frères musulmans et l’Arabie Saoudite qui, respectivement, s’infiltrent et sèment leurs idées et leur argent pour islamiser le monde, j’aimerais bien que notre gouvernement québécois appuie et vote pour un pays laïc avant qu’il ne soit trop tard.