Ces prêtres venus d’ailleurs

On trouve deux fois moins de prêtres qu’il y a 50 ans au Québec… et leur âge moyen dépasse les 70 ans. Pour remédier au manque de main-d’œuvre, l’Église se tourne désormais vers l’étranger et ouvre ses portes à des célébrants venus d’Afrique, d’Amérique latine ou d’Asie. Portrait de certains d’entre eux.

Galerie d’images
Infos
Fermer
Plein écran
      Dans la même catégorie
      Boutique Voir & L'actualité

      Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

      6 commentaires
      Les commentaires sont fermés.

      la couleur ne m idiffere pas cest le coeur que les personnes ont mient pour en arriver la bravo a eux bonne annee

      Commentaires d’un étudiant en théologie

      S’il y a moins de prêtres ici c’est que les jeunes sont moins interpellés par la religion telle que présentée par l’église. L’athéisme et l’agnosticisme sont en hausse, de même que toutes sortes d’autres croyances plus ou moins farfelues. Avec la montée de l’individualisme, les gens développent aussi leurs propres croyances personnelles, dans lesquelles ils entremêlent tout ce qui leur plait.

      Alors que les prêtres formés ici passent par des cours de théologie universitaires, ceux venus d’ailleurs n’ont souvent pas le même background. Au Québec, nous sommes dans un des rares pays où l’enseignement de la théologie se fait en milieu universitaire. Dans les autres pays, ce sont les communautés religieuses qui forment leurs prêtres. On a donc ici un système très différent, et les théologiens d’ici sont plus au fait des recherches en histoire, en histoire des religions, en psychologie, en langues, en exégèse des textes, etc. Ils peuvent donc être beaucoup plus critiques face à ce qui est rapporté dans la bible, parce qu’ils apprennent le contexte dans lequel ça a été écrit et comment elle s’est transmise. Ça peut aussi expliquer pourquoi il y a moins de prêtres…

      Alors, pour remplacer nos prêtres, on en prend qui viennent de pays très différents, où l’éducation n’est pas une priorité. On peut même voir, parmi les protestants, de nouvelles vagues de croyances aux miracles qui me semblent emprunter certains caractères vaudous provenant de pasteurs haïtiens.

      Mais il est vrai que la messe catholique québécoise était bien platte et que la venue de chants et d’un mysticisme extérieur peut y redonner un certain attrait. Espérons seulement qu’on évitera les plus intégristes, ceux qui prennent la bible au pied de la lettre et qui croient encore à la création du monde en 6 jours, avec le soleil et la lune créés après la séparation du jour et de la nuit et après la création des plantes…

      C’est rafraichissant de voir comme le pape François, arriver ces prêtres venant de la pauvreté, dans notre société où il n’y en a que pour la cupidité.

      Le commentaire de Michel B. est plutôt insultant pour les prêtres venus d’ailleurs. N’est-il pas vrai qu’il faut être « simple » d’esprit pour assimiler le merveilleux message de l’église Catholique…c’est en tout cas ce que le Christ a donné comme message…. »Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux ». À vouloir tout expliquer, analyser, décortiquer on perd l’essentiel même du message, l’Amour avec un grand A.
      B.G.

      Le problème avec la simplicité d’esprit, c’est qu’on va croire n’importe quoi. C’est la plus belle façon de faire la promotion de n’importe quelle croyance, que ce soit dans des médecines alternatives comme l’homéopathie, dans des techniques non fondées comme la psychanalyse, ou dans différentes religions et mysticisme. Avec la simplicité d’esprit, on croit aux astrologues, aux voyants, aux esprits qui hantent les maisons, à la réincarnation, etc.

      Je pense que dans la vie, on doit garder un esprit critique. Un des problèmes avec les religions, ce sont les fameuses révélations que reçoivent les croyants, révélations qui diffèrent d’une personne à l’autre et d’une religion à l’autre. Si un dieu existe, il doit bien s’amuser pour donner des révélations contradictoires à tout ce beau monde.

      Comment un simple d’esprit peut s’y retrouver????

      Cher Michel B.,

      Continue à étudier, t’en auras bien besoin si ton but est la prêtrise, cette profession en voie d’extinction! Mais n’oublie jamais que ce sont NOS clercs «éclairés» d’une époque où la théologie était une formation dispensée par… NOS communautés religieuses (hé oui!), et j’en conviens, dans NOS universités (crédibilité et notabilité obligent!), qui ont rendu suspectes, par autoritarisme et dogmatisme, la religion d’ici et toute forme de spiritualité «collective et dirigée» en général. S’il existe toujours au XXIè siècle, comme tu prends toi-même soin d’en faire prudemment l’hypothèse , (d)ieu a-t-il toujours besoin de ces intermédiaires obtus quand il s’adresse à nos intelligences, mieux nourries que jamais?