Des exemples d’initiatives

À la veille d’une pandémie appréhendée de grippe A (H1N1), voici des mesures prises par des commissions scolaires.

Photo : iStockphoto

Commission scolaire Harricana

Le printemps dernier, cette commission scolaire de l’Abitibi a notamment installé dans ses 25 établissements des affiches sur les techniques de lavage de mains. À la rentrée, des lingettes seront distribuées aux employés afin de désinfecter leur poste de travail. Avec l’aide d’une firme-conseil, la commission scolaire conçoit actuellement son plan pour maintenir les services essentiels. Fin prévue des travaux : début de l’automne.

Commission scolaire Lester-B.-Pearson

Depuis l’éclosion de la grippe porcine, en avril dernier, cette commission scolaire anglophone de l’ouest de l’île de Montréal a envoyé quatre messages aux 32 000 élèves et employés au sujet de la grippe A (H1N1) grâce au système de communication informatique Connect-ED, mis en place en février 2009 (voir « L’école passe au courriel »). La commission scolaire, qui a fait provision de nettoyants, prévoit également offrir une formation d’appoint pour les employés du service ménager. Parmi les autres mesures, elle mettra en ligne, en début septembre, un sommaire de son plan d’action. 

Commission scolaire des Appalaches

Au printemps dernier, cette commission scolaire de Thetford Mines a convaincu sa dizaine de sous-traitants, qui effectuent l’entretien ménager, d’utiliser la même gamme de produits nettoyants virucides, qui détruisent le pouvoir infectieux d’un virus. Cette standardisation facilitera le travail en cas de pandémie. On augmentera les concentrations des agents virucides, voire on changera de produits, selon les indications du fournisseur de nettoyants. Afin d’assurer certains services, comme celui de la paye, elle envisage un partenariat avec une autre commission scolaire de la région, qui pourrait la soutenir si cette dernière était moins frappée par la pandémie. 

Commission scolaire des Affluents

En plus d’acheter 2000 masques, cette commission scolaire de la couronne nord de Montréal a notamment prévu des stocks supplémentaires de savon et de papier.  On compte aussi préparer une paye type au cas où tous les responsables de ce service viendraient à manquer; la « pression d’un bouton » permettra de la lancer. « Les ajustements de salaire, au besoin, se feront plus tard », dit Alain Vézina, directeur général adjoint de la commission scolaire.  Un système semblable sera également mis en place pour le paiement des fournisseurs réguliers. 

Commission scolaire du Lac-Abitibi

Cette commission scolaire a notamment installé des distributeurs de désinfectant pour les mains dans ses 10 établissements et acheté un millier de masques pour ses 600 employés. Au printemps dernier, elle a pu tester ses méthodes de communication en situation de crise en raison d’un cas suspecté de grippe A (H1N1). Il a fallu informer les parents, les enfants et le personnel de la situation et rappeler les mesures d’hygiène pour freiner la propagation du virus, sans créer de panique. 

Commission scolaire du Chemin-du-Roy

Cette commission scolaire de la région de la Mauricie, qui compte environ 2 500 employés, a notamment distribué 2 500 masques, soit environ 50 dans chacune de ses quelque 50 écoles, selon Jean Huard, directeur général adjoint.

Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs

Afin de prévenir la propagation de la grippe A (H1N1), cette commission scolaire du Bas-Saint-Laurent s’est notamment procurée 450 distributeurs de désinfectants à mains qu’elle a installés dans ses quelque 50 écoles et centres administratifs, notamment situés à Trois-Pistoles et Cabano. Près de 750 litres de désinfectants ont également été achetés.