Des femmes pour les femmes

L’été a été doux. L’automne, on ne sait pas trop comment il sera. L’hiver encore moins. Mais il se fera, c’est certain, entouré de femmes qui aident les femmes.

Photo : L'actualité

Elles avaient quoi ? Toutes six ans ? Non, y en a une dans le lot qui en avait sept. D’ailleurs, elle savait déjà lire, ce qui était pratique pour les indices de la chasse au trésor. C’était l’anniversaire de ma fille la fin de semaine dernière. On a fait une fête COVID-friendly : nombre légal d’invités, verres identifiés, activités extérieures. J’avais même bourré la piñata de petites bouteilles de Purel. Il faut ce qu’il faut.

N’empêche que le lendemain à minuit, cette fête aurait été illégale. Maintenant, six personnes max dans une résidence privée. On était neuf. J’ai réussi de justesse. Dernière fête de l’année. Les anniversaires de ses deux grands frères sont quelques mois plus tôt. Je les ai enlignés dans le bon ordre. Juillet, août, septembre. Bien cordés. Comme je les aime.

Ma fille est née le tout dernier jour de l’été. Les fleurs de septembre sont mes préférées parce qu’on ne les attend pas. Et celle-là, je ne l’attendais pas. Quand elle est née, sans que je connaisse encore son sexe, j’ai tout bêtement pensé, après deux garçons : « Oui, c’est bon, tendez-moi mon troisième garçon. Ça va aller, je suis habituée, je marche déjà sur des tortues ninjas en plastique ». Mais non, c’était une cerise. Une cerise à saveur de fraise. La cerise sur notre bonheur.

Le dernier jour de l’été était inquiétant cette année. Moins que le premier jour du printemps qu’on a eu, vous me direz, mais tout de même. L’été a été doux. L’automne, on ne sait pas trop comment il sera. L’hiver encore moins. On avance à pas prudents. Le lac est-il gelé ? On n’est pas sûrs. J’envoie chaque matin mes enfants à l’école depuis un mois. Jusqu’à maintenant, à part mes gars qui ont un peu toussé et que j’ai dû garder en observation 24 heures, tout baigne. Bon, l’école est en chantier parce qu’ils font des travaux et finissent la cour. Vingt-sept ans qu’ils attendent de pouvoir agrandir l’école. Ça a pris 27 ans avant d’obtenir les sous. Mais là, ils les ont eus. Ça tombe durant une pandémie. La directrice est nouvelle. Je lui souhaite une bonne année.

Elle gère. Je n’aimerais pas être à sa place, mais elle semble avoir l’énergie nécessaire. J’adore voir des femmes gérer. Ça me rassure. Je ne sais pas pourquoi. Ou alors ça me rassure de voir que nous aussi, on gère. Je le savais bien dans la sphère privée, maudit qu’on gère, mais il est tellement temps qu’on investisse toutes les sphères décisionnelles. Tellement temps, presque tellement tard.

Ce n’est pas moi qui l’ai dit, c’est notre regrettée Ruth Bader Ginsburg, qui vient de nous quitter. Je lisais sur sa vie lorsqu’elle est morte et, bien que je n’arrive pas à suivre tout ce qui se passe aux États-Unis parce que ça me fâche trop, à ma petite échelle, je trouve important de porter l’héritage de ce genre de femmes.

Je regardais ma fille et ses copines se maquiller avec la trousse de maquillage de reine que j’avais achetée. Des petites couronnes autocollantes puis de la peinture irisée pour le visage. C’était magnifique. Leur attention mutuelle. Cette envie que la copine soit belle. De s’appliquer. J’étais tellement rassurée. Tellement heureuse de voir que même en 1re année, même à tout juste six ans, ma fille était déjà entourée d’un groupe de copines. De filles qui se prêtaient le pinceau, partageaient les couleurs et étaient là les unes pour les autres. Comme disait Madeleine Albright (du temps où il existait des politiciens humains aux États-Unis) : « There is a special place in hell for women who don’t help other women. » Traduit librement : l’enfer réserve une place toute spéciale aux femmes qui n’aident pas les autres femmes.

Je pense que cet enfer existe sur terre. Et l’inverse est aussi vrai. La vie est un paradis quand on est entourée de femmes qui aident les femmes.

RGB 4 ever.

Laisser un commentaire

Et cette phrase: ¨Comme disait Madeleine Albright (du temps où il existait des politiciens humains aux États-Unis) : « There is a special place in hell for women who don’t help other women. » Traduit librement : l’enfer réserve une place toute spéciale aux femmes qui n’aident pas les autres femmes.¨ ne s’applique-t-elle pas ¨également¨ aux hommes ? Petite observation masculiniste comme ça, en passant !

Répondre

La vie n’est-il pas un paradis aussi lorsqu’un homme aime une femme pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle lui fourni? Référence à Brian Adam: « if you love a woman, tell her she is reallly wanted! »

Répondre

Ce texte est délicieux et fluide comme j’aime . Merci et oui, les femmes aident les femmes et j’aime ça aussi! Merci, c’est toujours un plaisir de te lire et de rire car tes textes sont toujours ponctués d’humour.

Répondre

Les femmes sont majoritaires dans les facultés de médecine depuis longtemps (et en droit) , mais toujours pas en génie. Je ne sais pas pourquoi. J’imagine que certaines professions attirent plus les jeunes femmes d’aujourd’hui avec les valeurs qu’elles ont, alors que d’autres attirent plus les jeunes hommes, avec les valeurs qu’ils ont. Les plaques tectoniques que sont les valeurs plus féminines et les valeurs plus masculines évoluent et s’inter-influencent lentement et doucement. La gestion est un domaine plus important qu’on ne pourrait le croîre…. et l’implication des femmes à tous les échelons et dans tous les »racoins » de la gestion est essentielle pour accélérer la transition vers une société et une économie plus équitable et plus durable, non seulement en termes environnementaux mais en termes d’avancement social….à mon humble avis.

Répondre

« La vie est un paradis quand on est entourée de femmes qui aident les femmes. »
Ça fait pas un peu sexiste comme commentaire? Me semble que des femmes qui aident des hommes, des hommes qui aident des femmes et des hommes qui aident des hommes, ça devrait aussi être valorisé, non? Pourquoi ce repli sur les membres d’un seul groupe social?

Comment réagiriez-vous si quelqu’un écrivait un article et finissait par:
« La vie est un paradis quand on est entourée d’hommes qui aident les hommes. »
« La vie est un paradis quand on est entourée de noirs qui aident les noirs. »
« La vie est un paradis quand on est entourée de musulmans qui aident les musulmans. »
« La vie est un paradis quand on est entourée de juifs qui aident les juifs. »
« La vie est un paradis quand on est entourée d’anglophones qui aident les anglophones. »

Pour moi, la vie sera un paradis quand tous s’entraideront, et qu’on mettra fin au ségrégationnisme…

Répondre

Oui, il faut que les femmes aident les femmes, mais il faut aussi qu’elles aident les hommes avec amabilité et compréhension. Il faut aussi que les hommes aident les femmes et les hommes. Au total, il faut que les humains s’entraident, peu importe le sexe.
Segmenter les humains n’a jamais conduit à une meilleure coopération.

Répondre
Les plus populaires