Dans les coulisses du centre de transport Stinson

Rendre « sexy » un garage d’autobus situé dans un parc industriel ? Des architectes y sont parvenus en l’imaginant vert et intégré à la trame urbaine. L’actualité a eu un accès exclusif au chantier du centre de transport Stinson, de la Société de transport de Montréal, qui ouvrira en janvier 2014. 

stinson-depart1

Au départ, la construction du centre de transport Stinson, dans l’arrondissement de Saint-Laurent, ne faisait pas l’unanimité. « Nous sommes entourés d’immeubles résidentiels, et ceux qui y habitent voyaient notre arrivée d’un mauvais œil, craignant la pollution — de l’air, mais surtout visuelle et sonore — qu’engendre l’arrivée de nouveaux autobus », avoue Jocelyn Leblanc, directeur de projets à la Société de transport de Montréal (STM).

Résultat : les architectes du cabinet Lemay ont cherché à intégrer le centre dans le secteur de la façon la plus naturelle qui soit, en respectant le budget initial.

« Tout a été pensé comme les mailles d’un tricot. On tisse un lien avec le quartier », dit Michel Lauzon, directeur de la conception du centre chez Lemay. Un maillage qui se décline notamment dans la mosaïque vert et blanc du toit, ainsi que dans le marquage au sol, qui suit les lignes de l’immeuble.

 

montage1
Maquette : © Lemay Architecture-Design

Se tourner vers l’avenir

D’ici 2020, la STM souhaite faire augmenter de 32 % l’utilisation du transport en commun. À ce moment-là, on devrait compter 2 089 autobus (dont 400 articulés), d’où l’importance de construire le centre Stinson.

Maquette : © Lemay Architecture-Design
Maquette : © Lemay Architecture-Design

À compter de 2025, la STM prévoit être en mesure d’acheter exclusivement des véhicules électriques et commencera alors à remplacer graduellement son parc. Et Stinson sera prêt. Ainsi, les plans actuels tiennent compte de ce virage, et il ne restera plus qu’à remplacer les bornes de biodiésel — installées au centre du bâtiment — par des bornes électriques. Les grandes portes d’entrée et de sortie des autobus ont d’ailleurs été pensées pour les autobus électriques, qui, avec les batteries d’accumulateurs sur le toit, sont plus hauts que les véhicules actuels.

a

Penser autrement

Dès leur arrivée à Stinson, les autobus disparaîtront à l’intérieur du bâtiment. C’est là une des principales actions prévues pour éliminer la pollution visuelle et sonore que craignaient tant les résidants du voisinage. « Les études acoustiques nous avaient montré que le projet n’amplifierait pas le bruit dans le secteur. Mais quand on voit les autobus, on les entend aussi ! Là, on ne les verra pas du tout », explique Jocelyn Leblanc, directeur de projets à la Société de transport de Montréal.

Maquette : © Lemay Architecture-Design
Maquette : © Lemay Architecture-Design

Sur le chantier, on constate l’immensité de l’espace où rouleront jusqu’à 300 autobus (dont 100 articulés) : 35 000 m2, soit l’équivalent de six terrains et demi de football. Les architectes ont intégré au toit 28 lanterneaux, qui, à 60 % de l’achèvement des travaux, laissent déjà pénétrer la lumière naturelle. Celle-ci éclairera les 800 employés jusqu’à la pénombre.

Purifier l’air

c

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme les moteurs tourneront dans le centre, on a prêté une attention particulière à la qualité de l’air. Si les niveaux de dioxyde de carbone (CO2) et d’oxyde d’azote (NOx) deviennent trop élevés, un échangeur d’air entrera alors en action.

L’opération pourra se répéter jusqu’à quatre fois par heure. C’est à ce moment que la chaleur produite par les véhicules sera récupérée pour le chauffage du bâtiment.

