Chapeau, Québec Science !

Le magazine québécois consacré à la science fête ses 50 ans. Petit historique.

S’il ne s’agissait de science, on pourrait presque parler d’un miracle ! Qui, en 1962, aurait pu prévoir que Québec Science, qui s’appelait alors Le jeune scientifique, deviendrait un demi-siècle plus tard l’un des doyens de l’industrie du magazine au Québec ?

En fêtant ses 50 ans cet automne, anniversaire souligné par un numéro spécial consacré à l’avenir de la science vu par une centaine de jeunes chercheurs québécois, Québec Science fait mentir tous les oiseaux de malheur qui n’auraient pas parié un cent sur sa réussite.

Cette longévité n’a rien de mystérieux. « Le secret, c’est l’engagement constant des artisans du magazine, qui, depuis le début, ont toujours eu à cœur de donner un sens à l’information générale en l’éclairant d’un point de vue scientifique », raconte Raymond Lemieux, rédacteur en chef du magazine depuis 1994 et auteur du livre Il était une fois Québec Science, publié début novembre aux Éditions MultiMondes.

Quand, en 1962, l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences, aujourd’hui l’Association francophone pour le savoir (Acfas), reprend une petite brochure de vulgarisation publiée par les Clercs de Saint-Viateur, à peine 500 bacheliers en sciences sortent chaque année des universités francophones du Québec. Dans les années suivantes, une poignée de jeunes journalistes (dont le collaborateur de L’actualité Yanick Villedieu, l’éditeur actuel de Québec Science Pierre Sormany et le président de la Fédération mondiale des journalistes scientifiques Jean-Marc Fleury) en font un véritable magazine, qui, avec un grand souci de vulgarisation et beaucoup d’intelligence, accompagne le formidable essor de la recherche québécoise et fait entrer la science dans l’actualité.

« À cette époque où on débattait du nucléaire ou de l’assurance maladie, Québec Science a su donner un sens à l’information en faisant du journalisme d’approfondissement », croit Raymond Lemieux. Québec Science est vite devenu un magazine de référence, dont chaque numéro est lu par quelque 200 000 personnes, majoritairement des gens instruits et curieux, mais pas forcément familiers avec la science.

La réussite de Québec Science tient aussi à l’art de raconter des histoires qui, même si elles traitent parfois de sujets arides, savent susciter la curiosité des lecteurs. Le magazine mêle enquêtes et reportages sur des sujets d’actualité, comme l’euthanasie ou le gaz de schiste, et donne des nouvelles des laboratoires du Québec – dont un dossier annuel sur les 10 découvertes de l’année.

Avec à son actif de nombreux numéros phares, comme ceux consacrés au 400e anniversaire de la ville de Québec, à la santé mentale ou à l’enfance, Québec Science, qui a remporté en 2010 le titre de « Magazine de l’année » décerné par l’Association québécoise des éditeurs de magazines, n’aurait toutefois pas survécu sans l’engagement constant de l’État québécois et de plusieurs institutions savantes, explique Pierre Sormany.

Après avoir appartenu à l’Acfas puis aux Presses de l’Université du Québec et au cégep de Jonquière, le magazine est entré en 2008 dans le giron des Éditions Vélo Québec, qui publient aussi Vélo Mag et Géo Plein Air. « Dans les prochaines années, on veut se donner les moyens de produire plus de contenu, que ce soit dans le magazine ou sur Internet », explique l’éditeur, revenu à ses premières amours après un long détour par Radio-Canada. Depuis 2000, Québec Science organise aussi des « bars des sciences » très populaires, qui mettent les scientifiques en contact avec la population. « La science évolue sans arrêt, de plus en plus vite et avec une influence toujours plus grande sur nos vies. Québec Science sera toujours là pour en parler », croit Raymond Lemieux. Rendez-vous dans 50 ans !

Les plus populaires