Devrait-on abolir l’hiver ?

 

Certains voient de jolis flocons enchanteurs, d’autres une calamité qui s’abat sur nous chaque année. La question se pose : le gouvernement du Québec devrait-il abolir l’hiver ?




Tuyaux et pieds gelés, grippes et tempêtes qui attaquent en hypocrites… L’hiver, y’en a ras le bol !

Je me souviens. Ma mère me mettait mes jambières de laine-qui-pique, un gros chandail, mon habit de neige, une tuque, des mitaines, le foulard sur le nez (qui gelait en 10 minutes), puis m’envoyait patiner. Aussi large que haute dans cet accoutrement invraisemblable, je m’empêtrais péniblement un patin dans l’autre juste assez longtemps pour pouvoir rentrer à la maison brailler un «pipi, maman» qui me garantissait la paix, la chaleur et la télé pour le reste de la journée.

LIRE LA SUITE >>

***


Frigide l’hiver québécois? Foutaise. Rien n’est plus sensuel. Amants… à vos doudounes.

Deux ans à suer dans la moiteur de l’Indochine ont confirmé à jamais ma constitutionnalité nordique. Je suis une irréductible, une incurable. Dans l’avion qui me ramenait vers un Québec enneigé je chantonnais le mois dernier ma propre version de Beau Dommage: « Tous les palmiers vont pousser pareil quand je serai partie. Je m’en vais chez nous, c’est l’hiver. »

LIRE LA SUITE >>