Dénoncer sans crainte

Efficace, la protection des lanceurs d’alerte?

Illustration: Sébastien Thibault pour L'actualité
Illustration: Sébastien Thibault pour L’actualité

Les lanceurs d’alerte ne font pas l’una­nimité. Il y a les «méchants» WikiLeaks: Julian Assange est même privé de liberté depuis 2012. Il y a les «bons» Panama Papers, qui aident les États à lutter contre la fraude fiscale.

La France s’apprête à protéger par la loi les lanceurs d’alerte, du moins dans trois domaines: évasion fiscale, santé et environnement. Toutefois, dans les entreprises, dénoncer des pratiques abusives reste délicat.

Certes, les sociétés américaines (et leurs filiales à l’étranger) sont tenues, depuis le scandale financier Enron, de mettre sur pied un dispositif d’alerte interne. Mais ce mécanisme de protection fonctionne plus ou moins bien: permet-il vraiment à l’employé qui crie au loup de rester anonyme?

En Europe, seuls quatre pays — Luxembourg, Roumanie, Slovénie et Royaume-Uni — protègent vraiment les lanceurs d’alerte, selon l’ONG Transparency International. La France se joindra au quatuor en créant une «agence nationale des lanceurs d’alerte», qui permettra de recueillir des témoignages anonymes.

Cette future agence ne suscite pas les éloges pour l’instant. «S’agira-t-il d’une secrétaire qui se contentera de répondre au téléphone ou d’une batterie de juristes et de fiscalistes?» s’interroge Mahaut Fanchini, qui prépare une thèse de doctorat sur les lanceurs d’alerte à l’Université Paris-Dauphine.


À lire aussi:

Le gouvernement vous écoute (encore plus que vous ne le pensez)


Le cas du Français Antoine Deltour est révélateur. Il s’est vu décerner le Prix du citoyen européen 2015 par le Parlement européen après les LuxLeaks — un scandale lié à l’évasion fiscale —, dont il est à l’origine. Cela n’a pas empêché un tribunal luxembourgeois de condamner cet ancien employé du cabinet Pricewater­houseCoopers à une peine d’un an de prison avec sursis après un procès pour vol et violation du secret professionnel, notamment.

«Il est intolérable que des lanceurs d’alerte soient traités en criminels», estime la Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires, une coalition d’ONG. «Ce sont ceux qui pratiquent l’évasion fiscale qui devraient être condamnés, pas ceux qui la dénoncent!»

Dans la même catégorie
6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Personnellement, je me méfie grandement des « lanceurs d’alerte » car nous avons tous été témoins ces derniers temps du lynchage public envers certaines personnes (victimes!) qui se sont finalement avérées parfaitement innocentes.

Lanceurs d’alerte, oui, mais pas avant un minimum de vérification factuelle et ce ne sont certainement pas les medias traditionnels en mal de copie qui devraient effectuer cette vérification.

La protection des lanceurs d’alerte est une mesure sociale nécessaire si nous voulons faire avancer la justice et l’équité en autres dans nos sociétés publiques et parapubliques. Il n’y a pas plus peureux qu’un fonctionnaire et souvent l’organisation établi en place ne manque pas de « loyaux soldats » pour taire payer chèrement toute tentative d’auto critique à l’interne. Je crois qu’un protection légale adéquate pour les lanceurs d’alerte éliminerait bien des tensions pour les employés qui refusent par exemple de couvrir un patron qui vole du temps de façon récurente à une institution depuis des mois avec la dénédiction apparente de ses supérieurs. Ce n’est pas la responsabilité d’un syndicat de subalternes de gérer les problèmes de gestion des patrons qui sont loyaux d’abord avec eux avant de l’être à leur organisation.
Jacques Tremblay
Sainte-Luce, Qc.

Je ne suis pas contre, mais il existe le danger que les lanceurs d’alerte agissent pour assouvir leurs désirs personnels, comme Assange qui prend plaisir à dénoncer les États-Unis qu’il déteste. En passant, vous avez oublié de mentionner qu’Assange n’est pas privé de liberté parce qu’il est lanceur d’alerte mais bien parce qu’il refuse de faire face à la justice suédoise concernant deux viols dans ce pays.

Il y a aussi que les lanceurs d’ alertes peuvent être manipuler par les paliers supérieurs et faire des dommages collatéraux incommensurables!

Bonjour
Il est certes malheureux de constater que la socété se plaient souvent à se tourner la tête lorsqu’un crime est commis. Depuis que je suis né, j’ai vécu une dégradation progressive du tissus social qui nous a mené à payer pour les malfrats, mécréants et truands de la société.

J’ai toujours été contre l’aide juridique accordée aux criminels qui reviennent constamment devant les tribunaux et il faudra bien un jour que la loi soit amendée pour refléter la bonne administration de la justice.

Le premier siècle du présent millénaire sera celui de la remise des pendules à l’heure juste dans un nombre encore insoupçonné de fraudes à l’interne et de « choser few » qui se payent des salaires à coups de millions de dollars pendant que les investisseurs perdent leur argent et quoi d’autre madame la marquise.

Wikileaks a permis de faire la preuve que des gouvernements tel que celui des USA était pourris jusqu’à l’os et ce depuis des décennies. Il en fut de même pour plusieurs de leurs alliés dont la Grande Bretagne et la France qui furent mis au pilotit.

Pour ceux qui ont eu l’occasion de travailler outre-mer pourront déclarer sans ambages comment les américains qui se disent le numéro un de la planète ne sont qu’une gagne de bum qui ont profiter des ressources de la planète en écrasant les citoyens de dizaines de pays dont les présidents étaient en poste grâce à des coups d’état fabriqués de toutes pièces par les USA. Il faut être aveugle pour ne pas le savoir, ce n’est une cachette pour personne.

Si les USA sont dans la dèche depuis près de 20 ans est dû au fait qu’ils ne peuvent plus voler les richesses naturelles des asiatiques et africains et doivent payer le prix réel. Puisque les ressources naturelles ont fait grimper les prix des biens de consommation, les entreprisent ont pris le chemin des pays où la main d’oeuvre est moins dispendieuse.

Les américains ont toujours cru que leur fraude au niveau mondial serait éternel, ils en paient la note depuis le départ des emplois vers l’extérieur et ce n’est pas finit, ce n’est pas TrumpVader qui changera la donne.