Changer le monde, un algorithme à la fois

Financé par les dons et par les fondations, dont celle de Bill Gates, Paul Duan a investi toutes ses ressources dans une entreprise qui ne vise rien de moins qu’à devenir «l’ONU des sciences de données».

Est-il réellement possible de réduire le chômage de 10 % à l’aide de quelques algorithmes savamment manipulés? La réponse tombera sous peu, et donnera peut-être le véritable coup d’envoi de l’ère de l’entrepreneuriat social.

Paul Duan, petit génie de l’analyse de données, s’est associé en janvier dernier à Pôle Emploi, l’acteur central des politiques d’emploi en France, dans le but de simplifier le parcours des chômeurs et créer un portail pouvant les guider de manière personnalisée dans leurs démarches.

Financé par les dons et par les fondations, dont celle de Bill Gates, ce jeune homme de 23 ans, fils d’immigrés ayant fui la Chine à la suite du massacre de la place Tian’anmen, a investi toutes ses ressources dans un seul but: utiliser la science de données pour le bien commun. D’ailleurs, Bayes Impact, son entreprise en démarrage (sans but lucratif) située dans la fameuse Silicon Valley, ne vise rien de moins qu’à devenir «l’ONU des sciences de données».

De fait, le gouvernement serbe a sollicité en décembre dernier l’aide de Duan afin de fluidifier la gestion informatique de l’afflux des réfugiés. Auparavant, Bayes Impact avait notamment travaillé avec les autorités pénitentiaires californiennes dans le but d’élaborer un algorithme permettant de prévoir les récidives chez les détenus. Le tout premier projet de l’entreprise avait consisté en la création d’un algorithme de détection des fraudes pour un service de microcrédit.


À lire aussi:

Le code sur votre iPhone ne sert à rien (ou presque)


Mais le chantier du moment, celui qui fait grand bruit en France et qui devrait être complété au cours du deuxième semestre de l’année 2016, c’est «My Game Plan». Cette ambitieuse aventure vise à réduire le taux de chômage – Duan avoue volontiers que le chiffre avancé de 10 % relevait davantage du coup de communication – et à faire économiser plusieurs milliards d’euros à l’État français. Comment? Grâce à une plateforme Web capable d’analyser le profil d’un utilisateur après une simple série de questions, pour ensuite lui proposer un plan d’attaque en vue d’un retour rapide sur le marché de l’emploi.

Derrière cette apparente facilité se cachera un outil complexe agrégeant, en temps réel, de nombreuses informations sur le marché du travail français qui étaient jusqu’à présent éparpillées: les emplois vacants, les formations offertes, les métiers d’avenir, les exemples de reconversions réussies ou encore les régions qui embauchent. Le traitement de ces données permettra d’indiquer à l’utilisateur la probabilité qu’il trouve du travail dans son domaine au cours des six mois à venir, tout en proposant des solutions de reconversion, formations à l’appui.

Grâce à son statut d’ONG sans but lucratif, Bayes Impact a pu sceller des ententes avec des entreprises commerciales telles que le réseau social pour professionnels Viadeo, tout en collectant les données anonymisées du service public.

«L’idée est d’avoir une vision à 360° du marché du travail, avec un seul site où officierait un assistant intelligent, capable de proposer, à tout moment, la meilleure action à entreprendre. Le tout gratuitement et en libre-service», a expliqué Duan au magazine français Society, qui lui a récemment consacré un portrait. L’interface serait, par ailleurs, en code source libre, ce qui permettrait à d’autres États de se l’approprier.

Pour y arriver, Duan, qui a fréquenté l’Université de Californie à Berkeley, a monté une équipe d’une dizaine de spécialistes du Big Data (mégadonnées), quitte à les débaucher chez certains des géants de la Silicon Valley. Bayes Impact ne peut rivaliser du côté des salaires, mais l’entreprise a l’avantage de donner un sens au travail de ces scientifiques, qui se penchent maintenant sur des problématiques sociales.

«Vous savez, je voulais une équipe de choc et, parfois, ceux qui sont à l’origine des algorithmes les plus efficaces d’Uber, de Google ou de Facebook cherchent du sens dans leur travail. Ces personnes ont les noms des plus grands sur leur CV. Ils cherchent autre chose», a raconté Duan à French Morning.

Une vision que confirme Everett Wetchler, anciennement chez Google, dans les pages de Society. «Je suis un homme blanc, issu d’une famille éduquée dans un pays riche, c’est donc un peu comme si j’avais gagné à la loterie de la vie. Et je me dis que j’ai peut-être mieux à faire dans mon existence qu’aider Google à engranger encore plus de revenus publicitaires.»

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie