Connaissons-nous vraiment nos immigrants ?

Pas si l’on en croit les récents sondages. Cette vidéo trace leur profil.

Les Canadiens croient que les immigrants forment 35 % de la population, selon un sondage mené par la maison Ipsos, en 2014. C’est plutôt 21 % au Canada, et 12,6 % au Québec.

Ils surestiment aussi le nombre de musulmans au pays. Les Canadiens évaluent que 20 personnes sur 100 sont musulmanes. En réalité, ce sont à peine 2 Canadiens sur 100, et 3 Québécois sur 100 qui sont de confession musulmane.

Pourtant, le Québec accueille environ 50 000 immigrants par année. D’où viennent-ils ? Où s’installent-ils ? Quelles sont leurs conditions d’emploi ?

Leur profil, expliqué en trois minutes.


À voir aussi :

Réforme de l’immigration : entrevue avec la ministre Kathleen Weil >>
Immigration : quand le Canada serre la vis >>
Épreuve des faits : immigration et identité au Québec >>
Immigration : ils réchauffent le Nord ! >>
Les vidéos L’actualité 101 >>

Les commentaires sont fermés.

12,6% Vos données remontent au recensement de 2011!
Depuis il est rentré plus de 200,000 immigrants au Québec. Quatre comtés dirait PKP.
On est donc rendu à 14%, devant les Américains qui sont à 13%. En passant, le NH et le Vermont ont 5% d’immigrants et le Maine 3%. On jase…

Idem pour les musulmans. Il est rentré plus de 50,000 musulmans depuis et ils ont une forte natalité si bien que leur % est autour de 4%. C’est énorme si l’on considère que les Anglos, ici depuis deux siècles et demi, sont 8%. La croissance démographique des musulmans est spectaculaire.

Les immigrants gagnent 15% de moins que les Québécois. Ils paient donc beaucoup moins de taxes et d’impots. Et comme ils ont droit à tous les programmes sociaux, ils recoivent donc plus que les Québécois
Richard Lehir (fils d’immigrant) évalue le coût annuel à 4 milliards. C’est 6 fois le budget de la Culture au Québec. L’estimation de Lehir est conservatrice parce que les programmes sociaux au Québec sont les plus généreux du continent.
L’immigration n’enrichit pas le Québec, loin de là. Combien de temps encore on va continuer à nous remplir?

http://vigile.quebec/L-immigration-coute-au-Quebec-4

L’immigration coûte 20 milliards par an au Canada !

Ainsi, au Canada, une étude récente de l’Institut Fraser, intitulée « Canada’s Immigrant Selection Policies : Recent Record, Marginal Changes, and Needed Reforms commentée largement au Canada anglais, mais à laquelle Vigile a été le seul média au Québec à faire écho, révélait que l’immigration imposait aux contribuables canadiens un fardeau budgétaire additionnel de 20 milliards $ par an.

La somme est colossale, et pour le Québec seulement, elle s’élève au minimum à environ 4 milliards $ par an, largement de quoi remettre en question, sur sa seule base économique, le bien-fondé de nos politiques d’immigration, sans même parler des conséquences sociales, culturelles, linguistiques et politiques.

Bonjour à l’équipe, bravo et merci pour cette excellente vidéo, c’est d’une grande utilité en cette période de réflexion sur l’immigration. Puis-je l’utiliser dans le cadre d’un mémoire universitaire ? Mathilde, comme à chaque fois, c’est vraiment très très bon. Bonne journée.

Si les musulmans nous semblent si nombreux c’est peut-être qu’ils prennent plus de place qu’ils ne le devraient!

À première vue, ça semble vraiment xénophobe comme commentaire, mais c’est vrai que dès qu’il y a un débat sur fond de croyance religieuse dans les médias populaires ce sont souvent les musulmans qui sont ciblés, ex aequo avec le maire Tremblay.

Dieu que ces petits vidéos sont ennuyeux! Vous traitez des lecteurs adultes comes des enfants de la maternelle.Ceux qui vous ont regardés, comme moi, ont perdu près de 3 minutes, et vu une pub par-dessus le marché, alors qu’un court texte accompagné d’un tableau nous aurait « instruits » en 30 seconds, sans qu’on se sente infantilisés. La petite dame serait bien en Souris Verte, non?

Je souligne ce bel effort éducatif pour tenter de remettre les choses dans une juste perspective en matière d’immigration. Je doute cependant que cela change quoique ce soit dans les fausses perceptions qu’une part de la population (québécoise et canadienne, je présume) aime alimenter et à faire perdurer. Les « préjugés » ont la couenne plus dure que les faits.