Des partis en colère

Cet automne, le Québec aura une toute nouvelle carte électorale. Plus des deux tiers des 125 circonscriptions provinciales seront modifiées, et certaines seront rayées… de la carte.

Des partis en colère
Photo : iStock

La plupart des changements consistent en de légères modifications de frontières. Mais pour trois circonscriptions – situées dans les régions de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches -, c’est la disparition. En revanche, trois régions urbai­nes à forte crois­sance démographique – Laval, Laurentides-Lanaudière et Monté­régie – en gagnent chacune une.

Marcel Blanchet, directeur général des élections (DGE), tenait à ce que la nouvelle carte reflète les mouvements de population qui ont eu lieu au Québec depuis la refonte de 2001. La nouvelle carte devrait entrer en vigueur dès le début de 2011.

Dans ce remaniement, le dernier avant son départ, à la fin de l’année, Marcel Blanchet a rééquilibré le nombre d’électeurs par circonscription, pour le rapprocher de la moyenne provinciale de 45 207 électeurs.

Tous les partis ont protesté, arguant que les régions allaient perdre leur poids politique au profit de la métropole. Mais Blanchet n’a pas bronché. Le DGE est souverain dans ses décisions, qui n’ont pas à être approuvées par le gouvernement.