Maquette : © Lemay Architecture-Design
Maquette : © Lemay Architecture-Design

Voir vert…

Le centre Stinson, qui devait initialement obtenir une certification LEED Argent (pour Leadership in Energy and Environmental Design, une norme accordée par le Conseil du bâtiment durable du Canada), sera finalement estampillé LEED Or. Une première au pays pour un centre de transport. « Ce n’est pas plus cher : nous avons respecté le budget [de 165 millions de dollars], assure Pierre Larouche, associé principal de Lemay Architectes. Bien sûr, il y a eu des rationalisations en cours de route afin de permettre des améliorations au projet. »

Maquette : © Lemay Architecture-Design
Maquette : © Lemay Architecture-Design

Par ailleurs, le site comptera deux boisés — qui seront accessibles au public —, dans lesquels 120 arbres d’espèces nobles reprendront racine après avoir été déplacés de leur emplacement original. Autres gestes verts : on récupérera 75 % de l’eau de pluie pour nettoyer les véhicules, et 85 % de la chaleur dégagée par les autobus sera récupérée pour chauffer le centre. Ce dernier concept, qui a fait passer Stinson de LEED Argent à Or, a demandé un investissement de 3 millions de dollars, mais il permettra des économies annuelles de plus de 900 000 dollars.

… et voir jaune

Dans leur jargon, les architectes du centre de transport Stinson l’appellent la « barre programmatique ». L’immense passerelle jaune — aux couleurs de la STM — abritera les bureaux administratifs, mais aussi tout l’équipement mécanique qu’on trouve habituellement sur le toit et qu’on souhaite camoufler.

Maquette : © Lemay Architecture-Design
Maquette : © Lemay Architecture-Design

Mais la barre programmatique n’était pas prévue dans les plans initiaux. « Au départ, il devait y avoir trois espaces de travail, souligne Yanick Casault, chef du projet chez Lemay Architectes. Nous les avons regroupés dans cette “barre” pour réduire les déplacements dans l’immeuble et autour de celui-ci. » La longue armature vitrée, qui fait trois fois la patinoire du Centre Bell, repose sur le bâtiment et reprend la même structure qu’un pont. Elle promet une vue imprenable sur le flanc nord du mont Royal.

La carte de la transparence

Les centres de transport sont habituellement anonymes. Toutefois, les concepteurs de Stinson ont voulu jouer avec la transparence du bâtiment. En plus des 28 puits de lumière sur le toit, la devanture sera vitrée, ce qui permettra aux passants — pour l’instant peu nombreux, le parc industriel étant pris en étau entre l’autoroute Métropolitaine et la voie ferrée du Canadien Pacifique — de voir l’action à l’intérieur.

Maquette : © Lemay Architecture-Design
Maquette : © Lemay Architecture-Design

Néanmoins, l’arrondissement de Saint-Laurent souhaite faire construire prochainement un passage pour piétons et cyclistes à l’ouest du centre. Une immense baie vitrée, qui a été pensée pour les usagers du train de banlieue Montréal–Deux-Montagnes (qui passe à quelques mètres de là), a aussi été ajoutée sur le coin nord-est du bâtiment.

 

8a-toit

Apposer une signature

Pour le moment, le toit du centre Stinson est encore noir, et il y fait chaud. À terme, il sera recouvert d’une mosaïque blanche et verte, ce qui devrait y faire baisser la température.

Les architectes ont traité le toit comme une « cinquième façade », puisque les résidants des immeubles résidentiels voisins pourront l’apercevoir de chez eux. « Au départ, nous voulions un toit complètement vert, mais ce n’était pas possible pour des raisons budgétaires », explique Pierre Larouche, l’architecte-patron du projet.

Maquette : © Lemay Architecture-Design
Maquette : © Lemay Architecture-Design

La toiture végétale couvrira 8 000 m2, soit environ le quart de la surface du bâtiment. À vol d’oiseau — les avions qui atterrissent à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau survolent l’endroit —, la vue sera surprenante. « Ça va en faire un immeuble emblématique », croit Pierre Larouche. Son collègue Michel Lauzon est du même avis. « L’hiver, ce sera magnifique. Le vent va créer de magnifiques sculptures », dit-il en faisant allusion à la neige qui se lovera en dunes contre les lanterneaux.